mercredi 18 mars 2009

Des troupes en Afghanistan, des drones au Pakistan



L'Irak fut la guerre de Bush, l'Afghanistan est la guerre d'Obama, le Pakistan sera peut-être la première vraie guerre robotisée d'Oncle Sam.

Selon le New York Times, l'administration Obama envisage sérieusement d'étendre ses raids au Balouchistan, région pakistanaise à partir de laquelle les lieutenants talibans orchestrent leurs opérations vers le sud de l'Afghanistan, devenu peu à peu une zone de « conflit dur ». Jusqu'ici, les drones Predator et Reaper de la CIA opéraient uniquement dans les régions tribales pakistanaises échappant à l'autorité gouvernementale; dès lors, Islamabad tolérait cette violation de souveraineté qui n'en est pas vraiment une et s'accomodait tant bien que mal de ces opérations spéciales robotisées. Or, le Balouchistan étant une province effectivement placée sous contrôle gouvernemental, les raids américains constitueront une réelle violation de la souveraineté de l'état pakistanais qui ne manque pas de le faire savoir.

Autrefois conseiller auprès l'ex-secrétaire d'État Condoleeza Rice et aujourd'hui auprès du Général David Petraeus, l'ancien colonel australien David Kilcullen est l'un des grands penseurs de la fameuse doctrine de contre-insurrection (COIN). Récemment, il a ouvertement fait part de son opposition à cette campagne militaire robotisée : « si nous voulons renforcer nos alliés et affaiblir nos ennemis au Pakistan, bombarder des villages pakistanais avec des drones sera totalement contre-productif ». Dans Small Wars Journal, il affirme que « ces raids unilatéraux […] ont un effet entièrement négatif sur la stabilité du Pakistan » car ils grossissent les rangs extrémistes pakistanais et entravent l'élaboration d'un partenariat solide avec Islamabad. Enfin, il recommande vivement aux États-Unis de ne recourir aux raids « aérobotisées » qu'en dernier recours et de préférer des opérations commandos classiques, de surcroît avec l'appui et la collaboration explicites du gouvernement pakistanais.

Malheureusement, le culte du silence et du secret est de loin plus prégnant dans une agence spéciale comme la CIA – en charge des drones opérant au Pakistan – que dans un corps d'armes classique comme l'US Air Force. Entre un conflit asymétrique dur, la violation robotisée de souveraineté et le lourd héritage de la Transformation, l'administration Obama aura beaucoup de bogues à fouetter...

Découvert via le blog « allié » Guerres et Systèmes, cet article du The New Atlantis « sur les questionnements d’ordre juridique relatifs à l’emploi de systèmes robotiques sur les champs de bataille contemporains et futurs » (cf. Alain de Neve) vaut largement le détour.

Dans La Marche du Terminatrix et dans Du cockpit au joystick, j'avais abordé divers enjeux techniques, tactiques, éthiques, sociaux et philosophiques liés à l'introduction de soldats-robots sur les théâtres d'opérations; un prochain article sera une de fois plus consacré à ce thème au printemps 2009.

En savoir plus :

  1. The New York Times : U.S. Weighs Taliban Strike Into Pakistan

  2. Small Wars Journal : Crunch-time in Afghanistan-Pakistan

  3. Guerres et Systèmes : Robotique, éthique et droit de la guerre

  4. The New Atlantis : Military Robots and the Laws of War

  5. Électrosphère : La marche du Terminatrix

  6. Électrosphère : Du cockpit au joystick


Aucun commentaire: