dimanche 19 avril 2009

La capsule d'éjection de la NASA



À l'horizon 2015, les trois navettes spatiales prendront leur retraite car trop usées, trop complexes, trop peu fiables et incroyablement onéreuses. D'où le développement de l'ensemble Ares-Orion (Lockheed Martin) qui entrera en service la même année. Deux fois et demi plus grosse qu'une capsule Apollo dont elle a passablement hérité du design, la capsule Orion sera catapultée par le lanceur Ares d'une capacité d'emport de 29 tonnes vers l'orbite basse et de 27 tonnes vers la Lune. Future pièce maîtresse du programme Constellation - sonnant le grand retour d'Oncle Sam sur notre satellitte naturel – et prochain vecteur principal des missions habitées et/ou robotiques vers Mars, Orion transportera six astronautes vers l'ISS et quatre vers la Lune.

Afin de sauver les occupants de la capsule Orion en cas de problème lors des premières phases d'ascension du lanceur Ares, celui-ci a été équipé de l'ingénieux Launch Abort System (LAS) développé conjointement par Aerojet, LM et la NASA.

Étape 1 : Launch Abort Motor

Le centre de contrôle décide d'annuler le lancement d'Ares qui n'a pas encore atteint 91 000 mètres d'altitude (300 000 pieds). Doté d'un moteur à flux inversé de quatre tuyères - situé dans la partie centrale du troisième étage du lanceur Ares - le Launch Abort Motor produit une poussée de 226 tonnes et atteint 900 km/h en seulement trois secondes. Cette fulgurante échappée diagonale sépare puis éloigne ce troisème étage (embarquant la capsule Orion) du lanceur Ares, infligeant jusqu'à 11 G aux astronautes.

Étape 2 : Attitude Control Motor

Son carburant épuisé au bout de 3 secondes, le LAS active une deuxième série de propulseurs – l'Attitude Control Motor formant un anneau sur la pointe du troisième étage – stabilise et réoriente celui-ci vers une trajectoire de descente.

Étape 3 : Jettison Motor

Cinq secondes après l'amorce de la trajectoire de descente, une brutale poussée du Jettison Motor – combinée à l'explosion simultanée du jeu de verrins arrimant LAS et module d'équipage - expulse la capsule Orion du troisième étage.

Étape 4 : parachutes et airbags

Après quelques minutes de chute libre, Orion atteint une altitude de sécurité et déploie ses trois parachutes. À 12 mètres au-dessus des eaux, ses airbags extérieurs s'ouvrent en quelques centièmes de secondes afin d'adoucir l'amerrissage. En cas d'impact brutal au sol, la coque en fibre de verre d'Orion se désagrégera aussitôt afin d'absorber le choc. Assis dans leurs sièges protecteurs shock-absorbing, les astronautes sont morts de peur mais indemnes. Welcome back home !

Espérons que tout ce processus se déroulera exactement comme prévu en situation réelle...

En savoir plus :

  1. NASA : Orion Launch Abort System Motor Test

  2. NASA Spaceflight : NASA evaluates Launch Abort System options for Orion

  3. Cap Com Espace : Projet Constellation

  4. Futura Sciences : Test réussi pour le système d'évacuation d'urgence d'Orion


5 commentaires:

Frédéric a dit…

Au sujet des navettes spatiales, leur mise à la retraite n'avait était elle pas repoussé en 2015 ?

Frédéric a dit…

A signalé que ce type de systéme de secours n'a était utilisé qu'une seule foi par un Soyouz en 1983 et cela à était vraiment ''limite'' :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_de_sauvetage_(fus%C3%A9e)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Soyouz_T-10-1

Au fait, puis je avoir l'autorisation d'utiliser votre article pour le wiki en vous indiquant comme référence ?

Electrosphère a dit…

@ Frédéric

Accordé.
Amicalement + merci ;-)

Frédéric a dit…

Merci :)

Frédéric a dit…

Informations mit dans l'article sur la tour de sauvetage. Je vais voir dans la semaine si je trouve les détails techniques (masse, poussé des moteurs, ect).