mardi 26 février 2013

Barack et Michelle

Le livre de Christopher Andersen n'est guère un chef d'oeuvre de biographie. Néanmoins, il décrit plutôt bien l'évolution d'un couple présidentiel devenu plus légendaire que John et Jackie. Les aficionados de "44th" apprécieront à tous les coups...


« Michelle, qui est originaire de Chicago, sait ce qui attend son mari. Elle l’en a averti : il n’est pas prêt à défier Rush, fondateur du parti des Black Panthers dans l’Illinois, un homme respecté pour son travail de conseiller municipal, de responsable de comité de section électorale puis d’élu à la Chambre des représentants des Etats-Unis. Barack, alors professeur à l’université de droit de Chicago, a une mère blanche, il a étudié dans les meilleurs établissements et il n’est pas originaire de la communauté noire de Chicago. En d’autres termes, comme le souligne Michelle en plaisantant à moitié seulement, il a “un gros déficit d’image”. Donne Trotter, le collègue de Barack au sénat de l’Illinois, formule les choses de façon plus brutale encore. Selon lui, Obama est “un homme blanc avec un visage noir. Certains, dans notre communauté, ne le considèrent tout simplement pas comme l’un des nôtres.”

[…] Sans grande surprise, Barack subit une défaite écrasante lors de la primaire – et Michelle s’empresse de rappeler à son mari qu’elle l’avait prévenu. Ce n’est pas tant l’échec qui la met en colère – malgré ses multiples avertissements – que de voir son mari apparemment prêt à privilégier la politique sur sa famille. C’est là une inquiétude récurrente qu’elle ne craint pas d’évoquer avec lui – de manière aussi franche que répétée. “Tu ne penses qu’à toi, lui dit-elle sans cesse, d’un ton dédaigneux. Jamais je n’aurais cru que je serais obligée d’élever seule mes enfants.” »


Aucun commentaire: