jeudi 8 janvier 2009

Quelques interdits de Google Maps et Street View


Sous la pression de plusieurs gouvernements, la firme de Mountain View restreint voire occulte la géovision 3D de maints sites sensibles comme les bases aériennes de Ramstein (Allemagne), Reims (France) Soestenberg, Kamp van Zeist et Leeuwarden (Pays-Bas), l'agence OTAN C3 à Bruxelles et PAVE PAWS (Caped Cod, Massachussets), centre américain de surveillance spatiale et d'alerte avancée contre les missiles ballistiques. Images à l'appui, de nombreux autres sites sont listés par Blurred Out : 51 things you aren't allowed to see on Google Maps.

Dans Le Pentagone épingle la géographie 3D, j'expliquais comment et pourquoi le DoD avait fermement prié - à mes yeux, à juste titre - les infomédiaires Google et Microsoft de « géocensurer » bâtiments administratifs et structures militaires américains classés secret défense. Les géotacticiens en chambre devront ravaler leurs frustrations...


2 commentaires:

archibald a dit…

Il semble que le phénomène ne soit pas spécifiquement américain ni nouveau : les "photos de ville" du site des Pages Jaunes ont toujours censuré certaines adresses officielles.
En ce qui concerne google map, impossible par exemple d'avoir une vue satellite de l'Ile Longue, base de nos SNLE. A mon avis c'est de la parano ou de la gesticulation, car la destruction éventuelle (et forcément provisoire) du garage n'influerait aucunement sur le système dissuasif mais constituerait un casus belli évident.

Frédéric a dit…

Il s'agit surtout d'éviter d'aider les éventuelles ''infiltrations'' dans ces zones sensibles.

Coté ''parano'', il y eu pire. Rappellons qu'en URSS, il était impossible pour un simple citoyen d'avoir une carte précise de Moscou et que les positions de plusieurs villes étaient porté sur les cartes à des dizaines de kms de leur emplacement réel.