mardi 14 septembre 2010

Pourquoi 1984 s'est (presque) trompé

Selon le journaliste, blogueur et prospectiviste canadien Cory Doctorow - très connu dans le monde anglo-saxon pour ses énormes contributions aux libertés électroniques (Electronic Frontier Foundation, Creative Commons), les technologies de l'information ne sont pas nécessairement et uniquement au service des puissants.



Elles ont littéralement généré d'énormes effets de levier à plus d'autonomie et de créativité personnelle, et déroulé le tapis rouge à une toute nouvelle génération de cybernautes... que je désigne souvent dans ce blog comme les « natifs du numérique », et qui auront inéluctablement des approches plus innovantes que leurs aînés « migrants du numérique ».

NB : En sera-t-il toujours de même si la neutralité de l'internet venait à disparaître ?

Parallèlement, l'Electronic Frontier Foundation a réalisé des spots TV alertant des dérives juridiques et commerciales de la technologie (droits numériques, cybermarketing) initiées par des intérêts privés.



Malheureusement, ces spots ne sont diffusés que dans les télévisions publiques américaines et dans les vols hype de Virgin Airlines.



On appréciera également cet excellent spot français sur la protection en ligne de l'enfance.


Libérez de l'espace disque dans votre cervelet pour cet article titrée S’adresser à ceux qui aiment la technologie mais qui ne sont pas conscient de ses dangers (Readwriteweb.fr).



2 commentaires:

Cadfannan a dit…

Je vous recommande, si vous ne le connaissez pas, "La zone du dehors" d'Alain Damasio, qui présente l'anti-1984 et la dérive possible de la société de l'information...

Spurinna a dit…

La zone du dehors est en effet un excellent livre SF/anticipation dans un monde qui est étendu au système solaire et où la Terre est sujette à des guerres intestines et dévastatrices. Les colonies sont donc des zones de paix, limitées à près de 7 millions d'habitants, où chacun est classé selon sa fonction dans le Clastre.

Une description de la démocratie molle, celle d'un "village global" distopique. Et en plus c'est admirablement écrit, parce que l'on peut considérer comme un auteur qui fera date (plus de description ici :http://casalibri.blog.fr/2009/06/01/la-zone-du-dehors-6215210/ ).