lundi 22 septembre 2008

Les vautours du décibel



À coup de clauses carnassières, l'industrie phonographique saigne à vif les nouveaux entrants du marché e-musical et veille jalousement sur ses rentes de situation.

La boîte de Pandora

Une quelconque relation télépathique spéciale lierait-elle Steve Ballmer et Steve Jobs ? Microsoft et Apple ont simultanément tilté sur la « découverte musicale assistée par ordinateur ». Ma nomenclature personnelle remplace cette barbare expression par « playlist intelligente », concept qui concurrencera vite le mode shuffle ou random basculant de Madonna à Sparklehorse via Mozart et Françoiz Breut.

Connectés aux nuages de données d'Apple et de Microsoft, les dernières versions de iTunes et de Zune analysent algorithmiquement vos morceaux préférés puis suggèrent automatiquement de nouveaux titres « que vous aimerez »... À télécharger pour quelques micro-dollars. Les deux firmes ont puisé leur inspiration auprès de la radio IP Pandora, pur produit du Music Genome Project dans lequel analyses algorithmiques et humaines permettent de trier, classifier et sélectionner les titres sur la base de 400 critères. Grâce à ses approbations/rejets et notations des morceaux diffusés, l'audionaute fournit de précieuses indications sur sa typologie musicale. Ainsi, les serveurs de la station réactualisent régulièrement sa bande-son personnelle avec une précision constamment accrue.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si la RIAA ne s'activait pas autant sous la table du législateur...

La diffusion musicale par les stations américaines est considérée comme une activité purement promotionnelle. Fortes d'un lobby radiophonique très persuasif depuis les années 40, les FM n'ont donc pas de royalties à reverser à l'industrie phonographique. Par contre, les radios Internet/satellittaires sont soumises à un régime plutôt féodal :

  • une royalty de 0,0019 centimes par auditeur par titre instaurée en 2007 par le Copyright Royalty Board,

  • une royalty rétroactive de 0,008 centimes pour les années fiscales 2005-2006,

  • ainsi que sur les titres rejetés ou évités par leurs auditeurs.


Des sommes plutôt infimes à première vue. Mais lorsque des milliers voire des millions d'audionautes écoutent un firmament d'oeuvres musicales, les montants à reverser prennent des proportions gargantuesques, au point d'axphysier rapidement les radios Internet/satellittaires : celles-ci devront payer entre 100 et 300% de leurs médiocres profits ! Stagnant dans une rentabilité très relative, elles perçoivent déjà d'énormes parasites dans leurs fréquences : le CRB a planifié l'augmentation des royalties de 6% et 8% respectivement pour 2010 et 2012. Comment en est-on arrivé là ? A cause de l'impossibilité des radios satellittaires/Internet et des majors musicales de parvenir à un accord, les secondes bénéficiant des oreilles et des bras longs des sénateurs.

Au départ, Pandora requérait une inscription payante afin que les audionautes accède à ses playlists intelligentes. Sans succès. L'intégration d'un modèle économique gratuit mais financé par la publicité draina rapidement plus de 16 millions d'abonnés, la station proposant de surcroît – comme beaucoup d'autres - le téléchargement des morceaux streamés sur les sites payants iTunes, Amazon, etc. Dès lors, les radios 2.0 ne remplissent-elles pas une fonction promotionnelle plus directe que celle des radios hertziennes du fait de l'immédiateté des hyperliens commerciaux ? A peine adolescents, les juke-box virtuels ne survivront-ils que dans l'antre d'un dragon de la Toile (Microsoft, Apple, Google, Amazon, etc) ?

Musique légale = suicide commercial

Considéré auparavant comme une infâmie, le peer-to-peer est devenu un modèle technologique prometteur. Rien de surprenant à ce que BBC iPlayer et 4OD (Channel 4) intègrent « un moteur Bittorrent », leur faramineux succès causant même quelques clashs avec les FAI britanniques confrontées à la voracité de ces catch-up TV envers la bande passante royale. Les majors ont passablement compris qu'il s'agit d'abord et surtout d'une technologie et non d'un vaisseau cyberpirate. Toutefois, où sont les plate-formes P2P commerciales dignes de ce nom ?

Certaines plate-formes P2P ou classiques ont signé des contrats avec les majors en toute intégrité et leur reversent des millions de royalties : Liquid Audio, a2b, Lala, Qtrax, Mashboxx, Pandora et Comes With Music (Nokia). Malgré une bonne presse, elles volent toujours au ras des pâquerettes. D'autres ont plus ou moins réussi - légalement ou clandestinement - avant de céder aux pressions judiciaires et aux clauses carnassières : MP3.com, Myspace Music, Imeem et l'historique Napster ne sont plus que des vaches à lait pour l'industrie phonographique; MP3tunes, Veoh, Multiply et Seeqpod agonisent littéralement. Apparemment, à moins de s'appeler iTunes, Amazon ou de figurer parmi de rares exceptions comme eMusic, dur d'émerger significativement en partenariat avec les majors dans le marché e-musical.

Première ligne du P2P légal, pas cher et sans DRM, « Wippit mort d'avoir voulu respecter les maisons de disques », explique Guillaume Champeau (Numérama). Ennemi juré d'antan de l'industrie phonographique quand il dirigeait Grokster et aujourd'hui ex-patron de Wippit, Wayne Rosso reproche aux majors d'exiger « des avances scandaleuses qu'aucun investisseur ne tolèrerait, donc en étant aussi difficiles elles font fuir les investisseurs ». De plus, il ne voit aucun futur viable pour la musique commerciale en ligne : « Il n'y a pas d'argent à gagner dans la vente de contenu. Le contenu est un moyen pour une fin. En fin de compte ça sera financé par la publicité et gratuit ».

Flibusterie.MP3

L'hésitation voire la hantise du secteur phonographique pour le publi-financement – comme pour la licence globale autrefois - s'explique aisément : les clauses royaltivores, les taxations distributives évoquées précédemment et les taxations progressives des objets nomades (taxes sur les baladeurs, les téléphones mobiles, les mémoires USB, les boîtiers multimédia, etc) garantissent ses colossales rentes de situation, et ce, peu importe l'usage qu'en fera ou non le cybernaute. Les majors veulent bien que les choses bougent en surface mais s'emploient activement à ce que rien ne change en profondeur. Professeur de droit à Temple University et spécialiste du copyright, David G. Post affirme à juste titre que « les grands groupes qui traquent impitoyablement tout signe d'infraction ont la loi pour eux. Doit-on les laisser faire ? »

Quelques années plus tôt, lors du boom biotech, la société civile mondiale dénonça vivement l'inflation des brevets privés sur le vivant. Inspirés par l'open source et les Creative Commons, des biolinuxes émergèrent peu à peu afin de contrecarrer cette « gloutonnerie du brevetage privé » (cf. Danielle Auffray, Fiorello Cortiana et Alain Lipietz dans Le Monde du 15 mars 2005). Copyrights perpétuellement étendus, droits d'auteurs renforcés à outrance, clauses carnassières et royalties pantagruéliques : mêmes modes opératoires, mêmes finalités. Pour ma part, l'audiopiraterie des maisons de disques est à la culture musicale ce que la biopiraterie des firmes biotech est aux sciences du vivant : un racket haute fidélité en mode repeat.

Aux yeux des majors, la gratuité apparente dévalue leur offre musicale d'où leur lenteur opérationnelle et stratégique dans le cyberepsace. Elles ont tort : le défi majeur du cybermarketing culturel repose beaucoup plus dans le choix élargi et/ou personnalisé que dans la valeur marchande, à fortiori dans un marché de niches par myriades. La preuve flagrante par Pandora et les diverses radios 2.0.

Actuellement, partage, découverte, diversité, interactivité, « égocasting » et contenus multimédia enrichis sont au rendez-vous dans les blogs, les podcasts et les réseaux sociaux. Les hyperliens gratuits et légaux de la musique abondent, qu'ils s'agissent d'artistes indépendants ou de popstars en rebellion contre « le système ». Ne voit-on pas les audionautes se ruer vers les offres promotionnelles en ligne (Portishead, REM, Radiohead, etc) précédant les sorties officielles et vers les places de concerts ? Une fois de plus, l'industrie phonographique a plusieurs années-lumières de retard : Napster d'abord, le peer-to-peer ensuite et enfin le Web 2.0, elle semble complètement aveugle et sourde aux rapides évolutions de la consommation musicale. Tant pis pour elle, la migration des herbivores n'attendra pas.

Cependant, les vieux lions blessés peuvent encore asséner quelques coups de patte meurtriers et n'hésitent guère à assassiner plusieurs progénitures rivales avant de sombrer...

Articles liés :

  1. Techcrunch : The music industry’s new extortion scheme

  2. Electrosphère : L'illusoire et mensongère cyberpolice culturelle

  3. Numérama : Wippit mort d'avoir voulu respecter les maisons de disques

  4. Techcrunch : The inevitable march of recorded music towards free

  5. Electrosphère : Introduction à la freeconomie

  6. Electrosphère : Des biolinuxes contre la biopiraterie

  7. Electrosphère : La décadence de l'industrie phonographique


Article publié et commenté dans Agoravox

Aucun commentaire: