jeudi 20 octobre 2011

Une tablette tactile indienne à 35 dollars

Fabriquée par Datawind et subventionnée par le gouvernement indien, la tablette tactile Aakash ne coûte que 35 dollars. Son but n'est pas de concurrencer les ténors du marché tels que l'Ipad (Apple) et le Galaxy (Samsung) nettement plus performants mais de permettre à une pléthore d'étudiants et de citoyens du sous-continent indien, d'Afrique et d'Amérique latine de disposer d'une technologie mobile multimédia à la fois bon marché et déjà très prometteuse.


Avec L'Aakash - qui doit beaucoup à Kapil Sibal, l'actuel et visionnaire ministre des télécoms, l'Inde oriente fermement le prix des tablettes tactiles à la baisse et prend d'assaut ces juteux marchés du sud savamment éludés par les grands noms de l'informatique... plus versés dans d'onéreux bijoux de technologique parfaitement inaccessibles aux « classes moyennes tropicales ».



Ne l'oublions point : en Afrique, en Asie et en Amérique latine, le téléphone mobile et le smartphone sont utilisés avec une incomparable ingéniosité collective dans divers domaines (microfinance, m-paiement, médecine mobile, agriculture, pêche, etc) car véritablement considérés comme des ordinateurs de poche.



Sans verser dans un messianisme technologique, on peut d'ores et déjà parier sur les nombreuses retombées positives d'une tablette tactile low-cost dans les pays pauvres et émergents. En réalité, ces derniers ont su réduire la fameuse fracture numérique en reposant sur leurs propres ressources et sur le commerce sud-sud. Ainsi, ils vivent une profonde révolution technologique et sociale... en-dessous de la couverture radar des médias occidentaux. Ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose.


Aucun commentaire: