lundi 8 mars 2010

Les robots Adam et Eve font de la recherche scientifique


Selon plusieurs chercheurs britanniques (biologie, informatique, robotique, environnement, etc), il ne s'agit guère de recourir à de primaires laborantins robotisés mais de déployer de véritables intelligences artificielles qui mèneront des expérimentations et forgeront leurs propres hypothèses avec une assistance ou une supervision humaine quasi-nulle. Objectif : produire une science aussi formalisée et homogène que possible.


Les robots Adam et Eve sont des prototypes de robots-chercheurs précisément conçus à cette fin. Actuellement en développement, Eve est dédiée à l'auto-apprentissage en circuit fermé et tirera elle-même les conclusions de ses expérimentations scientifiques. En service depuis 2005, Adam a déjà émis une diversité de conclusions auparavant ou ensuite confirmées par des expérimentations biologiques « manuelles ».

Lorsqu'Eve sera fin prête, ses systèmes seront combinés à ceux d'Adam afin que tous deux partagent expérimentations et conclusions et démontrent de facto l'atout-maître d'une recherche scientifique entièrement robotisée et autonome : la formalisation froide et neutre. En effet, si l'expérimentation humaine demeure incontournable, elle demeure plus ou moins viciée par les biais de ses initiateurs, par la compétition entre chercheurs et parfois par la manipulation volontaire et préalable des facteurs d'expérimentation.

Dans le cas de robots comme Adam et Eve, les biais sont explicites car les processus méthodologiques sont enregistrés dans leurs moindres détails et peuvent ensuite être décortiqués par leurs collègues de chair et de sang. De plus, ces intelligences artificielles intègrent des volumes astronomiques de connaissances fondamentales et de modèles expérimentaux qu'ils traitent sans relâche et en toute transparence à des vitesses proprement électroniques. Plutôt que manger des pommes ou papoter avec des reptiles, Adam et Eve ne nécéssitent qu'un support technique régulier.


Loin de remplacer les blouses blanches, les chercheurs 100% techno contribueront certainement à l'amoindrissement des erreurs ou des dérives inhérentes au facteur humain dans l'expérimentation scientifique...



... À moins que l'intrépide Eve n'aboutisse incognito à quelque conclusion révolutionnaire dans sa quête de savoir absolu et ne persuade Adam de manipuler et/ou d'outrepasser ces bipèdes décérébrés. Mais ceci est une toute autre histoire.

Automated Experimentation : Towards Robot Scientists for autonomous scientific discovery


Aucun commentaire: