vendredi 4 avril 2008

Zik' to download

In Rainbows de Radiohead version hip-hop, de superbes mix-up pop-rock, electro, techno, hip-hop et soul. Labels et blogs anglo-saxons lâchent la dope légale et gratuite.

Mise à jour : 13 Décembre 2008

Plusieurs dealers du décibel qui nous fournissent encore en fixes dignes de ce nom recommandent vivement de s'accrocher : les offerts aux junkies deviendront monnaie très courante. Au sein des petits/moyens labels et audioblogs américains, canadiens, britanniques et australiens, les mollahs zérodollar prolifèrent à la vitesse TGV. Avant de poursuivre la lecture, filez d'abord chez le chinois/l'indo-pakistanais et ramassez un 300 Go. Vous en aurez méchamment besoin.

Rainydayz de Amplive : Radiohead XXXXXL dans un Hummer fluo
Après quelques démêlés puis un accord avec Thom Yorke, le producteur et DJ hip-hop Amplive a pondu Rainydayz, où il a hip-hopisé In Rainbows. Original, agréable et surtout bien mené.

Daytrotter : plus indie, tu meurs
A la vue des covers trash et naïves de Daytrotter évoquant celles de Sonic Youth, une bonne intuition s'empara aussitôt de moi. Via ce studio de Rock Island (Illinois), des artistes pop-rock américanadiens mettent en ligne leurs sessions finales. Déjà près de 1000 titres disponibles, environ 3 ou 4 de plus par semaine et plus de 2 millions de téléchargements depuis sa création en 2006. Daytrotter se veut un peu le descendant de 120 Minutes ou d'Alternative Nation, deux émissions mythiques de MTV des 90's aux tracklists aussi excellentes qu'introuvables. A bookmarker de toute urgence !

Matador et Anti ont pété les plombs !
Le fameux label indé américain Matador balance Intended Play Spring 2008, une très charmante compilation regroupant quelques noms comme Cat Power, the Cave Singers, Matmos, Times New Viking, Stephen Malkmus (ex-leader des Pavement) ! Ils comptent en mettre une autre cet été ? Son confrère Anti nous offre Epitaph, 16 tracks dont Nick Cave, Islands, Joe Henry et the Frames. Pensez à exclure ces deux labels de vos prochaines fatwas contre l'industrie phonographique.

So Cosmic de Cut Copy : disco futuro-psychédélique
Je bave rien qu'en entendant le nom de ces héros de l'electro australienne. So Cosmic est un mix-up disco de 23 pistes où l'on trouve pêle-mêle Daft Punk, Fleetwood Mac et Aphex Twin. Extrêmement bien foutu.

Discobelle : efficace
Tenus par quatre DJ suédois aussi bosseurs que fêtards, Discobelle avait eu la prescience de poster Billie Jean remixé de Kanye West avant tout le monde. Depuis, DJ, petits labels et grandes maisons de disques leur envoient quotidiennement des tracklists de divers styles, plutôt orientées dancefloor, et filtrées sur le volet par l'insomniaque quator nordique.

ill-e-tronic : quality over fashion
Sur la scène electro/techno underground de Sa Majesté, l'audioblog londonien ill-e-tronic est devenu une référence. Très peu de house feutré ou de grosses tendances techno : le blog se veut « pas forcément contre mais à côté du système ». Le seul hic, c'est qu'il peut s'écouler deux ou trois semaines avant la prochaine mise à jour. Toutefois, j'apprécie beaucoup le contenu très infotainement accompagnant chaque morceau.

Allez Allez : remix entre potes DJ
Ce blog a été crée en 2006 afin de promouvoir le night-club londonien du même nom, et n'a pas son pareil pour attirer les contributeurs. Chaque semaine, des dizaines de DJ et d'artistes auto-enregistrent leurs sessions d'essais et les refilent à Allez Allez. Il y a quelques semaines, le producteur norvégien electrofunk Lindstrøm leur a envoyé un mix-up monstrueux nappé de Dire Straits, de Donna Summer et de Marvin Gaye. Wow !

Red Kelly : le retour des faces B noires
Quel mouche a donc piqué ce new-yorkais pour s'investir dans la conservation de ce catalogue mort depuis belle lurette, en renaissance grâce à l'effet longue traîne ? Red Kelly ne diffuse pas seulement les faces B 45 tours des musiques soul, funk, blues, disco et blaxploitation, il rédige avec talent un essai méticuleux sur la carrière de chaque artiste playlisté. « Vous écoutez un morceau génial dans votre voiture en attendant désespérement que l'animateur vous donne son titre... Et voilà la foutue page pub qui s'y met et puis plus rien ! Mon blog se veut précisément le contraire de ce genre de frustrations. » Que peut-on faire pour que Red Kelly aille à tous les coups au paradis ?

Stepfather of Soul : Jackie Brown à bord
Résidant à Atlanta (Georgie), Jason Stone a une discothèque personnelle de plus de 2000 disques 33 et 45 tours dont une grande partie héritée de son feu père mélomane. Soul, jazz, funk, blues, gospel, inédits Stax ou Motown : Stepfather of Soul n'est pas seulement une tracklist en or, c'est aussi un talent critique hors pair. Son podcast fait le gâteau sous la cerise.

Cocaine Blunts : check the sound !
Le hip-hop, à fortiori underground, ne bénéficie pas d'une blogosphère aussi volumineuse que celle de la pop-rock indé. « Pourtant, ce ne sont pas les niches hip-hop, de vrai hip-hop, qui manquent. Il est temps de réparer ce préjudice », affirme Nos, DJ washingtonien et remarquable blogger qui créa Cocaine Blunts en 2005 et a récemment interviewé Witchdoctor et Pimp C. Aujourd'hui, collègues et grands labels du hip-hop et de la RN'B l'approvisionnent grassement en playlists. Personne ne râlera en téléchargeant la discrimination positive de Nos.

Françoiz Breut : un coup de foudrecoeur personnel...
Fini la rigolade ! Si vous ne connaissez pas encore Françoiz Breut (page Myspace), il est encore temps de remédier à cette gravissime ignorance. Ce n'est pas seulement l'intimité de ces textes qui hèle notre ouïe, c'est aussi une instrumentation pop-punk souvent teinté de touches westernisantes à la Sergio Leone ou mexicaines à la Calexico, le fameux groupe sud-californien avec lequel elle a travaillé. N'ayons pas peur des mots : Françoiz Breut (site officiel) c'est n'est pas seulement de la grande chanson française/belge - ayant le surcroît le mérite d'une indépendance certaine, c'est aussi et surtout une invitation au voyage sentimental et à l'aventure émotionnelle. À première vue, on ne prête guère attention à cette éternelle et mignonne dégaine d'étudiante; puis au bout de deux minutes, on aimerait extirper un numéro de mobile et quelque e-mail à cette charmante et attachante créature pour ne pas la perdre d'un fil durant ses perpétuelles tournées...

NB : Oui, j'achète ses CD et télécharge ses chansons sur une plate-forme commerciale en ligne ! Et le droit du consommateur, ça compte pour du beurre ?

L'industrie phonographique veut que nous achetions sa musique comme autrefois, quand le Blackberry, le Web 2.0 et le iPod ne relevaient même pas de la science-fiction. C'est très mal parti. En introduisant la freeconomie de Chris Anderson - le papa de la fameuse Longue Traîne - n'avais-je pas signalé que les industries phonographiques sont nettement en retard par rapport aux audionautes que nous sommes ? Quand les labels, les radios IP, les réseaux sociaux, les podcasts et les blogs saupoudrent la Toile de cette came légale défiant toute concurrence commerciale, à quoi bon poursuivre les consommateurs ?

Pour consulter les régulières mises à jour de cet article, abonnez-vous à mon flux RSS ou cliquez simplement sur le widget "Zik" to download" en page d'accueil.


Aucun commentaire: