lundi 4 février 2008

Une socioéconomie de la prostitution et du strip-tease

Appel de phares

En coopération étroite avec les travailleuses du sexe et la police, Steven Levitt et Sudhir Venkatesh, respectivement professeurs d'économie à l'Université de Chicago et de sociologie à l'Université de Columbia, ont réalisé « An Empirical Analysis of Street-Level Prostitution », étude basée sur 2200 « transactions » effectuées entre 2005 et 2007 par 160 prostituées à Chicago et dans plusieurs grandes villes américaines.

Dans la ville d'Al Capone, les activités de prostitution ont lieu sur seulement 0,3% des angles de rue, vendeuses et clients devant se retrouver très rapidement, le plus souvent près des gares, des voies à grande circulation ou près de vieux quartiers à forte animation nocturne. Grâce à leur grande fréquentation, ces lieux ont le mérite de détourner l'attention et d'anonymiser les demandeurs autant que possible.

Les revenus moyens d'une sex worker sont nettement supérieurs à la moyenne : 27 dollars par heure, soit en moyenne 3 à 4 fois plus qu'une secrétaire comptable... Mais avec des risques drastiquement plus élevés : plus de 300 rapports sexuels par an sans préservatifs et une agression violente chaque mois ! Afin d'obtenir la clémence des forces de l'ordre voire de bénéficier de la très relative (mais parfois nécéssaire) protection physique et relationnelle d'un agent de police, la travailleuse du sexe devra systématiquement lui offrir des transactions gratuites et lui reverser 3% de ses gains mensuels. Dans de telles conditions, on comprend qu'elle n'ait ait guère envie de se rendre au commissariat pour porter plainte. Les deux universitaires ont constaté que policiers et prostituées entretiennent une longue relation faite d'amour, de haine et de rackets

Toutefois, la travailleuse du sexe sera placée en garde en vue environ toutes les 450 passes et toujours libérée le lendemain après quelques sermons. Seulement une prostituée sur dix purgera une peine de prison ferme, excédant rarement plus de 14 mois car vite transformée en conditionnelle bien avant ce délai. La justice criminelle semble avoir plus d'impact sur le commerce de la drogue ou des armes que sur la prostitution, c'est-à-dire très peu.

A Chicago, à New York, à Philadelphie, à Los Angeles et ailleurs, la politique tarifaire d'une sex worker est segmentée par la typologie socio-ethnique américaine : lors de la négociation, on demandera souvent au client blanc de délier un peu plus sa bourse et on accordera régulièrement un rabais à son homologue noir ou latino. Sempiternelle discrimination positive, quand tu nous tiens... En général, la majoration du tarif est inversément proportionnelle à l'usage du préservatif. Effrayant. Certains jours sont plus propices à une flambée des prix : de +30% et +60% le 4 juillet (fête nationale US), les trottoirs étant également pris d'assaut par les « part-time », littéralement les occasionnelles.

L'étude comporte évidemment son point controversé : une prostituée « maquée » gagnera mieux et bossera moins que sa collègue freelance qui, de surcroît, sera la cible favorite des gangs et/ou de la police (extorsions, violences aggravées, abus sexuels, homicide, etc). En général, les exigences du « mac » en termes de passes quotidiennes seront plus souples et sa redistribution pécunière sera plus avantageuse par rapport à la moyenne du marché, ceci afin d'attirer, de retenir et de motiver les travailleuses les plus sexy et/ou les plus efficaces. A plusieurs reprises, les deux chercheurs ont été sollicités par des prostituées souhaitant être présentées à un mac.

Une étude similaire menée en Equateur fait plus ou moins écho à celle de Levitt et Venkatesh. Dans « Sex Work and Infection: What's Law Enforcement Got to Do with it? », Paul Gertler et Manisha Shah, respectivement professeurs d'économie à l'Université de Berkeley et à l'Université de Melbourne, ont constaté que le marché équatorien comportait également une forte segmentation tarifaire en fonction de l'appartenance ethnique du client. Dans ce pays, les maisons closes sont plus présentes et très fréquentées, le préservatif y est utilisé dans 61% des rapports contre 25% dans les rues, le même pourcentage qu'à Chicago. Déjà mieux protégées des MST, les travailleuses en maisons closes sont plus jeunes, plus sexy, mieux éduquées et mieux rémunérées que leurs consoeurs outdoor.

La réalité équatorienne tend à démontrer qu'une réglementation de la prostitution limite considérablement la propagation de MST et oriente les travailleuses du sexe vers l'encadrement plus sain et plus sécurisé des maisons closes.

Sur le feu du podium

Dans « In da club », Taggert Brooks, professeur d'économie à l'Université du Wisconsin, s'est intéréssé aux clients des strip-clubs. Contrairement au préjugés, l'habitué typique de cet endroit est plutôt jeune (entre 25 et 45 ans), célibataire, diplômé d'université souvent aisé, plus à la recherche de sensations fortes ou d'une expérience intime relationnelle que d'une aventure sexuelle proprement dite. La crainte des MST expliquerait en partie ce comportement. Dans maints strip-clubs urbains américains, le client et la strip-teaseuse peuvent se mettre à l'écart dans un petit salon feutré et confortable sous vidéosurveillance permanente. Dans la plupart des cas, notamment dans les grandes villes, il interagira étroitement avec une étudiante exerçant passagèrement ce métier afin de financer ses études. D'un strip-club à l'autre, le client pourra ou non s'adonner à de légers rapprochements tactiles. S'ils le souhaitent, les deux acteurs peuvent prolonger leur relation loin de ce cadre professionnel « hot », l'établissement tenant à tout prix à sa réputation et à ne pas s'attirer les foudres d'un procureur en quête de votes.

Présents à la rencontre annuelle de l'American Economic Association, les cinq économistes ont affirmé que leurs études, aussi précises et détaillées soient-elles, ne doivent point servir de conclusions fermes et définitives. Avec une dose d'humour, ils ont toutefois constaté que, par bien des aspects, la myopie au risque est aussi marquée dans le monde de la finance que dans celui du sexe payant.

Toutes proportions étant égales par ailleurs, il serait intéréssant de savoir si des nations multi-ethniques comme le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l'Afrique du sud et l'Australie foisonnent de statistiques équivalentes.


Article publié et commenté sur Agoravox


2 commentaires:

JM a dit…

Salut Charles,
Très intéressant et instructif cet article, bravo !
Et bonne année du Rat au fait :)
Biz
J Marc

Anonyme a dit…

(proposition sujet… à ta sauce)

Bonjour Charles.

Je viens d'apprendre que le Cameroun a été coupé du réseau. Aurais-tu des news sur les différentes ruptures des câbles (5 à 6) et des enjeux en ce moment…

Système contrôle…?!