vendredi 21 juin 2013

Peshmerga : « Je n’ai pas fait cette photo, elle l’a faite »

La photographe anglo-suédoise Anastasia Taylor-Lind est membre de l’agence VII et contribue régulièrement à National Geographic Magazine, Geo, The Telegraph, The Sunday Times et Marie-Claire. Plusieurs de ses projets documentaires racontent le parcours de femmes dans leur bataille pour se faire une place au sein de communautés marquées par la domination masculine.



« Je ne connais même pas son nom. Nous sommes en octobre 2003, dans le Kurdistan irakien, avec les combattantes peshmerga, membres de la rébellion kurde. C’est mon premier projet à l’étranger, je suis encore à la fac et je ne suis ni très bonne journaliste, ni très bonne photographe. […] Quand je l’ai vu sur la planche contact, c’était une évidence. Tout est absolument parfait : le vent dans ses cheveux, elle sent qu’elle est photographiée, elle se redresse et lève la tête, j’ai bougé juste assez pour avoir ce petit nuage au-dessus de son visage... Tout ça au même instant. […] Ce qui fait l’image, c’est sa réaction à ma présence. Elle ne me regarde pas, elle ne sourit pas, mais on peut voir sur la planche que son comportement change parce que je lui tourne autour. [...] C’est ce que j’aime ici : il n’est pas seulement question de mon regard mais aussi du sien, de la façon dont elle veut être perçue. [...] Je n’ai pas fait cette photo, c’est elle qui l’a faite. » 


Aucun commentaire: