mardi 24 mai 2011

Le mythe hollywoodien du pistolet silencieux

« Pfuit ! Pfuit ! »... Encore un méchant éliminé incognito par James Bond. Dans certains films, une bouteille d'eau minérale suffit carrément pour réduire un 9 mm ou un calibre 30 au silence.



Or, une balle de fusil tirée à 800-1000 m/s fait nécessairement un bruit monstrueux : environ 170 décibels soit autant qu'un avion de ligne au décollage. De quoi vous faire vibrer de la tête aux pieds et/ou endommager irrémédiablement vos tympans si vous êtes à proximité. Un long tube de métal ne suffit point pour étouffer la détonation d'un projectile lancé à trois fois la vitesse du son.



Toutefois, l'usage d'un silencieux permet de réduire quelque peu le volume sonore de la détonation à environ 120 décibels... soit celui d'un marteau-piqueur (voir les vidéos ci-dessus et ci-dessous) ! Rien de comparable avec cette détonation brève, sèche et sifflante typiquement hollywoodienne.



Au final, à quoi peut bien servir un silencieux ? Dans un environnement urbain plutôt bruyant, son usage complique légèrement le repérage du tireur (localisation, distance) et permet de gagner quelques précieuses secondes.



Cassons donc le fameux mythe : si jamais votre patron se faisait dézinguer dans son bureau par le pistolet silencieux d'une ravissante exécutrice des services secrets, la détonation effrayerait et ameuterait tous ses subordonnés. Après quelques larmes de crocodile, n'oubliez pas de proposer un Martini à cette Miss Monde en armes. James Bond ne s'en priverait guère, pourquoi pas vous ?

Dans un prochain article, on s'attardera sur les munitions subsoniques effectivement silencieuses.


2 commentaires:

pistolet a bille a dit…

C'est toujours bon à savoir. De nombreux films ne sont pas vraisemblables.

Anonyme a dit…

Cassons le mythe...
...de "les armes silencieuses avec un silencieux sont un mythe hollywoodien" !

Il y a une partie de vérité dans cet article, mais sortie de son contexte, je vais tenter de rétablir quelques peu cela (avec deux ans de retard, mais on n'se refait pas ^^)

Je n'ai pas trouvé l'article parlant des munitions subsoniques donc j'effleurerai le sujet également.

Tout d'abord, le bruit d'un départ de coup sur une arme à feu, n'est pas un seul bruit, mais la combinaison de plusieurs bruits, dont deux particulièrement forts.
La munitions standard d'un pistolet semi-automatique de calibre 9mm Parabellum (la plus utilisée dans les films) a une ogive qui sort du canon à une vitesse se rapprochant des 360 m/s, soit un peu plus que la vitesse du son. Donc le premier son est bien entendu celui du passage du mur du son.
Ensuite, le deuxième son est une explosion, c'est-à-dire une surpression soudaine de gaz qui est relâchée. Le bruit que font les pétard en est un similaire par exemple.
Les autre bruits sont des bruits dus aux chocs mécaniques entres les pièces de l'arme, la retombée de l'étui sur le sol et l'impact de l'ogive sur sa cible, ils sont anodins en comparaison.

Il existe deux procédés pour réduire, voire faire disparaître les sons d'une arme à feu, mais chaque procédé ne s'attaque qu'à un seul type de son.
Le silencieux, va permettre aux gaz de décompresser progressivement afin d'éviter le claquement caractéristique de l'explosion.
La munition subsonique, est légèrement en dessous de la vitesse du son à la sortie du canon de l'arme. Eliminant le bang du mur du son.
Ses deux méthodes combinées, une arme à feu fait pratiquement aucun bruit, parfois moins que les piou piou dans les films américains !
Ce qui peut faire repérer le tireur est alors le bruit de la culasse qui recule, le bruit de l'étui qui tombe au sol et le bruit de l'ogive qui frappe sa cible ou qui ricoche. (certains pistolets modifiés ont une culasse bloquée, obligeant à recharger manuellement entre chaque coup, ce afin d'éviter le bruit de culasse qui recule et de chute d'étui incontrôlés)

Voilà pour tout, bonne soirée !