mardi 15 septembre 2009

Un modèle informatique du 11 Septembre


Beaucoup de science et très peu de fiction dans cette rubrique « Science et Conspiration » du National Geographic consacrée à l'effondrement des tours jumelles du World Trade Center.



En plus de prendre leur temps, l'Université de Purdue (Indiana, USA) et l'American Society of Civil Engineers n'y sont pas allés de main morte.

Des centaines de gallons de fuels ont été projetés à la vitesse d'un jet contre des poutres d'acier, les séquences furent filmées à la caméra infrarouge et méticuleusement analysées. Des modèles numériques wireframe détaillés (c-à-d de « squelettiques » maquettes de structure) des tours WTC et des avions détournés furent réalisés à partir d'architectures et de plans directeurs originaux. Les impacts des deux avions contre les bâtiments furent reproduits vidéographiquement à partir de centaines de photos et vidéos de l'événement. L'ensemble fut ensuite intégré dans un simulation informatique à 360 degrés nécéssitant plusieurs mois de rendu final.

Bref, un splendide condensé de mathématiques, de physique et d'infographie sur deux ans pour reconstituer quelques secondes de choc infernal.

Dans cette vidéo, on voit comment piliers et planchers ont été tordus voire sectionnés par l'impact avec un appareil en forte vitesse, puis surchauffés et ramollis par l'inflammation brutale du carburant au contact de l'air; l'enchaînement impact-inflammation désintégrant immédiatemment le jet en collision.

L'industrie aéronautique a toujours recherché un carburant brûlant uniquement dans le moteur et s'évaporant aussitôt au contact de l'air, ceci afin d'éviter une combustion ultra-rapide de la carlingue (et des passagers !) en cas d'atterrissage catastrophique. Peine perdue. Par ailleurs, piliers et planchers n'ont point été conçus pour résister à l'enchaînement impact-inflammation consécutif... à la collision avec un avion de ligne lancé à 800 km/h !


PS : Aujourd'hui encore, nous parvenons à peine à élucider le meurtre de Jules César, l'émergence de la machine nazie ou l'assassinat de J.F. Kennedy. Quelques mois seulement après les faits, de nombreux multi-spécialistes du 11 septembre 2001 - défiant à eux seuls tous les experts réunis en aérodynamique, en armement, en pyrotechnique, en BTP, en géostratégie et consort – nous ont inondé de théories plus-que-parfaites du complot (sans la moindre zone d'ombre ou d'incertitude). Nul doute que cette démonstration 3D les laissera de marbre.


2 commentaires:

Etchenic Bruno a dit…

Il est aisé de fabriquer un modèle informatique donnant les résultats souhaités, en partant d'une vérité connue. Les mêmes sont fait pour tout un tas de thérories scientifiques, qui aident à élaborer des théorie pour expliquer les causes. Je vous invite d'ailleurs à regarder dans un dictionnaire ce que veut dire théorie.

Et puis si on utilise un modèle mathématique, et donc logique, il n'y a pas besoin d'utiliser des ordinateurs pour remarquer des énormes incohérences.
Arrivent ils a expliquer pourquoi la seconde tour, frappée sur son coté, et donc la moins fragilisée, s'est elle effondrée en premier alors qu'elle a brulée moins longtemps que la premiere, avec un impact sur le coté, et plus haut ? (donc moins de poid au dessus).

explique elle aussi, pourquoi la tour frappée sur la coté, dont on voit le sommet étant penché, ne s'est pas affaissé sur le coté mais a continué à descendre à pic ?

Rien sur le batiement N°7 non plus, qui lui, est une parfaite preuve de demolission controlée, avec implosion, c'est à dire effondrement en son centre, impossible à réaliser dans les tours jumelles sans une longue préparation. l'éffondrement par explosion, lui est plus facile à faire.

Que faire de tous les témoignages des multiples explosions dans les tours, y compris au sous sol ? Même les pompiers mentent ?

Ils n'ont plus qu'à répondre à toutes ces questions, et expliquer à un gamin de 5 ans comment un avion a il pu se crasher dans le pentagone aussi.

Je préfererai croire en la thèse officielle, car elle me permettrai de dormir plus facilement. Mais pour l'instant, toutes les contre-contre théories me laisse de marbre effectivement... Par leur abjecte gout de désinformation.

Et dire que ça a été fait par une seule université pour donner du crédit à tout ceci est révoltant, ou plutot stupide. Parceque si on prends en compte une université pour corroborer cette théorie, que faire des autres universités et professeurs qui montrent les incohérences évidentes de la thèse officielle ?

A quand une réelle enquete indépendante, sérieuse et surtout, pragmatique !

Je doute réellement du professionalisme des journalistes, qui se laissent plus guider par leurs sentiments et leurs idéaux que par la recherche de la vérité...

aymeric a dit…

Je fais partie des odieux naïfs (quel bizarre rapprochement sémantique d'ailleurs) qui trouvent plus de précautions dans les approches officielles que dans les "questionnements" des "indépendants" et qui, en fait de questions posées, ne font que nous affirmer que complot il ne peut finalement qu'y avoir eu.
A ce titre - odieux naïf - j'aime beaucoup votre PS.