mercredi 12 mai 2010

Chronographie : Facebook contre votre confidentialité


Je n'ai pas de compte Facebook, je n'ai guère l'intention d'en créer un et je m'en félicite jour après jour. En effet, le très populaire réseau social est universellement connu pour sa relation hautement conflictuelle avec la confidentialité de ses utilisateurs.

Chercheur au IBM Communication Visual Lab, Matt Mc Keon a conçu cette remarquable chronographie portant sur l'évolution des paramètres Facebook de confidentialité (photos, amis, date d'anniversaire, profil étendu, articles, données démographiques, etc) depuis 2005; les zones blanches indiquent les données personnelles encore sujettes à la confidentialité.


Cliquez ici pour voir la version complète animée


Aujourd'hui, la confidentialité n'est plus qu'une sombre et infinitésimale option dans Facebook - comme dans Google Buzz que j'abhorre tout autant ! - et tout indique que les choses ne feront qu'empirer dans les mois à venir. En fait, c'est très probablement cette absence quasi complète de confidentialité qui rend Facebook de plus en plus attractif : ainsi, on peut jeter un oeil sur la vie privée de quiconque en quelques clics.


Mark Zuckerberg, co-fondateur et PDG de Facebook, affirme que « l'ère de la vie privée est terminée ». Son homologue Eric Schmidt de Google partage amplement son point de vue. Faites gaffe à Google Buzz, faux jumeau de Facebook !

En effet, la notion de vie privée a lentement et sûrement évolué d'abord avec la généralisation véritablement mondiale de la téléphonie mobile, puis rapidement avec l'expansion fulgurante du web 2.0. Loin de moi toute idée prônant le retour aux années 80 où nous nous contentions d'une ligne de téléphonie fixe et d'une poignée de chaînes TV. Sans le web 2.0, point de blog Électrosphère et encore moins de webzine Alliance Géostratégique cofondé et géré avec une grosse dizaine d'amis.

Cependant, Zuckerberg et Schmidt prétendent cela pour une simple et bonne raison : le voyeurisme en ligne, c'est bon pour leurs affaires et a fortiori pour leurs partenaires e-publicitaires usant et abusant de leurs machines mercatiques ultimes. D'une certaine façon, Facebook et Google Buzz sont au cybermarketing ce que le viseur laser est au tir de précision.


Par ailleurs, les dérives facebookiennes ont engendré la profusion sur Google de requêtes du type « how do I delete my Facebook account » ? Mais n'ayons aucune illusion : les teen-agers et tween-agers actuels ont une conception de la confidentialité de loin plus ouverte que celle de leurs aînés. Seuls quelques rats (lucides pour les uns, stupides pour les autres) quitteront le navire. La dimension sociologique cette confidentialité 2.0 a été finement perçue par Christian Jegourel (Youvox Tech) dans le voyeurisme sur la Toile, nouveau modèle économique.

Pour ma part, je choisis volontairement et fermement de rester vieux jeu, ringard voire réactionnaire vis-à-vis des « facebookers » et des « googlebuzzers ».


Tout ceci n'est qu'un début. L'inéluctable convergence de l'internet mobile, de la géolocalisation, de l'informatique diffuse et peut-être de l'internet des objets nous promet un futur à la Minority Report... ou plutôt à la Majority Report. Michel Foucault aurait-il adoré ?


En savoir plus :


  1. New York Times : Antisocial Networking ?

  2. Business Insider : 10 Reasons To Delete Your Facebook Account

  3. Business Insider : 10 Reasons You'll Never Quit Facebook


1 commentaire:

OrangeOrange a dit…

Responsabilité de la protection des données : soutenez-vous cet Appel au boycott de Facebook par VZBZ ? Question vue sur Pnyx.com : http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/664