vendredi 26 décembre 2008

Joyeux Noël et Blogueuse Année 2009 !


En matières de stratégie, de géopolitique, de défense et de sécurité, la blogosphère francophone s'est considérablement étoffée en 2008. Morceaux choisis :

  • Les Carnets de Clarisse : Un véritable viseur laser de l'analyse géopolitique, historique et socioculturelle. L'auteure dispose certainement de quelque don d'ubiquité ou de télépathie.

  • Théâtre des Opérations : Son flux d'actualisation devrait être obligatoire dans toutes les écoles militaires. Sous la plume de François Duran, la stratégie mue littéralement en poésie.

  • Guerres & Systèmes : Qu'il s'agisse de défense, de technologie ou d'éthique, Alain de Neve fait preuve d'une dextérité toute nano-robotique.

  • Le Front Asymétrique : Thomas Renard régularise sans conditions notre approche des conflits irréguliers. Drapeau blanc et chapeau bas.

  • Nihil Novi Sub Sole : Les substances disséminées (pertinence, cohérence, élégance et punch) par Zeus Irae incitent ouvertement à la blogxicomanie.

  • La Plume et le Sabre : Tel un Rafale décollant d'un porte-avions, Stent propulse la géostratégie vers des hauteurs inespérées.

Électrosphère souhaite à tous ses lecteurs un Joyeux Noël, un moral d'acier, une santé de fer et un coeur d'or pour cette année 2009... Durant laquelle notre vision du monde à travers la lentille technostratégique s'affinera perpétuellement.


mercredi 5 novembre 2008

Obamarketing


Financement 2.0, militantisme open source, chaos publicitaire contrôlé... La campagne électorale de Barack Obama a révolutionné marketing politique et cybermarketing.

Black cash

Le succès politique de Barack Obama est aussi celui de l'argent et de la technologie. À l'hiver 2008 c'est-à-dire au plus fort de la concurrence intra-démocrate l'opposant à Hilary Clinton, le sénateur de l'Illinois était déjà fort d'une cassette électorale de 100 millions de dollars... Au point de rembourser une grosse partie des dettes de campagne de sa rivale qui devint comme par magie sa plus fervente alliée de poids. Money, don't get away ! Comment en est-il arrivé là ?

L'Obamachine a remarquablement su profiter de trois facteurs primordiaux :

  • des lois de financement des campagnes électorales élargissant le nombre et la variété des donateurs, disposition d'abord censée favoriser les républicains traditionnellement meilleurs en collecte de fonds;

  • l'émergence de la Californie technologique comme l'une des sources majeures de financement, de surcroît peu sujette au verrouillage relationnel du camp Clinton,

  • l'intérêt croissant des capital-risqueurs techno pour ce candidat noir « sorti d'on ne sait trop d'où », incarnant un rêve américain transracial à l'image d'une Silicon Valley rayonnante et multiethnique, utilisant ardemment les technologies de l'information pour son usage personnel et professionnel et hautement capable de fournir ses lettres de noblesse à « la Matrice » dans un contexte électoral des plus intenses depuis l'ère Kennedy.

Lors des présidentielles 2004, les milieux techno commençaient à ressentir les premières vibrations du Web 2.0 faisant la part belle aux blogs, aux réseaux sociaux, aux wikis et aux médias citoyens. Parallèllement, le beau monde de la Silicon Valley éprouvait une féroce détestation de George Bush Jr et s'enticha fortement pour John Kerry qui reçut plusieurs millions en chèques signés par des investisseurs, des dirigeants et des salariés de la vallée high-tech.

Capital-risqueurs de silicium traumatisés par la seconde victoire de « W », Nadine North et Mark Gorenberg s'attribuèrent une mission quasi-divine : contribuer cyber-activement à une reconquête démocrate de la Chambre des Représentants. Dès lors, bénéficiant de l'appui de Nancy Pelosi qui flaira vite le bon plan, ils développèrent Win Back the House, plate-forme en ligne directement inspirée de Salesforces.com, leader de l'informatique-service et de la gestion de relation clientèle (Software-as-a-Service et Customer Relationship Management). Objectifs : 1/ Interconnecter en permanence candidats à la chambre, petits ou grands donateurs, militants patentés ou volontaires et électeurs démocrates 2/ Laisser rouler la pierre pro-démocrate dans le Web 2.0. En 2006, le parti de l'âne investit le Congrès haut la main.

À cette époque, Barack Obama n'est qu'un jeune sénateur de l'Illinois, unique membre noir de cette chambre, aussi inexpérimenté qu'inconnu du public et des réseaux financiers et de facto gravement sous-estimé par la puissante machine Clinton. Cependant, son programme prévoit de désigner un Chief Technology Officer fédéral et de rendre plus transparentes les données gouvernementales sur les individus. Pour de nombreux technoïdes, ce détail faussement infime est un énorme rayon de lumière à fortiori dans un état cyberprétorien forgé par l'administration Bush depuis le 11 septembre.

Aux yeux de North et Gorenberg, Chicago dissimule une start-up vierge à l'immense potentiel. Investi au coeur de l'Obamachine, le duo cyber-activiste rencontra un autre capital-risqueur californien nommé Steve Spinner, véritable rat de réseau social, en quête perpétuelle de donateurs et de « contribuzzeurs » (= contribution + buzz) sur Myspace, LinkedIn, Facebook, Twitter et MyYahoo. Les relations publiques, le Web 2.0, le cybermarketing viral et la collecte de fonds ont-ils encore quelques secrets pour ce trio de capital-risqueurs ? Consécutivement, MyBarackObama.com – MyBo pour les intimes - devint un hub 2.0 dans toute sa splendeur : étape par étape, son interface épurée propose e-mailing list, SMS mailing list, dons en ligne, blogs, agrégateurs RSS, partage de photos/vidéos et réseaux sociaux.

Peu à peu, les interfaces Windows/Mac/Linux de l'Obamachine en coulisses furent constamment approvisionnées en versions bêta ou finales de logiciels, de services en ligne, de widgets et de mash-up dédiés au suivi des donateurs/contribuzzeurs, à la collecte de fonds, à la gestion de bases de données, etc. Elaborées par des entreprises commerciales ou proposées gratuitement par des geeks pro-démocrates, maintes applications sont accessibles par téléphone mobile, par PDA et par ordinateur.

Résultat intermédiaire à l'hiver 2008 : pourtant savamment huilée, la machine Clinton fut ruinée et ne put concourir les onze primaires suivantes toutes remportées par l'Obamachine qui réunissait déjà plus de 100 millions de dollars apportés par 1,2 million de donateurs. NB : L'âpre guerre d'usure contre Hilary Clinton a certainement affuté le sénateur de l'Illinois pour son duel (plus policé) contre John McCain.

Résultat final à l'automne 2008 : 635 millions de dollars engrangés auprès de 63 millions de donateurs issus de toutes les couches sociales contre seulement 350 millions pour la machine McCain plutôt orientée vers les revenus aisés et les grandes fortunes. Dans les deux cas, on est loin des 27 millions de dollars amassés par Howard Dean en 2004. Par ailleurs, 91% des dons obtenus par l'Obamachine s'élevaient à moins de 200 dollars.

Databuzz physique

MyBarackObama.com est aussi un moteur de stratégie électorale open source fournissant aux militants patentés ou volontaires l'accès à des bases de données accumulées depuis plusieurs campagnes électorales démocrates, constamment réactualisées lors de chaque porte-à-porte ou coup de fil à un électeur potentiel ou indécis. Ce dernier obtint par courrier/e-mail/MyBo des informations détaillées sur le programme de Barack Obama, une comparaison point par point avec celui de John Mc Cain et la localisation des bureaux de vote les plus proches.

Afin d'atteindre les poches rurales les plus reculées d'Amérique, l'Obamachine offrit d'excellents manuels de 40-80 pages - gratuitement téléchargeables au format PDF - du militant volontaire. Comment attribuer des rôles précis à ses proches (trésorier, databaser, postmaster, VRP, graphiste, pancartiste, colleur d'affiches, etc) en fonction de leurs compétences ou aptitudes respectives ? Comment répondre clairement à diverses interrogations de l'électeur indécis : race, fiscalité, couverture médicale, crise économique, terrorisme, libertés électroniques, guerre en Irak/Afghanistan, etc ? Comment transmettre le rêve américain « barackobamisé » sans pour autant être soi-même un orateur talentueux ? Comment contacter les militants pro-démocrates des quartiers/districts voisins afin de former des groupes – de 40 à 300 - partageant les informations, les hobbies et les tâches, affinant leurs modes opératoires et évitant ainsi le surmenage ?

Le jour de l'élection, militants et contribuzzeurs eurent pour mission de contacter les plus démocrates des électeurs et de veiller à ce qu'ils se présentent effectivement au bureau de vote. Une fois aperçus dans les files d'attentes, ces électeurs sont aussitôt effacés du listing de Project Houdini, logiciel de suivi en direct du vote réel, spécialement conçu pour l'Obamachine par un groupe d'experts en médias numériques. De nombreux contribuzzeurs et électeurs pro-démocrates confirmèrent leurs actes de vote sur Facebook/MySpace/Twitter/MyYahoo/etc, bon nombre d'entre eux se connectant à un point public Internet (cybercafés, bibliothèques, Starbucks, Ben & Jerry, etc) après avoir quitté l'isoloir.

Grâce à ce cybermarketing 2.0 centré électeur, les informations - et les rumeurs négatives au sujet du candidat démocrate ! - obtenues sur le terrain par ces groupes de militants sont quotidiennement retournées à MyBo qui, consécutivement, réadapte et raffine son mailing et ses tactiques de campagne selon chaque localité. Plutôt efficace. Équipements informatiques et télécoms, mobilier, locations-gérances immobilières, café, boissons, biscuits : les quartiers généraux et les offices de campagne de l'Obamachine ont massivement bénéficié d'apports volontaires en biens et en industrie.

Voilà comment un média participatif ultime permit de recruter, de fédérer, de coordonner et d'appuyer plus de 3 millions de militants sur l'immense territoire américain... Et, last but not least, de générer cette fameuse Obamania qui eut un incroyable impact médiamétrique et buzzimétrique, tuant dans l'oeuf toute McCainmania et étouffant rapidement la Palinmania.

L'appareil républicain ne cacha guère son admiration pour l'imparable organisation électorale de son adversaire, de loin plus percutante et plus régulière que les heures de publicité télévisée achetées par le Parti Démocrate. En comparaison, les matraquants robocalls du Parti Républicain firent effectivement pâle figure. Téléphoniquement matraqués, de nombreux électeurs indécis protestèrent auprès des offices ou des VRP républicains : « si vous m'appelez encore, je voterai démocrate ! »

Du marketing politique à la gouvernance réelle

La marche triomphale de Barack Obama vers la Maison Blanche doit moins aux technologies intrèsèques qu'à la convergence de cybernautes, d'abord au sein de l'Obamachine, avec des générations croissantes d'homo digitalus ensuite. Tout porte à penser que the Black President usera massivement des médias participatifs durant son mandat : bases de données googléennes et transparentes sur les dépenses fédérales, postage en ligne des projets de loi non-urgents, blog et chat de la Maison Blanche. Telles sont quelques propositions qui séduirent Silicon Valley et cybercitoyens.

D'ores et déjà, de nombreux parlementaires démocrates recourent massivement aux e-mails et aux pétitions en ligne pour faire pression sur leurs colistiers et/ou sur leurs opposants républicains. Avec une Obamachine prouvant amplement qu'une force politique peut surgir de la Toile, assistera-t-on également au sacre de quelque cyberdémocratie participative et/ou d'une gouvernance en ligne ?

D'une certaine façon, le sénateur de l'Illinois est le vrai premier homme politique de la Matrice. En effet, il ne voulait pas simplement utiliser les technologies de l'information à l'image de Howard Dean auparavant, il tenait à exploiter pleinement leurs effets de levier à des fins pécunières et mercatiques... Et enfoncer Karl Rove dans les cordes. Terreur de l'appareil démocrate depuis la seconde élection de W, ce redoutable stratège de campagne du Parti Républicain n'a cessé de paniquer à mesure que l'échéance fatidique du 4 novembre approchait.

Symptôme flagrant: le choix de Sarah Palin comme candidate à la vice-présidence afin de contrer l'incontournable Obamania. S'embourbant dans sa profonde ignorance en politique étrangère et dans ses convictions ultra-conservatrices avant d'être décrédibilisée par la crise économique, la très conviviale et ravissante gouverneure de l'Alaska épouvanta littéralement les électeurs républicains modérés - habilement conquis par Bush Jr quatre ans auparavant - et les conseillers d'un John McCain, plus centriste que son appareil politique porteur malgré les apparences.

François Mitterand avait affirmé : « une élection, c'est d'abord la rencontre d'un homme et de circonstances ». Durant ces présidentielles américaines 2008, n'a-t'on pas vu un candidat affronter son rival et un autre combattre l'Histoire ?

En savoir plus :

  1. Presse Meldungen : Internet Marketing - The Amazing Barack Obama

  2. Norman J. Ornstein, American Enterprise Institute : Obama's Fundraising Success May Herald a Whole New Model

  3. Resource Nation : How Obama Raised 87% of his Funds through Social Networking

  4. Wired : Obama, Propelled by the Net, Wins Democratic Nomination

  5. Wired : Obama's Secret Weapons: Internet, Databases and Psychology

  6. Grokdotcom : Obama: The Online Persuasion Architect in Action

  7. Webprofits : 6 Lessons We Can Learn From Barack Obama’s Online Marketing Strategy

  8. Time : Obama's Viral Marketing Campaign

  9. Xplane : How Obama Reinvented Campaign Finance (PDF)

  10. The Atlantic : The Amazing Money Machine

  11. Washington Post : Obama's Wide Web

  12. Bits : How Obama’s Internet Campaign Changed Politics


Article publié et commenté dans Agoravox et dans Cent Papiers

lundi 6 octobre 2008

SpaceX ou la start-up orbitale



Son lanceur Falcon et sa capsule Dragon transporteront équipages, matériel et sondes entre la Terre, l'ISS, la Lune et d'autres planètes à prix cassés. De quoi bouleverser la donne commerciale et stratégique spatiale.

We could be heroes

A l'ombre du triomphe spatial de la Chine et de ses trois taïkonautes arpentant les cieux, SpaceX faisait démentir tous les Cassandre persuadés qu'une agence spatiale privée ne pouvait atteindre l'orbite basse habitée durant cette décénnie.

Le 28 septembre 2008 à 23H15 GMT, sa fusée mono-booster Falcon 1 propulsée à l'oxygène liquide - qui connut auparavant trois défaillances successives – s'élança de l'atoll militaire de Kwajalein dans le Pacifique Sud (à 4000 km au sud-ouest de l'île de Hawaï), atteignit une orbite elliptique de 500 sur 700 km pour une inclinaison de 9,2 degrés. Le second étage du lanceur transportait une charge neutre expérimentale de 165 kg spécialement conçue pour cette mission. Grâce à de petites caméras fixées sur la coque de la fusée, le vol complet fut diffusé en direct par quelques chaînes câblées américaines et par le site internet de l'entreprise. Forte de ce test remarquablement réussi, Falcon 1 mettra un satellitte malaisien d'observation en orbite géostationnaire et effectuera trois vols supplémentaires au premier semestre 2009.

Avant de se propulser dans son futur orbital, survolons l'histoire de cette agence spatiale privée 360 km plus bas.

Space Exploration Technologies a été fondée en 2002 par le milliardaire Elon Musk, chairman de Tesla Motors et co-fondateur de Paypal et de Zip2. Le visionnaire et brillant manager a investi plus de 100 millions de dollars de sa cassette personnelle dans cette entreprise développant des véhicules récupérables de transport et de ravitaillement entre la Terre et l'orbite basse habitée - notamment vers la Station Spatiale Internationale - et de catapultage de missions lunaires et interplanétaires. L'entreprise dispose de 550 salariés répartis entre l'atelier de conception à Hawthorne (Californie), le centre de test à Mc Gregor (Texas), des bureaux à Washington DC et deux sites de lancement (Cape Canaveral et Kwajalein) maintenus par une trentaine d'opérateurs flexibles. Ces maigres ressources tous azimuts – comparées à celles pantagruéliques des agences gouvernementales - expliquent en grande partie les coûts du Falcon 1 : 12 millions de dollars pour le développement, 7 millions de dollars pour le vol inaugural de l'automne 2008 !

La start-up doit également beaucoup à la NASA qui émit en 2006 le programme COTS (Services Commerciaux de Transport Orbital) appuyant financièrement et normativement les transporteurs spatiaux privés. Les compagnies Orbital Sciences et SpaceX forgèrent des concepts suffisamment probants pour damer le pion à leur concurrent Boeing et rafler le premier tour de financement (COTS-A : 450 millions de dollars) par l'agence gouvernementale.

En plus du Falcon 1, SpaceX développe le Falcon 9 à neuf boosters décliné en trois variantes :

  • Falcon 9 Light coûtant 20 millions de dollars et transportant jusqu'à 9 tonnes de charge en orbite basse,

  • Falcon 9 Medium : 35 millions de dollars, 12 tonnes de charge en orbite basse,

  • Falcon 9 Heavy : 78 millions de dollars, 27,5 tonnes de charge en orbite basse et 12 tonnes en orbite haute, pour un vol orbital chiffré au maximum à 28 millions de dollars.

Plus d'une quinzaine de tests seront indispensables à l'agence privée afin de prouver la validité technique de ses lanceurs Falcon 9, la version Medium ouvrant sa session d'essais au second trimestre 2009. Space X compte vertement concurrencer les lanceurs Delta IV et Atlas V en effectuant 15 à 20 lancements annuels à partir de 2010-2011 pour le compte de la NASA, du Pentagone, de centres de recherche et de maints acteurs commerciaux de par le monde.

Son autre projet phare est la capsule spatiale Dragon qui fera office :

  • de transporteur orbital pour 6 à 7 personnes, parfaitement compatible avec les systèmes d'arrimage du segment Harmony de l'ISS,

  • de cargo spatial ou ATV (véhicule automatisé de transfert) d'une capacité d'emport de 3 tonnes, destiné au ravitaillement de l'ISS et au déploiement de satellittes ou de sondes interplanétaires,

  • de laboratoire scientifique grâce au module amovible Dragonlab. Pré-équipé et reconfigurable à la demande, il offre 10 m3 pressurisés à 14 m3 non-pressurisés dédiés aux expérimentations scientifiques en microgravité.

Cet engin polyvalent et récupérable devrait simultanément ou successivement remplir deux de ces fonctions lors d'une seule mission s'étendant d'une semaine à deux ans. À ce titre, la NASA eut un droit de regard plus prononcé sur son développement et soumit le Dragon à son drastique Systems Requirement Review. Logée dans la coiffe du lanceur Falcon 9, la capsule effectuera son premier vol habité au troisième ou quatrième trimestre 2009. À ce jour, l'entreprise n'a guère précisé si des astronautes de la NASA ou des siens propres (formés par l'agence gouvernementale) embarqueront dans ce vol inaugural.

Paré au lancement en quelques semaines à des prix défiant toute concurrence, l'ensemble Falcon-Dragon introduira inéluctablement une toute nouvelle donne dans le secteur aérospatial.

Et pourquoi pas nous ?

À 28 millions de dollars prix maximum le transport orbital c'est-à-dire à peine plus cher qu'un chasseur F-16, les généraux yankee ont toutes les raisons de fantasmer. En effet, les armées américaines reposent énormément sur leurs propres satellittes d'observation, de télécommunications, de géolocalisation, d'espionnage, d'alerte avancée, et last but not least, de radiopilotage de drones aériens opérant sur des théâtres d'opérations lointains : Irak, Afghanistan, Golfe d'Aden, mers des Caraïbes, etc. Les uniformes ont longtemps souhaité remplacer rapidement et à moindre coût les éléments en orbite de leur « architecture transversale convergente » en cas de défaillance, d'obsolescence ou de destruction par une arme anti-satellitte (missile, laser, projectile déguisé, etc)... Utilisée par quelque puissance confirmée ou émergente ?

Malheureusement, le Pentagone a toujours été confronté au sacro-saint « 10 000 dollars par kilogramme en orbite basse » et au cauchemar logistique inhérent à la multiplication de fournisseurs, deux facteurs majeurs d'inertie dans ses programmes satellittaires. Avec ses lanceurs Falcon, SpaceX abaisse ce tarif à 2900 dollars/kg et vise les 1000 dollars/kg pour 2010-2011 ! Rien d'étonnant donc à ce que l'US Air Force et le DARPA investissent plus de 100 millions de dollars dans SpaceX et dans Orbital Sciences : ces low cost des étoiles leur permettent de renouveller leur constellation satellittaire en phases plus rapprochées - quelques semestres ou années plutôt que cinq ou quinze ans – et de mettre plus souvent en orbite plusieurs micro-satellittes robustes, ready-to-go et bon marché.

Faisons un bref détour chez Orbital Sciences, autre finaliste du COTS-A, afin de mieux appréhender l'évolution prochaine du marché satellittaire. Fondée en 1982 conformément aux standards de l'industrie spatiale, cette société fut une pionnière presque trop précoce du « prêt-à-satelliser ». Largué à 12 000 mètres d'altitude par un B-52/MD-9/B-707, son lanceur Pegasus active son booster après cinq secondes de chute libre, adopte un angle de 45 degrés, franchit rapidement la vitesse hypersonique, atteint une orbite circulaire avant de satelliser sa charge. Confiné aux petits engins, cet ingénieux concept n'en est pas moins notablement efficace : depuis 1990, Pegasus a mis en orbite plus d'une quarantaine de satellittes d'environ 400 kg. Orbital Sciences planche sur le Taurus II, successeur du Pegasus, et sur l'ATV Cygnus de 2,3 tonnes de capacité. Premiers tests prévus pour 2010-2011.

Rêvons un peu. Du fait de l'expansion très probable du prêt-à-satelliser et de la pollution orbitale conséquente, verra-t-on des voiries spatiales - financées par COTS et par d'éventuelles émules européennes et asiatiques - éliminer l'actuelle et dangereuse prolifération de débris et pièces satellittaires flottant à 25 000 km/h ? Sur les écrans de communication des éboueurs célestes, clignote une restriction bassement terrestre : « Ne pas toucher aux éléments de satellittes militaires ».

Perdue entre ciel et terre

À l'automne 2010, les trois navettes spatiales prendront leur retraite car trop usées, trop complexes, trop peu fiables et incroyablement onéreuses. D'où le développement de la capsule spatiale Orion : construite par Lockheed Martin, deux fois et demi plus grosse qu'une capsule Apollo dont elle a passablement hérité du design, elle transportera sept astronautes vers l'ISS et quatre vers la Lune. Orion sera à la fois la pièce maîtresse du programme Constellation - sonnant le grand retour d'Oncle Sam sur notre satellitte naturel – et le vecteur principal des missions habitées et/ou robotiques vers Mars. Cette capsule sera catapultée par le lanceur Ares d'une capacité d'emport de 29 tonnes vers l'orbite basse et de 27 tonnes vers la Lune. Avec un budget annuel de 17 milliards de dollars, la NASA ne peut simultanément entretenir ses vieux shuttles et peaufiner l'ensemble Ares-Orion qui ne sera opérationnel qu'en 2014-2015.

Entretemps, la Roskosmos détiendra le monopole planétaire des vols spatiaux habités. Dès lors, l'agence américaine achètera des « tickets Soyouz » à son homologue russe, comme elle le fit en 2003 après l'accident fatal de la navette Columbia l'obligeant à suspendre provisoirement ses vols. En filigrane, la Maison Blanche, le Congrès et maints think tanks craignent que la Russie instrumentalise cette dépendance à des fins géopolitiques : la crise géorgienne et le déploiement du bouclier anti-missile américain en Europe centrale sont passées par là. Pour peu que l'agence russe connaisse quelque incident grave, elle serait à son tour clouée au sol, NASA et ESA avec. Dans de telles circonstances, comment entretenir, ravitailler et même secourir l'ISS et son équipage ? Aux yeux des cadres de la NASA, ce risque technique et ses conséquences logistiques sont de loin plus réels que des réprésailles russes.

En 2005, Michael Griffin avait ouvertement estimé « que la NASA s'est égarée en mettant fin au programme Apollo au profit de la navette spatiale et de l'ISS ». Pour l'actuel directeur de l'agence, navette spatiale et ISS sont tout simplement « des erreurs colossales », l'une comme l'autre ayant absorbé respectivement plus de 150 milliards et 170 milliards de dollars. Dans un e-mail interne obtenu par Orlando Sentinel à l'automne 2008, Griffin enfonce le clou : « dans un monde rationnel, nous aurions été autorisés à coordonner la retraite des navettes spatiales avec l'entrée en service de Ares-Orion le plus tôt possible et en disposant du budget adéquat [...] Mon voeu, c'est qu'il y ait une longue période sans équipage américain à bord de l'ISS à partir de 2011. Sinon, aucun budget supplémentaire ne sera alloué au développement accéléré de Ares-Orion. Même dans ce cas, nous n'y parviendrons guère avant au moins 2014. Certes, des solutions commerciales émergeront entretemps mais pas avant que Ares-Orion ne soit prêt. L'alternative serait d'étendre l'usage de la navette ou de mettre fin à la présence américaine dans l'ISS.»

Le boss de la NASA est persuadé qu'une telle alternative serait inacceptable pour le prochain président américain, qu'il s'agisse de Barack Obama ou de John McCain : « ils (la Maison Blanche) nous diront d'étendre l'usage de la navette car elle cause des dommages dont ils n'ont que faire et qu'ils ne comptabiliseront pas comme un coût. Ils n'en verront pas les conséquences à long terme pour le leadership américain dans l'espace [...] Nous pourrions entreprendre des actions afin de prendre la gestion de l'ISS en otage ou d'empêcher les Russes d'y accéder. Mais, nous ne le ferons pas car ils peuvent très bien entretenir l'ISS sans nous, pour peu que nous les sabotions pas. Nous avons besoin d'eux, ils n'ont pas besoin de nous. »

Griffin conclut sur une note pessimiste : « Je pense qu'ils ordonneront à la NASA de maintenir les vols des navettes vers l'ISS sans lui fournir les fonds nécéssaires. Ce qui retardera l'ensemble Ares-Orion et les programmes lunaires et martiens pendant que nos concurrents russes et chinoises presseront le pas ». Cependant, doutant ardemment de la justesse et de la portée du programme Constellation, de nombreux spécialistes de l'espace se demandent comment la NASA s'est fourrée à l'aveuglette dans un tel pétrin. Mais, ceci est une histoire ici réactualisée, déjà longuement abordée dans Guerre froide en orbite.

Un privé qui tombe presqu'à pic

En outre, dans ses projets lunaires et martiens, la NASA adopte peu à peu une approche plus opportuniste et plus ingénieuse que celle régnant lors du programme Apollo. Elle doit cette philosophie à Carolyn Porco, directrice de la mission Cassini qui imagea la planète Saturne, chercheuse senior à l'Institut des Sciences Spatiales de Boulder (Colorado) et chairwoman de Diamond Sky, une compagnie spécialisée dans l'imagerie satellittaire et la documentation-vulgarisation scientifique. Ses féroces sarcasmes envers la navette spatiale et l'ISS – « Les navettes iront à la retraite en 2010. Hourra ! [...] L'ISS ? Quel superbe gâchis ! » - n'ont point terni son aura auprès des plus hauts cadres de la NASA. Aujourd'hui, c'est littéralement elle qui fait la loi au sein du Mars Observer Recovery Study Team et du Solar System Road Map Development Team.

Porco estime « qu'au lieu de tournoyer autour de la Terre pour 170 milliards de dollars, on devrait plutôt explorer le système solaire [...] La sonde Cassini ne pesait que 5 tonnes et a parcouru des millions et des millions de km. Au total, sa mission n'a coûté que 3 milliards de dollars ». Disposant chacun d'une capacité d'emport six fois supérieure à celle d'une navette spatiale, les ensembles Ares-Orion et Falcon-Dragon permettront effectivement d'envoyer plus de missions interplanétaires et d'obtenir consécutivement plus de résultats. Sur la Lune comme sur Mars, « les robots devront toujours précéder les humains. Ils n'ont point besoin de manger, de respirer, d'être entretenus ou de rentrer à la maison [...] Mettons donc fin au sempiternel débat robots contre humains. Laissons les deux parties l'emporter ».

Carolyn Porco bénéficie du soutien affiché de Scott Horowitz, directeur de la division exploration de la NASA. Espérant vivement que SpaceX fasse des émules, l'ex-astronaute prône la conduite simultanée de plusieurs missions lunaires et martiennes bon marché plutôt que d'une ou de deux missions lourdes et onéreuses. Il donna son feu vert à la mission lunaire LCROSS dont l'ensemble fut assemblé en 30 mois pour la bagatelle de 79 millions de dollars (cf. Bombarder la Lune).

L'agence gouvernementale n'entend guère confier des petites besognes à SpaceX et à Orbital Sciences. En effet, la NASA a finalisé son VASIMR, ravitailleur automatisé à moteur plasma qui atteindrait l'ISS en quelques minutes, la Lune en quelques heures et Mars en 39 jours. Couramment utilisé pour le transfert ou le maintien en orbite de satellites et la propulsion de sondes spatiales, le moteur à plasma stationnaire ne peut extirper un vaisseau de l'attraction gravitationnelle terrestre. Celui-ci doit donc être catapulté à une altitude orbitale par un lanceur comme le Falcon 9 ou le Taurus II prioritairement pressenti pour cette mission, en concurrence avec l'ATV européen Jules Vernes et celui japonais H-2.

Disposer de ses propres vecteurs spatiaux multiples, c'est comme disposer de plusieurs préservatifs : mieux vaut toujours en avoir sous la main en cas de besoin. Pour la NASA, le premier succès de SpaceX et le concept éprouvé de Orbital Sciences tombent à point nommé. De fait, la gullivérienne agence gouvernementale sera certainement une cliente privilégiée des lilliputiennes agences privées. Néanmoins, tout porte à croire que ces dernières ne seront fin prêtes qu'en 2012-2013 - soit peu avant Ares-Orion - et qu'elle se consacreront d'abord à leurs contrats commerciaux afin d'assurer d'emblée leur rentabilité.

Heureusement pour la NASA, Elon Musk ne compte guère s'arrêter en si bon chemin et se déclare prêt à « adapter la capsule Dragon pour des voyages lunaires à des prix imbattables. » La jeune pousse à propulsion liquide n'a pas fini de nous surprendre...

D'une certaine façon, si les agences spatiales gouvernementales sont les IBM de l'espace, les agences privées seront peut-être les Google des étoiles.

Articles connexes :

  1. Wired : SpaceX did it

  2. SpaceX : SpaceX Successfully Launches Falcon 1 to Orbit

  3. Wikipedia : SpaceX

  4. Wikipedia : Falcon 9

  5. Flight Global : SpaceX launches DragonLab for recoverable scientific payload service

  6. Alain de Neve : The Importance of Space from a Security and Defence Perspective, Military Applications of Space Technologies and Expected Technological Developments (PDF)

  7. Carolyn Porco, parcours et profil

  8. Carolyn Porco : NASA goes deep

  9. Wired : Use Big Robots and Big Rockets, par Carolyn Porco

  10. Orlando Sentinel : Frustrated NASA chief vents in internal e-mail over fate of agency

Article publié et commenté dans Agoravox

mardi 30 septembre 2008

Krach flow


Telle une grenade dégoupillée dans un pétrolier, l'analyse-gestion simplifiée des risques inhérents aux produits (financiers) dérivés trop complexes a enflammé le système financier mondial.

Finance low-fi

À mesure que le monde s'enfonce un peu plus dans une crise probablement historique, de nombreux observateurs omettent grandement des facteurs primordiaux : entre des produits dérivés extrêmement sophistiqués et une évaluation des risques dangereusement simpliste, l'analyse-gestion financière high tech devient nettement moins efficace que le simple bon sens d'un conseiller bancaire de banlieue.

Du fait de leur sophistication intrèsèque, les systèmes d'analyse-gestion des risques financiers déclenchent perpétuellement des alarmes à fortiori lorsqu'elles concernent des volumes stratosphériques d'emprunts sécurisés et de produits dérivés infiniment complexes. Afin de minimiser les alertes (justifiées ou non) à répétition, les sociétés financières préfèrent très souvent paramétrer leurs systèmes en « mode simplifié » ou « optimistic mode » dans le jargon financier anglo-saxon. En plus clair, emprunts sécurisés et produits dérivés sont régulièrement inputés/outputés après lissage ou élimination d'une pléthore d'incidences jugées peu probables. En phase terminale, leur inhérente analyse-gestion des risques est à peine plus poussée que celle d'un bon à taux et à durée fixes.

Peut-on humainement blâmer de telles pratiques ? Derrière les merveilleuses machines, sont assises de pauvres entités biologiques qui n'auraient guère le temps de farfouiller minutieusement autant de données, à fortiori dans un marché financier où les taureaux prennent vite de l'avance sur les ours en empruntant davantage pour maximiser les profits; amplifiant consécutivement les risques d'erreurs ou de biais dans leurs analyses-gestions à moyen/court terme. Espérant optimiser ces mêmes profits à travers des produits de plus en plus dérivés, les établissements financiers enlèvent de facto tout sens à l'expression « emprunts sécurisés ».

Tant que les marchés demeurent aussi stables ou résilients qu'ils le furent en 1998-2006, le système financier perdure avec autant de vices de forme dans une relative tranquilité. Ces simplications analytiques accumulées ont significativement contribué à l'attractivité croissante du marché des subprimes. Mais quand les choses se détériorent comme en 2007-2008, impossible aux docteurs financiers d'établir des diagnostics fiables quand leurs patients ont triché depuis belle lurette avec leurs propres santés... Pour peu qu'ils sachent encore de quoi ils souffrent.

Chaque crise financière n'a-t-elle pas eu sa faille critique ? En 1987, les logiciels de trading automatisé accélérèrent les erratiques mouvements du marché et généralisèrent la panique au nez et à la barbe de leurs donneurs d'ordres. En 1998, le derivative trading mena le génialissime LTCM au bord de la faillite : au départ fort de positions équivalentes à 1200 milliards de dollars (la moitié du PIB français de l'époque !) et réalisant des gains nets entre 17% et 40% pour la seule période 1994-1997, son plan de sauvetage engloutit 110 milliards de dollars et menaça sérieusement les marchés d'une crise systémique heureusement évitée de justesse.
Désormais, simplification computationnelle dans l'analyse-gestion des risques et sophistication constante des produits dérivés composent les cocktails molotov autrefois réservés aux spéculateurs patentés, aujourd'hui dissimulés derrière les écrans plats de l'investisseur et de l'assureur.

Déflagrants délires
« Par définition, les nouveaux produits dérivés comportent de nouveaux risques supplémentaires. Les modèles analytiques devront pénaliser les produits trop complexes, trop incompréhensibles et trop peu négociés », explique Leslie Rahl, présidente de Capital Market Risk Advisors, vivant depuis l'été 2007 entre deux aéroports. Au coeur du cyclone financier, un surnombre d'institutions financières sollicite activement les services de son cabinet de consulting afin de maîtriser des produits incessamment dérivés en leurs seins.

Un exemple typique de « dérivé de dérivés » : les CDO (collateralized debt obligations) ou titres garantis par des créances. Selon le dictionnaire financier Lexinter, « il s'agit de produits de crédits structurés, composés d'un portefeuille d'actifs à revenus fixes ou variables. Ces actifs sont divisés en diverses tranches hierarchisées (notées AAA), mezzanine tranches (AA to BB) and equity tranches (unrated). [...] Les CDO ont pour objet de vendre à l'investisseur un produit à risque qui serait déterminé, découplé de celui des actifs sous-jacents, avec une palette de produits. Les actifs sous-jacents sont des prêts divers consentis à des particuliers ou à des entreprises par des banques ou d'autres investisseurs. Des prêts de risque de défaut divers peuvent être mélangés, les moins risqués tonifiant les plus risqués [...] Diverses catégories de CDO ont été crées : cash CDO, synthetic CDO, hybrid CDO. »

Traduisons et réactualisons cette brillante et barbare définition. L'emballage : un mix d' emprunts sécurisés et d'emprunts non-sécurisés, le contenu : un pack d'emprunts contractés dans l'immobilier, dans l'automobile et dans des secteurs plus orthodoxes comme la production cinématographique, le marché des arts et les locations d'avions commerciaux. Étroitement associés à la crise des subprimes car très prisés par les fonds de pension, les fonds d'investissement et les compagnies d'assurances : les CDO de CDO de CDO ! Selon Securities Industry and Financial Markets Association, 249,3 milliards et 448,6 milliards de CDO de différents niveaux ont été émis respectivement en 2005 et 2006 dans le monde entier. Ce marché fut d'abord alimenté par les hedge funds alléchés par ces produits peu risqués aux gains élevés, puis par les banques qui s'engouffrèrent aussitôt dans la spirale, tous persuadés par leurs systèmes high tech d'analyse-gestion que le marché des emprunts ne les embusquerait point.

Question : comment des concepts aussi inbuvables ont-ils essaimé sur les marchés ? Réponse : à cause des quants. Ach ! Was ist das ?

Physiciens des marchés

Dans le jargon financier, le « quant » est d'abord un technicien d'arrière-garde pourvoyant massivement les banques en analyses quantitatives. Celui-ci perçoit le marché à travers une lentille purement mathématique et hautement numérique. D'une certaine façon, si le trader est plutôt flamboyant et intuitif, le quant est plutôt maîtrisé et réservé; il est à la finance ce que le geek est à l'informatique. Son obsession : compiler et analyser des années de données boursières et financières afin de produire des algorithmes de trading exécutables en quelques millisecondes. Émigrée des plus prestigieuses universités scientifiques (mathématiques, physique quantique, physique des fluides, microbiologie, stochastique, Harvard, Yale, Oxford, Stanford, etc) la première grosse vague de quants déferla sur les berges bancaires au début des années 80. À l'ère du reaganisme triomphant, le MIT bâtit son usine à quants : le MIT Financial Engineering Laboratory.

Dans cet immense club plutôt austère voire mystérieux – les établissements financiers veillant jalousement à ce qu'ils en soient ainsi – on y trouve quelques cash stars comme James Simons, mathématicien et physicien de classe mondiale issu des rangs de Berkeley, très connu dans les milieux scientifiques pour ses immenses contributions dans la géométrie différentielle et dans la théorie des cordes (cf. la théorie de Chern-Simons). Une bête de science dans toute sa splendeur. Depuis sa création à la fin des années 80, Janes Simons Renaissance Technologies détient plus de 30 milliards de dollars d'actifs et réalisait en 2007 des gains nets annuels d'environ 30%, son président-fondateur a déjà accumulé plus de 1,7 milliard de dollars de fortune personnelle.

Parmi les associés dirigeants de LTCM, trônent les prix Nobel d'Economie Myron Scholes et Robert Merton. Ancien élève de l'économiste nobelisé Paul Samuelson au MIT, ensuite professeur dans ce même établissement puis à Harvard, Robert Merton est lui aussi un quant de renom qui appliqua les mathématiques aléatoires en temps continu (le calcul d'Itô) à l'analyse financière. Son binôme Scholes et lui obtiendront leur récompense en 1997 pour leurs nouvelles méthodes d'évaluation des produits dérivés. Avec leur trinôme Fischer Black - mathématicien et actionnaire à Goldman Sachs qui aurait du être nobelisé avec ses compagnons mais mourut peu avant l'attribution du prix – ils élaborèrent le fameux modèle de Black-Scholes, grandement inspiré du mouvement brownien décrivant le mouvement aléatoire des particules et partant du principe suivant : la valeur d'un titre varie pour des raisons prévisibles d'une part, et à cause de circonstances aléatoires d'autre part (St : valeur initiale du titre, dSt : variation du prix du titre, μStdt = valeur du titre après variations prévisibles et aléatoires); le facteur aléatoire étant désigné par « volatilité ».

La valeur du titre est d'autant plus sujette à une chute brutale lorsque les facteurs aléatoires afférents et donc sa volatilité sont élevées. Dès lors, ce titre représente une option onéreuse et/ou risquée. Depuis, le modèle de Black-Scholes a été perfectionné et raffiné grâce à la puissance computationnelle indéfiniment accrue des modélisations financières, fournissant ainsi de meilleures évaluations des fluctuations de titres sur les marchés réels. Il ne restait plus qu'aux quants à intégrer des éléments additionnels comme les variations sur le marché des changes et maints facteurs macroéconomiques.

Du fait de ces modélisations drastiquement améliorées, l'innovation en produits dérivés a littéralement explosé depuis la seconde moitié des années 90, drainant investisseurs et spéculateurs vers les CDO – purs produits de quants - à flots continus. Malheureusement, les subprimes entraînèrent immédiatemment les CDO dans leurs descentes aux enfers. Les investissements massifs dans ces dérivés de dérivés ont coûté très cher à AIG... Autrefois compagnie d'assurances ?

Tel un météore s'écrasant dans le Yucatan, l'onde de choc s'étendit rapidement aux titres financiers de sociétés (equities), envoyant ensuite le système financier mondial au tapis et infligeant un sévère KO à la communauté des quants. Au final, en plus de brouiller les radars ultra-perfectionnés des sociétés financières, la complexité croissante des produits dérivés a sournoisement interconnecté des marchés auparavant séparés, et irrémédiablement déconnecté prêteurs et emprunteurs... Ces derniers payant toujours leur innocence ou leur distance au prix fort, surtout lorsqu'il s'agit de simples propriétaires immobiliers.

Quelles premières leçons éclair tirer de tout cela ? Primo : le comportement humain n'est guère quantifiable ou prédictible en termes mathématiques. Secundo : ne placez pas votre argent (ou celui de votre client) dans un produit financier auquel vous ne comprenez pas grand-chose.

En savoir plus :
  1. Agoravox : Année noire, épilogue, par Forest Ent
  2. Financial Times : The boring is biting with vengeance
  3. Bits : How Wall Street Lied to Its Computers
  4. Telos-eu : Crise financière : Achille et la tortue, par Marc Onado
  5. Le Figaro : Ce que nous révèle la financiarisation sur l'économie, par Philippe Lentschener, Yann Moulier-Boutang et Antoine Rebiscoul
  6. L'expansion : Ce petit génie a perdu 600 milliards

samedi 27 septembre 2008

Comment les médias forment et déforment notre réalité


Auparavant journaliste à Cyberpresse.ca et actuelle rédactrice-en-chef de Alterheros.com, Julie-Maude Beauchesne nous explique comment et pourquoi "notre perception de la réalité est beaucoup plus celle des autres, voir des médias, que la nôtre. Et c’est là que les dérives les plus graves peuvent survenir. Si les médias jouent un rôle des plus utiles dans notre société assoiffée d’information, n’oublions pas que sans les médias, il n’y aurait jamais eu l’Holocauste, il n’y aurait jamais eu de génocide au Rwanda, il n’y aurait jamais eu de guerre en Irak, lesquels ont nécessité une mobilisation incroyable de l’opinion publique."

Avec une argumentation implacable et un style extrêmement efficace, Beauchesne enfonce le clou : "Cela ne nous vient pas nécessairement à l’esprit, mais comme les médias nous offrent leur information de façon pratiquement gratuite, c’est nous qui sommes en réalité le « produit », lequel est vendu aux annonceurs en quête de visibilité, d’un auditoire, d’un lectorat."

Un article publié dans Agoravox, à consommer sans modération...

vendredi 26 septembre 2008

Google Phone contre iPhone



Des objets nomades à l'Internet mobile via les systèmes d'exploitation, tout laisse présager d'intenses fleurets mouchetés ou un choc de titans entre Google et Apple.

Alien versus Predator

Réponse directe et très prometteuse au iPhone, le premier Android - ou G1 signé Google , T-Mobile et HTC - devra faire nettement mieux pour concurrencer le bijou techno made by Steve Jobs. Analyse comparative des deux super-gadgets.

Le clavier virtuel du iPhone et sa sensibilité intelligente sont certes une merveille d'innovation mais les claviers classiques du Blackberry, du Treo et du G1 sont nettement plus confortables à fortiori pour les dégénérés du jeu vidéo mobile... Du calme, ce n'est qu'un sarcasme. Prêts ? Combattez ! Ce confort digital a un prix : le G1 est beaucoup moins compact que le iPhone dans la poche frontale de votre jean. Un pouce levé pour la batterie du G1 aisément plus remplaçable que celle propriétaire du iPhone.

Ce dernier dispose d'une mémoire intégrée de 8 ou 16 Go – à quand une version 32 Go ? - tandis que le G1 n'a qu'une mémoire initiale de 192 Mo heureusement livrée avec une carte SD d'un 1 Go... Hissant son prix final à une altitude « quasi-iphonique » : 179 $ contre 199 $ pour le bébé d'Apple. Si Google et HTC veulent réellement faire d'Android un omniphone digne de ce nom, une mémoire nettement plus étendue avec un meilleur rapport qualité-prix sera indispensable.

Le G1 fournit d'emblée les services googléens GPS (Maps, Street View) associés à une boussole interne qui n'a certes aucune ûtilité immédiate pour le nomade urbain, mais le deviendrait s'il se trouve en territoire plus ou moins inconnu. Nul doute que plusieurs geeks dériveront ingénieusement son usage à l'image des mash-up dans la géolocalisation. L'application Shopsavvy du G1 offre une interactivité sans pareil : en photographiant le code-barre d'un produit avec la caméra 3 millions de pixels, Android ouvre un onglet d'arrière-plan et propose des liens Web commerciaux offrant ce même produit à différents prix ainsi que la géolocalisation des points de vente les plus proches. Ici, le lien commercial contextuel qui fait la force de Google a été raffiné en hyperlien physique commercial inspiré du code QR nippon. Magistral.

La quasi-totalité des applications Google en ligne sont accessibles hors ligne au G1 (sauf Google Maps du fait de sa configuration netware inhérente). Le calendrier intégré d'Android n'est qu'une stricte reproduction du très apprécié Google Calendar. En outre, l'utilisateur peut synchroniser à volonté ses données Google Apps (courrier, traitement de texte, tableur, etc) dans son mobile et sur le Web. Une fonctionnalité très pratique en cas de rupture/d'indisponibilité du réseau. Avec son Macintosh, Apple fut le pionnier des ordinateurs personnels multi-tâches. Apparemment, cette philosophie n'imprègne que très peu son iPhone. Basculer d'une application à l'autre et copier/coller des données deviennent un jeu enfant avec Android. Sur ce point, Windows Mobile et Apple devront prendre de la graine.

À ce jour et ce quoiqu'on en dise, le iPhone est une solide pôle position et le sex symbol du mobile multimédia. Rien de tel côté Android qui propose néanmoins un lien direct vers la boutique e-musicale d'Amazon. Reposant complètement sur de l'open source, le gPhone aura donc tôt ou tard son lecteur multimédia polyvalent (type VLC ?). De quoi en finir avec la préalable conversion de fichiers audio/vidéo avant transfert vers le iPhone...

Télécodes

En fait, Android ce n'est pas seulement un produit Google + HTC + T-Mobile, c'est d'abord le coeur du consortium Open Handset Alliance initié certes par Google mais fédérant une trentaine de sociétés de téléphonie et de technologie dont Audience, Broadcom, China Mobile, Intel, eBay, KDDI, Motorola, NTT DoCoMo, NVIDIA, Qualcomm, Samsung, Sprint Nextel, Synaptics, Telecom Italia, T-Mobile et Texas Instruments, pour ne citer qu'eux. C'est surtout une plate-forme open source dont l'atout-maître réside dans les multiples innovations qu'en feront les développeurs libres.

Android connaîtra-t-il une croissance explosive à la iPhone ou une robuste expansion organique ? Dans tous les cas, Google a toutes les ressources financières et technologiques pour patienter et se repositionner. Avec ce modèle mobile open source, drastique rupture dans le monde plutôt austère des télécoms, la firme de Mountain View vise simultanément Windows Mobile, Java Mobile Edition, Apple, Nokia et RIM (concepteur du Blackberry). Vaste programme.

LG et Samsung manufacturant respectivement les « pseudo-iphoniques » Vu et Instinct rattraperont difficilement Apple en focalisant sur les interfaces et en délaissant les couches logicielles. Google a vite compris que la bataille contre Apple (et Windows Mobile) se gagnera surtout sur le terrain du code et a complètement renové sa machine virtuelle Dalvik et son compilateur bytecode « qui a un gros air, une saveur et une odeur de Java sans pour autant cloner Java », ceci afin de s'éviter les foudres de Sun Microsystems et d'orienter les développeurs en terre connue. En investissant seulement 10 millions de dollars dans le premier championnat Android de programmation et développement (thèmes 2008 : applications GPS et hardware open source), Big White inflige une leçon d'ingéniosité et d'ouverture à Big Apple versant dans une approche plus onéreuse, plus sophistiquée et plus hermétique des applications mobiles

Les équipementiers pourraient facilement dériver la plate-forme Android pour leur propre compte. Cependant, tout porte à croire que la firme de Mountain View veut essentiellement acquérir une domination cognitive dans la conception de mobiles multimédia et reproduire son hégémonie publicitaire du Web dans l'Internet mobile; des statistiques récentes de l'Union Internationale des Télécommunications montrant que les services de données représentent actuellement plus de 20% des revenus des opérateurs mobiles de par le monde. Deus ex machina : Google Brother mobile tombe à point nommé...

Les opérateurs télécoms n'ont qu'à bien se tenir : entre Youtube et Picasa, leur plafond mensuel à 1 Go de données provoquera bientôt quelques éruptions volcaniques auprès de leurs abonnés. Ce n'est guère un hasard si T-Mobile - membre de l'Open Handset Alliance et premier démonstrateur du G1 - a récemment aboli ce plafond, estimant que ses clients doivent pleinement disposer des capacités de leurs mobiles Android et de son réseau 3G.

D'une certaine façon, si le iPhone fut le Spoutnik des mobiles multimédia, Android pourrait bien devenir le Soyouz...

Articles liés :

  1. Électrosphère : Autour du Google Phone

  2. Media Tech : Google veut éclipser la licence Mobile Java de Sun, par Didier Durand

  3. Youvox Tech : HTC sous Google Androïd, c’est parti avec T Mobile pour 179$, les premières photos, par Christian Jegourel

  4. Bits : T-Mobile Lifts Bandwidth Cap for Google Phone

Article publié et commenté dans Agoravox