lundi 23 novembre 2009

Afghanistan : statistiques de guerre


Dans Information is not beautiful: Afghanistan, The Guardian offre une présentation statistique aussi intuitive qu'éclairante sur les nombres et les facteurs de pertes civiles et militaires (OTAN, SMP, police et armée afghanes, etc), de dégâts causés par les IED et sur divers éléments depuis 2006.

Les raids aériens nocturnes constitueraient-ils le plus grand danger pour les populations ? La drastique réduction des « pertes collatérales civiles » en 2009 doit-elle aux nouvelles règles d'engagement de l'US Air Force ?


2 commentaires:

F. de St V. a dit…

Sans contestation possible, l'élément clef de la réponse réside dans la diminution drastique des raids aériens de nuit comme de jour (cf les recommandations tactiques du Gal McCrystal sur le site officiel de la FIAS: oui, je sais entre ce qui est voulu et ce qui est fait, il y a une différence mais comme même)!

Avec en parallèle, une hausse forte et récente du terrorisme aveugle dans les villes (principalement Kaboul et Khandahar).

Anonyme a dit…

beaucoup appris