mercredi 5 octobre 2011

Vladimir II de Russie

En apprenant que Vladimir Poutine briguera une troisième mandat et certainement un quatrième comme président de la Russie au printemps 2012, je ne pus m'empêcher de rire aux éclats tant ce scénario était prévisible. Pour couronner le tout, « Vladimir II de Russie » refourguera le siège de premier ministre à l'actuel dirigeant Dmitri Medvedev (autrefois premier ministre de son ex et futur président), mâle dominé de ce tandem hautement inspiré par quelque dictature bananière.


Des garçons comme Poutine et Medvedev ont su - à l'instar de leurs camarades du Parti Communiste Chinois, se convertir rapidement au capitalisme après l'avoir purgé de sa dimension libérale. Viva la Revolución ?

Ne leur parlez surtout pas de ces fluides corporels appelés liberté d'expression et éthique, très peu compatibles avec leurs organismes (post-)soviétiques !

« C’était prévisible, dites-vous ? Faudrait-il donc s’habituer à tolérer l’intolérable, au prétexte qu’il était « prévisible » ? [...] Partout, la démission des esprits devient l’unique réponse aux angoisses que génère un monde sans boussole, où chaque individu, chaque communauté, chaque nation invente ses règles privatives, au mépris des conduites universelles. C’est sur ce terreau, à chaque instant plus fertile, que prospèrent toutes les extravagances, les horreurs contemporaines et les hypothèques sur les proches avenirs… Un tel désordre du monde est capable d’enfanter tous les monstres. C’est dans ce chaos de l’esprit que retentit le rire sourd d’un Poutine qui vient d’opérer ce coup d’État d’un genre nouveau… Ce scénario politique proprement hallucinant se déroule en Russie, impunément… La dernière blague russe, en somme. [...]

Question : comment faire émerger une nation moderne, avec les lunettes d’un passé achevé, périmé et évaporé ? Le chaos russe s’alimente d’une nostalgie faisandée…[...]

Et si Poutine n’était, in fine, que le liquidateur de ce qui reste de « l’influence » de cette Russie obsédée par la « revanche » postsoviétique ? Après la fin de l’empire soviétique, voici venu le temps de la grande braderie des bijoux de famille. Bientôt, il ne gouvernera plus que les lambeaux de l’empire… […]

Face à cet État voyou, l’embarras des puissances occidentales, contraintes de ménager les illusions d’un « géant » aussi imprévisible que patibulaire. Poutine n’est pas que dangereux. Il est génétiquement insensible au réel. Un dirigeant autiste, modelant son environnement selon un plan personnel. » (Francis Laloupo)

Tout porte à croire que la Russie mangera du Poutine jusqu'en 2024... et pourquoi pas du « Dmitri II » - si ce dernier garde la forme - à la fin du second règne de Vladimir II ? En Russie, tout devient possible. Les deux empereurs conserveront-ils quelque lucidité politique/stratégique après tant d'usure par le pouvoir (quasi absolu) ?

« Une fois de plus, l'élite politique russe a misé sur Poutine, persuadée que la présence de cet homme à la barre apporte la stabilité et garantit à la bureaucratie dirigeante des lendemains tranquilles. Mais les 25 années que Poutine a calculé de s'accorder représentent un délai bien trop long. Quand on considère le monde tel qu'il était il y a 25 ans, on s'aperçoit qu'il ne connaissait ni les téléphones portables, ni Internet. La Chine, récemment devenue le premier pays exportateur de la planète, avait alors une économie plus modeste que celle des Pays-Bas. Les Emirats, qui abritent désormais la plus haute tour jamais construite et le plus grand des aéroports, étaient de simples producteurs de pétrole. Et l'Union soviétique semblait indestructible. Les processus à l'oeuvre dans le monde contemporain sont beaucoup plus rapides que l'évolution des consciences de nos hommes politiques. Notre Titanic va entrer en collision avec son iceberg pendant le quart du même capitaine qui a lancé la traversée, et ce sera une rude leçon. On ne peut donc que se féliciter de la décision [de la candidature de Poutine à la présidence] annoncée samedi au congrès de Russie Unie. » (Courrier International)

Nul doute que les dirigeants des républiques du Caucase et des pays Baltes ont très peu apprécié ce mauvais vent venant (une fois de plus !) de Russie. Au fait, qu'en pense l'inacessible et mystérieuse opinion russe ?

Rigolons encore un bon coup en survolant l'interview de Vladimir Poutine par l'ex-mannequin Naomi Campbell, la belle aux diamants bruts qui coule sa retraite dorée en Russie. Quelle époque épique !


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Cet article n'a aucun sens.. Poutine, que je n'idéalise pas, a certes ses mauvais côtés, mais a su redresser la Russie.

Il a su trouver le meilleurs compromis pour moderniser la Russie.

Les réformes sont en cours et vont dans le bon sens.

Les gens dans la rue ne sont pas désespérés et ont l'espoir (contrairement à l'occident)..

Vous n'avez visiblement jamais mis les pieds en Russie, alors un conseil: venez vous faire votre propre idée de la Russie de l'intérieur au lieu de synthétiser l'ignoble et injuste presse française..

A bon entendeur..

Electrosphère a dit…

@ Anonyme,

Très grosse erreur, camarade ! Je connais assez bien la Russie même si je ne parle pas couramment la langue, pour maintes raisons personnelles et professionnelles que je ne mentionnerais pas ici.

Vous pouvez vous en faire une idée dans cet article : http://www.alliancegeostrategique.org/2009/05/13/la-cyberguerre-venue-du-froid/.

Vos remarques sont somme toute très pertinentes quant à la direction économique de Poutine. Mais vous êtes hors sujet car l'article ci-dessus porte sur la dimension politique. Avec moi pas de chichi : Poutine-Medvedev vont infliger un sort aussi grotesque que tragique à la jeune démocratie russe.

Puisque la Russie tourne aussi bien comme vous dites, alors pourquoi Poutine ne se retirait pas de la direction gouvernementale avec la fierté du travail accompli ?

Cordialement

Frédéric a dit…

''Il à su redresser la Russie'' ? Cela dépend de tel ou tel aspect de ce pays.

Vous rendez vous compte que la corruption est maintenant plus élevé que sous Eltisne ?

Au point que la justice militaire russe à déclaré cette année que jusqu'a 20 % du budget de la Défense était détourné...

Daniel BESSON a dit…

Cit :
Très grosse erreur, camarade ! Je connais assez bien la Russie même si je ne parle pas couramment la langue, pour maintes raisons personnelles et professionnelles que je ne mentionnerais pas ici.

Vous pouvez vous en faire une idée dans cet article : http://www.alliancegeostrategique.org/2009/05/13/la-cyberguerre-venue-du-froid/.

Vos remarques sont somme toute très pertinentes quant à la direction économique de Poutine. Mais vous êtes hors sujet car l'article ci-dessus porte sur la dimension politique. Avec moi pas de chichi : Poutine-Medvedev vont infliger un sort aussi grotesque que tragique à la jeune démocratie russe.

Monsieur BWELE , il faut avoir une certaine dose de suffisance et/ou de megalomanie pour écrire que l'on " connait " un pays , son peuple , ses habitants , et se permettre de critiquer son systéme politique quand on ne maitrise pas la langue qui s'y parle !
Cela signifie que votre " connaissance " de la Russoie se limite à cotoyer des Russes qui parlent une langue étrangère ou que vous y avez sejourné quelque temps sans nouer aucun contact avec des " indigènes " .
Effectivement , en lisant votre réponse tout le monde peut se " faire une idée " de ce que valent vos "analyses " à l'aune de ce que vous venez d'écrire , y compris sur le contentieux Russo-Chinois à propos du S-300 !
Vous pouvez avoir comme tout un chacun votre avis sur le systéme politique Russe et ses chefs politiques mais le fait que vous n'êtes pas capable de lire un seul article en Russe sur ce sujet m'amène à penser que votre point de vue n'a pas plus de valeur que celui de Mme Michu !
Tres Cordialement
Daniel BESSON

pravochka a dit…

@Frederic : plus de corruption aujourd'hui que sous Eltsine ? Ridicule. Si l'armée se plaint, à juste de titre, de 20% de fuite, il faut vous rappeler que l'Etat ne controlait même plus l'armée sous Eltsine et que les salaires n'étaient plus versés ! Vous comparez une situation difficile (aujourd'hui) avec une situation apocalyptique (Eltsine).

Quand à l'article...de la kremlinologie de comptoir habituelle. J'apprécie cependant de l'auteur que lui au moins ne prétende pas, contrairement à tant d'autres, se "battre pour le peuple russe". Il se contente de se demander ce qu'en pense "m'inaccessible et mystérieuse opinion russe", ce qui est une question censée, même si les qualificatifs démontrent à qui en douterait encore à ce point de l'article que l'auteur n'a absolument pas les compétence pour y répondre (et oui, l'opinion russe n'est pas "inaccessible et mystérieuse", elle est tout simplement...en russe !)

Electrosphère a dit…

@ Daniel Besson

Tiens, encore vous ! Décidément, je vous obsède (rires).

Oui, Mr Besson, le peu de langue russe que je connaisse et mes multiples séjours dans ce pays au contact quotidien des locaux (amis, relations, etc) m'a suffisamment aidé pour en appréhender de multiples aspects. Mais, au moins, je reconnais les limites de mes perspectives et écris ici essentiellement avec mes tripes. Est-ce également votre cas (en vous accordant le bénéfice du doute) ?

Il s'agit de mon blog : je peux donc me "lâcher" de temps à autre.

Plutôt que rebondir sur votre polémique perpétuelle, je préfère la survoler en post-combustion car de toute façon vous n'êtes pas ici pour faire preuve de réceptivité... contrairement à moi envers vous. Suffisant ? Oui. Dans ce cas de figure, je peux me le permettre.

Cordialement