mercredi 16 février 2011

Le renseignement ne peut prévoir une révolution

« Peut-on déterminer l’échéance d’une révolution ou d’une contre-révolution ? Naturellement non. Seuls les trains marchent selon un horaire déterminé à l’avance. Et encore, pas toujours... »

Notes de Trotsky, 1923

Même en disposant de toutes les données détaillées constamment réactualisées sur chaque équipe et sur chaque joueur de football, il est extrêmement difficile de prédire quelle nation gagnera le Mondial.

Entre Washington et Bruxelles, de nombreux gouvernements reprochent à leurs services de renseignements et à leurs diplomates de n’avoir pas su prévoir les chutes des présidents tunisien Ben Ali et égyptien Hosni Moubarak, sans compter les révoltes populaires dans d’autres pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient (Algérie, Yémen, Jordanie, Iran). La révolution russe d’octobre 1917, Mai 1968, la révolution islamique iranienne de 1979 et la chute du mur de Berlin prirent de court toutes les administrations. Pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui ?

L'intégralité de mon analyse est disponible dans Alliance Géostratégique


Aucun commentaire: