vendredi 13 janvier 2012

Criminalité économique : top 4 pour le cybercrime

Selon le World Economic Forum Global Risks 2011 Report, le cybercrime occupe le quatrième rang des menaces « éco-criminelles » pendant que le Kenya, l'Afrique du sud, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et l'Espagne figurent dans le top 5 de la criminalité économique.

Augmenter le graphique


La notion de « criminalité économique » est à la fois très vague et très vaste. Toutefois, le blog Criminalité économique nous éclaire sur cette réalité, au regard notamment de la notion plus répandue de « crime organisé ».

Selon le professeur Nicolas Queloz (de droit pénal et de criminologie à l'université de Fribourg), la criminalité économique « se déroule dans le contexte de la vie économique, des affaires et de la finance et concerne aussi bien les entreprises et sociétés privées que des activités de l’Etat ou des entreprises d’économie mixte. Elle est réalisée par des moyens et des méthodes qui ne font (en principe) pas appel à la force ou à la violence physique, mais se caractérisent bien plus par des procédés astucieux (tromperies), frauduleux (faux, contrefaçons), d’abus de pouvoir ou d’achats de voix (corruption), d’exploitation de secrets commerciaux ou de données confidentielles (délits d’initiés). »


Aucun commentaire: