mercredi 15 septembre 2010

Gènes, mèmes et « tèmes »

Susan Blackmore étudie les mèmes : des idées qui se reproduisent de cerveau en cerveau comme un virus. Inspirée par Richard Dawkins (qui créa le concept de « mème »), elle considère l'Homme comme « une machine à gènes, à mèmes et à tèmes ».



Dans un article du New York Times, Susan Blackmore stipule que de par son rapport étroit voire fusionnel avec les technologies, l'humanité transforme inconsciemment celles-ci en « tèmes » : des réplicateurs plus ou moins autonomes, potentiellement égoïstes - à l'image du gène égoïste de Richard Dawkins - et en compétiton croissante avec les gènes et les mèmes (les premiers et les seconds réplicateurs). Une théorie exposée clairement aux TED Talks par son auteure avec une pointe d'humour mais qui gagnerait à être explorée plus en profondeur par la communauté scientifique.


Susan Blackmore : The Third Replicator (New York Times)



3 commentaires:

SD a dit…

Dans le mille :)
J'ai un peu étudié la théorie des mèmes et lu "La théorie des mèmes : Pourquoi nous nous imitons les uns les autres" de Blackmore, dans le cadre de travaux sur l'information en opérations. Super concept mais je n'ai pas (encore) trouvé la clé pour le rendre opérationnel. La lecture de ce livre plein d'humour est agréable et développe les neurones... ou les détruits. :)
Par ailleurs, Dawkins est très bon aussi question humour.

Electrosphère a dit…

Hi Compagnon !-)

Comme toi, j'avais aussi bouquiné ce topo et plein d'analyses périphériques le concernant. De plus, Blackmore a l'art de sacrément bien expliquer ces théories, à l'écrit comme à l'oral.

Toutefois, je m'interroge un peu plus sur les tèmes que sur les mèmes et les gènes. Evidemment, les gènes disposent d'une autonomie (micro)biologique lors de leur transmission (au moment de la fécondation). Ici, c le fait naturel qui entre en jeu.

Les mèmes aussi, de par le fait qu'ils sont produits, utilisés, réutilisés et "consommés" par les entités autonomes que nous, humains, sommes. Ici, c le fait culturel et/ou anthropologique qui entre en jeu.

Qu'en est-il des tèmes ? Je ne leur trouve pas encore un degré d'autonomie aussi fort que celui des gènes et des mèmes, tant sur le plan naturel que culturel/anthropologique.

Sinon, les tèmes rentrent-ils dans la dimension technique des mèmes et ne sont donc qu'une imitation/transmission/sélection de la "technè" entre humains ? De plus, les technologies en tant que telles sont-elles autonomes par rapport à leurs créateurs biologiques ?

Néanmoins, la théorie de Blackmore vaut largement un long et lent détour.

Cordialement

SD a dit…

Pour les tèmes, j'ai des difficultés à appréhender le phénomène de sélection. La sélection biologique, je comprends, la sélection culturelle reste encore compréhensible mais la sélection technologique, j'ai un peu de mal intellectuellement.
Pour l'instant, je préfère le ménage à deux gène-mème (bio+info) que le ménage à trois avec les tèmes. :)
@ bientot