lundi 6 septembre 2010

Une chronographie de la guerre d'Afghanistan


Le quotidien britannique a élaboré cette carte statistique des explosions d'IED en Afghanistan sur la période 2007 à 2009 inclus en exploitant les données issues des fuites Wikileaks.

Agrandir la carte


Comme on peut le constater, ces bombes artisanales sont bien plus qu'un moment de la guerre. Jetez également un oeil à la version animée et augmentée de cette même carte.


Parallèlement, le New York Times a produit une chronographie du conflit afghan dans sa globalité.


La soi-disante "amélioration de la situation sécuritaire" - tant annoncée par les huiles et porte-paroles de l'OTAN au printemps-été 2010 - relevait soit d'une tactique purement cosmétique, soit d'une illusion auto-entretenue voire un peu des deux. Auraient-ils une nouvelle stratégie rhétorique ou une énième solution miracle pour l'Afghanistan sous la main ? Au moins, ils se font aujourd'hui plus éloquents sur l'évolution de plus en plus chaotique et macabre de ce conflit.

Un petit pas de côté pour la propagande, un grand bond en avant pour l'information de guerre.
Merci Wikileaks ?

En septembre 2010, le nombre de soldats alliés blessés/tués a déjà dépassé celui de l'année précédente, il en est probablement de même pour la population civile...




7 commentaires:

SD a dit…

Salut compagnon,
Si je n’avais pas laissé de commentaires, tu m’en aurais voulu… Je le sais. :)
Ces chiffres ne sont pas significatifs d’une évolution positive ou négative du conflit, dans sa globalité. On peut aussi dire que les insurgés posent de plus en plus d’IED car ils se prennent des raclées dans les embuscades ?
Et puis les chiffres peuvent être interprétés différemment et avec subjectivité.
Un exemple :
En Afghanistan : 500 à 600 000 personnes meurent chaque année. Les IED représentent 0.16 % des décès annuels en 2009. Pas très significatif. Le sous-développement et l’insécurité générale tuent plus que les IED…
On peut les prendre sous l’angle de l’insécurité routière : 4200-4300 morts en France tous les ans et 100 000 blessés dont 40% sont hospitalisés. On va interdire la voiture à cause de ces chiffres ? Si l’on applique la logique de l’Afghanistan à la France, c’est un pays engagé dans une guerre interne bien macabre dans lequel on voit peu d’améliorations…
J’attends ta réaction avec impatience. L’analyse sur un paramètre n’est pas suffisante. Après est-ce que la situation s’améliore ou pas, je n’en sais rien…
Amitiés

Tratnjek Bénédicte a dit…

Superbe démonstration de l'utilisation de la cartographie, mais je rejoins totalement les commentaires de l'allié SD : la carte est toujours un discours, elle ne montre pas la "vérité", mais une portion de la réalité, celle que le cartographe ou le commanditaire de la carte a choisi de mettre en exergue. La carte est un discours, et ici le pouvoir néfaste (que je ne nie pas, bien évidemment !) des IED est clairement mis en avant comme un des principaux dangers en Afghanistan. Les chiffres soulignés par SD sont pourtant éloquents : les IED ne sont pas responsables de l'ensemble du taux de mortalité en Afghanistan. Qu'en est-il de la destruction du système hospitalier et médical, par exemple concernant des maladies qui pourraient être soignées, mais ne le sont pas ?

J'ai bien aimé cette phrase dans ton billet : "un petit pas pour la propagande", parce que la carte est souvent assimilée à une "vérité", or la carte n'est qu'un outil de démonstration, qui sert un message.

En tout cas, la réalisation de cartes animées sert avant tout à montrer que la situation empire, surtout concernant la conflictualité dans le monde (l'exemple "classique" est celui d'une carte du monde qui montre les "conflits" - sans préciser ce que l'on entend par "conflits" ou "guerres" - dans le monde depuis la préhistoire, et qui met en scène l'intensification des conflits à la fin du XXIème siècle, en montrant les âges anciens comme des périodes "calmes" ; certes pas de conflits interétatiques quand l'état n'existait pas, mais n'était-on pas là dans des périodes bien plus violentes ???).

Bref, je rejoins SD, et j'attends ton avis...

Electrosphère a dit…

@ SD,
@ Bénédicte,

Béné,
Je pense que le NY Times et The Guardian ont utilisé Gapminder.org, mais je n'en suis pas absolulement sûr.

SD,
Effectivement, ta verve toujours aussi bien argumentée m'aurait cruellement manquée (LOL).

D'abord, un peu de bonne foi, pour l'ambiance.

Ton propos fait preuve d'une certaine justesse sur le plan statistique.

Cependant, les accidents routiers n'ont rien de comparables aux IED et échanges de tirs (dégâts collatéraux compris) en terme de vécu subjectif par les combattants de tous bords et a fortiori par les populations.

Si je regarde tranquillement la TNT à la maison, c-à-d à bonne distance de l'autoroute de Lyon, je suis à peu près certain qu'aucun camion ne viendra me défoncer la gueule dans mon canapé.

Par contre, pour peu qu'un lieutenant taliban/AQ et ses comparses pourchassés par la FIAS/OEF passe près de chez moi - assis sur mon tapis en écoutant tranquillement ma petite radio made in China/India - je ne suis pas à l'abri d'un furieux échange de tirs entre les deux adversaires... ou d'un tir d'A-10 ou de Predator qui avait pourtant tout mis en oeuvre pour faire le moins de dégâts possibles.

Maintenant, un peu de mauvaise foi, pour l'ambiance aussi ;-) 0,16% des décès ne sont effectivement pas significatifs... du moins tant qu'on n'y figure pas soi-même. Bref, ne réduisons pas l'évolution d'une guerre à sa seule représentation statistique, et encore moins cartographique.

Cela je vous l'accorde amplement... et d'ailleurs, je ne l'ai jamais prétendu cela dans cet article. C votre "trip" à vous, pas le mien :-))

Concernant, les discours lénifiants des responsables de l'OTAN sur la situation en A-stan, je vous propose de lire ceci (dans AGS) : http://www.alliancegeostrategique.org/2010/07/19/un-entretien-avec-le-sga-pour-les-operations-de-lotan/

D'entrée de jeu, ça verse des tonnes de miel sur le fiel. Nous étions à la mi-juillet 2010 c-à-d y a pas longtemps. Quelques semaines plus tard, Wikileaks frappait. L'intéressé tiendrait-il le même discours aujourd'hui ? Des exemples comme cela sur le web et la presse stratégiques fr/en, y en à gogo.

Si ce n'était pas une guerre, ce serait presque marrant. Ces gars mériteraient de passer d'abord par un IUT/BTS commercial, ça leur ferait du bien côté argumentation à la chantilly.

Sur ces quelques sarcasmes; toutes mes amitiés, Compagnons ;-)

PS : Revenez demain, ce sera pire.

F. de St V. a dit…

@Charles

Cela devient une obsession malsaine l'Afgha chez toi ;)

Attention aux metrics (appelons ces chiffres par leur joli nom) et autres brouilleurs de la pensée qui servent à "l'illusion de la compréhension" et à déterminer, il parait, le vainqueur ou le vaincu. (cf un article dans le DSI de ce mois écrit par un certain Florent de Saint Victor...)

Ce qui se passe en Afgha ce n'est pas un match de foot où l'on regarde au bout de 90 minutes le nombre de buts ou d'IED explosés! La modification dans un sens ou dans l'autre d'un de ces metrics ne peut être une fin en soi (au mieux une aide à la décision, un outil, et encore méfiance dès qu'ils deviennent globaux). Ils seront toujours relatifs et subjectifs (+1 pour les propos de Madame la géographe sur la carte comme élément de discours).

Je t'assure que le SGA de l'OTAN tiendrait le même discours après et avant Wikileaks car franchement cette première publication n'a rien changé (ou sinon j'attends que tu me contredise) car rien de nouveau, de non connu pour les Afghans, de grand embrassement des "ligues de pensées moralistes"...
Quant on regarde dans le rétro, cela a fait un beau buzz sans atteindre, pour comparer, le niveau des mauvais traitements des prisons irakiennes.

Et si l'amélioration sécuritaire n'était qu'un discours pour que les gens y croient, et alors? Après tout, c'est le but recherché que les gens y croient à cette amélioration ou au contraire à une spirale négative, toutes les deux pas palpables de derrière un clavier (en tout cas certainement pas à travers des chiffres).

Electrosphère a dit…

@ F de St V.,

Dans le fond, F., toi et moi sommes totalement d'accord. Relis mes articles "A-stan, chronique d'une défaite organisée" et "Un ennemi nommé Pakistan", tu verras à quel point ils concordent avec ton commentaire sur la réalité de la guerre (de sa complexe et macabre réalité à l'information de guerre de tous bords).

Wikileaks et les chronographies ci-dessus ne nous ont certes rien appris de nouveau mais ils fournissent tout de même des détails et des perspectives hautement intéréssantes... que l'OTAN n'est pas prête de fournir ouvertement. Ce que je ne leur reprocherais point aux alliés pour des raisons aisément compréhensibles pour toi et moi.

Dernier point : que je relate ou rapporte un fait ou une animation quelconque dans mon blog ne signifie pas nécéssairement que je partage son point de vue ou la cautionne. Même si je ne suis pas d'accord, je peux l'estimer digne d'intérêt... puis faire librement mon commentaire ou déverser spontanément mon opinion.

Bien entendu, je recommande vivement de ne pas être d'accord avec moi, a fortiori si l'on est +/- calé en la matière.

Come back tomorrow, Brother : tu apprécieras... ou pas (LOL).

Amitiés, Compagnons !-)

SD a dit…

Juste un complément pour les accidents de la route (non je ne focalise pas et je ne suis pas à court de mauvaise foi, quoi que). Tu peux être tranquillement en train de rouler avec ta famille quand un type bourré te rentre dedans et tue ou estropie ta famille.
Un exemple en image :
IED ou accident de la route ? : http://www.france-info.com/local/cache-vignettes/L316xH205/carambolage-a0d1e.jpg
@ demain alors, surtout si c'est pire :)

Electrosphère a dit…

@ SD

Mais...mais, c'est choquant comme alternative !-)

Les mines allemandes dans le désert lybien, c'était quand même plus élégant, du moins tant qu'on est (encore) là pour en parler. En fait, j'ai déjà publié le demain "encore puire". (LOL)...