mercredi 19 septembre 2012

Votre « technik » est-elle adaptée à l'âge hybride?

Selon Ayesha et Parag Khanna, co-directeurs du Hybrid Reality Institute et auteurs du très enrichissant Hybrid Reality: Thriving in the Emerging Human-Technology Civilization (TED Books, 2012), l'ère informationnelle n'est que le prélude de l'âge hybride. 


Percevez-vous l'absence de votre smartphone ou d'un réseau de téléphonie mobile comme un handicap? Si oui, vous êtes sujet à la « nomophobie » (contraction anglaise de l'expression no mobile phone phobia). Avez-vous régulièrement ressenti votre téléphone vibrer puis vous apercevoir que vous n’avez finalement reçu aucun appel, message ou mail? Si oui, vous êtes victime du syndrome des vibrations fantômes, une pathologie psychologique de plus en plus courante à l'échelle mondiale.

Peut-on considérer ces (vraies ou fausses) pathologies comme des indicateurs de tendances? Devenons-nous de primaires cyborgs plus en plus techno-dépendants?

Aux yeux du couple Khanna, l'âge hybride est celui où l'Homme n'utilise plus seulement la technologie afin de dominer la nature mais fusionne littéralement avec des technologies convergentes.


En moins de deux décennies, nous sommes passés du gros ordinateur fixe au smartphone, à la tablette tactile et aux lunettes Google. En moins de dix ans, les médias sociaux ont bouleversé les relations sociales et l'univers médiatique, transformé la politique et furent au coeur des révoltes arabes. Les analystes en géopolitique/géostratégie/géoéconomie feraient bien d'intégrer la « géotechnologie » à leurs noyaux de connaissances. Bientôt, nous imprimerons des objets réels à domicile et les connecterons à l'Internet des Objets. Dans moins d'une génération, l'ordinateur physique tel que nous le connaissons relèvera de l'histoire et sera remplacé par une infrastructure informatique quasi invisible et omniprésente (pervasive computing ou informatique ubiquitaire) sur les murs, dans les airs et dans notre corps. Grâce au rapprochement de la biologie synthétique, du génie génétique et des neurosciences, « l'humanité augmentée » compte orienter voire contrôler son « évolution technologiquement assistée ».


Source: IEET.org

D'une certaine façon, l'âge hybride serait l'étape intermédiaire entre l'ère informationnelle et cette singularité technologique tant attendue. Mais où est donc Ray Kurzweil ?

Consécutivement, le choc du futur n'en sera que plus brutal et le monde n'en sera que plus complexe, et les conséquences de cet âge hybride seront d'autant plus imprévisibles. Au plus fort de l'ère industrielle pendant les Trente Glorieuses, le réchauffement climatique n'était qu'une théorie très marginale...

La convergence actuelle ou imminente des technologies de l'information, des biotechnologies, de la robotique, des neurosciences, des nanotechnologies et des matériaux intelligents (la preuve par les tablettes tactiles, les puces à ADN, l'impression 3D, la réalité augmentée, les prothèses intelligentes, etc) incitera plus tôt que tard à revoir les critères de l'innovation, de la compétitivité et de la puissance.

À l'âge hybride, la technik d'une nation sera son atout-maître. Ce terme allemand n'a guère d'équivalent français ou anglais. Peut-on parler d'intelligence technologique? Pour le couple Khanna, la technik est bien plus que le « quotient technologique (QT) » d'une nation, c'est aussi sa capacité à innover efficacement dans des technologies hybrides en vue de promouvoir le développement social et grâce à une stratégie/une vision cohérente de puissance nationale.

Pendant la guerre froide, les Etats-Unis défirent l'URSS grâce à un système socioéconomique nettement plus performant et à des standards technologiques plus élevés, de surcroît habilement intégrés à une stratégie de puissance plus intelligente. Aujourd'hui, l'Amérique est certainement la nation disposant de la meilleure technik, notamment grâce au « carré magique » réunissant gouvernement fédéral, universités, armées et industries. La Chine est en passe de damer le pion aux Etats-Unis grâce à une stratégie hybride combinant ressources humaines, développement industriel et militaire, recherche scientifique, espionnage et renseignement de source ouverte.

NB: Toutes les puissances confirmées ou émergentes sans exception pratiquent intensivement le (cyber)espionnage et le renseignement de source ouverte.

Sur la scène géotechnologique, le facteur politique ou socioculturel compte moins que la technik. Ainsi, plutôt qu'escompter un effondrement « à la russe » du Parti Communiste chinois ou espérer l'apparition de quelque business model à l'américaine au coeur de la société chinoise, l'Amérique (qui subit tout de même une baisse constante de ses effectifs scientifiques) devrait plutôt redynamiser/renouveler sa technik afin de ne pas décrocher.

Last but not least: une nation maintient et perfectionne d'autant plus sa technik lorsque ses jeunes citoyens se forgent un quotient technologique élevé et/ou un esprit créatif digne de ce nom à l'école et à l'université. Vaste programme.


Ayesha et Parag Khanna auraient pu être les Alvin et Heidi Toffler de l'âge hybride si leur essai geotech avait été plus précis et plus percutant. Toutefois, ils ont approfondi plusieurs pistes de réflexion avec brio et leur oeuvre mérite largement de figurer parmi les grands classiques de la prospective.

Aucun commentaire: