jeudi 30 mai 2013

Géopolitique du crime organisé

L'entretien de Jean-François Gayraud (commissaire divisionnaire de la Police Nationale) et de Jean François Fiorina (Sup de Co Grenoble) avec Diploweb vaut largement le clic...

« Le crime organisé dans sa globalité a dans notre monde moderne une importance nouvelle. En effet, la fin de la guerre froide lui a donné une dimension gigantesque, avec un authentique saut qualitatif. Longtemps, ces organisations criminelles ont joué un rôle marginal dans la vie des sociétés. Aujourd’hui, elles s’invitent au coeur du fonctionnement de la plupart des pays. Elles influencent et transforment mezzo voce, de manière invisible mais puissamment, la vie politique, économique et sociale des pays. »


« Polycriminelles, solidement territorialisées, ces grandes organisations, en particulier les mafias, sont aussi insubmersibles. Leur capacité à survivre et à s’adapter est impressionnante. Elles peuvent ainsi passer d’un monde rural à un monde urbain, d’une économie agraire à une économie industrialisée, d’un régime autoritaire à un régime démocratique, le tout sans aucun problème majeur. Elles résistent parfaitement à la répression, voire l’utilisent pour se renforcer. »



« La bonne grille d’analyse aujourd’hui pour appréhender correctement les phénomènes criminels, ce n’est plus la sociologie, voire la seule criminologie, c’est la géopolitique. Seules la géopolitique et la géoéconomie permettent de saisir les organisations criminelles dans leur logique et leur complexité car elles fournissent trois concepts essentiels : le territoire, la puissance et les flux. Cette géopolitique criminelle est dérangeante pour nos esprits, car elle n’est plus étatique. Les phénomènes criminels ont, malheureusement, un très bel avenir devant eux. »


mardi 28 mai 2013

James Bond en a rêvé, Google Glass l'a fait

Une start-up californienne a crée une application de reconnaissance faciale destinée aux lunettes Google... qui suscitent de nombreuses interrogations et inquiétudes en matières de confidentialité et de vie privée. Serons-nous constamment photographiés, filmés, marqués et « partagés » en ligne dans un futur très proche ?


OK Glass. Who's that ?

En 2012, la jeune start-up Lambda Labs avait publié la version beta de Face Recognition API, une petite application de reconnaissance faciale mobilisant déjà plus d'un millier de développeurs, très appréciée par plusieurs multinationales et enregistrant plus de 5 millions de téléchargements. Depuis quelques jours, cette Application Programming Interface (ou interface de programmation) est désormais compatible avec Google Glass et intègre également la reconnaissance d'objets. Dès lors, des apps destinées aux lunettes Google telles que Remember This Face (souviens-toi de ce visage), My Friend In A Crowd (mon ami dans une foule) et Intelligent Contact Books (carnet d'adresses intelligent) exploiteront pleinement leurs fonctionnalités.

L'astronaute qui chantait Davie Bowie en orbite

La veille de son retour sur Terre, l'astronaute canadien Chris Hadfield a offert une remarquable et émouvante interprétation de fameux titre Space Oddity (David Bowie) à bord de la Station Spatiale Internationale.


Côté production, la voix et le solo de guitare de ce passionné de musique, de photo et de technologies ont été enregistrés et mis en scène dans cette vidéo (au succès fracassant) par son fils Evan sur Terre. Just wonderful

mercredi 22 mai 2013

TrackingPoint, le fusil intelligent pour les nuls et les pros

À quoi bon investir dans des leçons de tir ? Offrez-vous plutôt la carabine Tracking Point et faites mouche à quasiment tous les coups. Ce « fusil de précision guidée » (Precision Guided Firearm) est aux armes à feu ce que l'iPhone fut à la téléphonie mobile : une technologie pionnière à la fois conviviale, ludique et très efficace... mais qui suscite déjà maintes inquiétudes.


Développé par la start-up texane éponyme, Tracking Point est un système composé d'une carabine de précision, d'une boussole, d'un calculateur balistique, d'une centrale à inertie (IMU : Inertial Measurement Unit ou IMU), d'un télémètre laser, d'un filtre optique (très utile à l'aube ou au crépuscule), d'un microphone, de capteurs environnementaux (pression, température, vitesse du vent, etc), d'un viseur tête haute, d'une caméra (14 mégapixels), d'un enregistreur vidéo/photo et d'un serveur Wi-Fi, le tout fonctionnant grâce au système d'exploitation Linux.


samedi 18 mai 2013

Du bleu Facebook au marketing couleur

Le cabinet d'études cybermarketing Kissmetrics a conçu cette infographie afin de démontrer comment les couleurs affectent nos décisions d'achat.



Le jaune est optimiste, jeune et radieux : il attire l'attention des lécheurs de vitrine. Le rouge est énergique et excitant : très bon pour les soldes. Le bleu est vigoureux, réconfortant et sécurisant : les banques et les firmes technnologiques l'adorent. Le vert est pacifique, sain et relaxant surtout quand il s'agit des ONG, de la protection de l'environnement, des produits pharmaceutiques, cosmétiques et bio. L'orange est créatif et dynamique : bouger, imaginer, acheter, vendre. Le rose est romantique et féminin : sans commentaire. Le noir est puissant et élégant : les produits de luxe, l'automobile haut de gamme et les marques de café en raffolent. Le pourpre est serein, sage et presque magique, d'où son succès dans les produits anti-vieillissement.



Au fait, pourquoi Facebook est-il bleu ? Parce que « Zuck » perçoit plutôt mal les rouges et les verts, selon le New Yorker.

En savoir plus :


vendredi 17 mai 2013

Le Dessous des Cartes : la crise syrienne (vidéo)

À travers l'histoire, la géographie, la démographie et l'économie, et grâce au talent institutionnel de Jean-Christophe Victor, le Dessous des Cartes explique clairement  les origines et les enjeux de la crise syrienne.


Dans un premier volet essentiellement historique, on apprend que la communauté des Alaouites - dont est issue la famille El Assad - est méprisée et considérée comme hérétique par les communautés Sunnites et Chiites.


Dans le second volet, les multiples enjeux de la crise (ou de la guerre civile) syrienne, les influences des pays voisins et celles des grandes puissances sont savamment décryptées. Qu'en est-il de la rébellion syrienne et des factions djihadistes ? Ont-elles été éludées du fait de leur invisibilité cartographique ?


On comprend pourquoi la crise syrienne - qui, à mes yeux, est la plus parfaite incarnation d'une crise stratégique complexe... depuis les guerres puniques ? - suscite autant d'attitudes ambigües voires contradictoires et, au final, mène à la passivité.

mercredi 15 mai 2013

Le meuble pop-corn tuera-t-il Ikea ?

Après quelques emplettes dans un centre commercial, vous rentrez à la maison et pressez le pas vers votre salon. Vous connectez une étrange pâte blanche à une prise électrique murale et dix minutes plus tard, vous obtenez un petit sofa qui ne manque guère de style.


Inspiré par la technologie satellitaire de déploiement des antennes et des panneaux solaires, le designer Carl de Smet a « injecté » des polymères à mémoire de forme dans du plastique bon marché afin d'obtenir un produit mobilier qui ne fait qu'un avec son conditionnement (emballage ou packaging pour les nuls). Un régal sur le plan logistique, technique et psychologique car vous n'aurez plus besoin de louer une camionnette, de transpirer dans l'escalier ou dans l'ascenseur... et encore moins d'encaisser sans broncher les remarques de votre débrouillard(e) mais encombrant(e) ex-petit(e) ami(e) lors de l'inéluctable et ignoble séance de montage.

lundi 13 mai 2013

Les Cafés Stratégiques AGS : Community policing et lutte contre le jihadisme

Pour leur 25ème édition, les Cafés Stratégiques AGS [Souvent copiés, jamais collés] inviteront Claire Arenes, doctorante à l'université Paris III – Sorbonne Nouvelle, qui analysera l'approche britannique de la lutte contre le jihadisme combinant community policing (ou police orientée vers la communauté) et renseignement.


Venez nombreux et curieux au Café le Concorde le jeudi 16 mai 2013 à 19h (consommation obligatoire) et profitez-en pour échanger brièvement avec quelques membres d'AGS. Nous existons, nous vivons et respirons votre air...

jeudi 9 mai 2013

Quand les robots font des nouilles (vidéo)

Peinant à trouver un salarié pour découper et cuisiner des nouilles sans relâche, le patron du restaurant Jinhe Noodle Shop à Pékin se dit très satisfait de son employé du mois 100% techno. En effet, le Robot Chef ne lui a coûté que 1500 $ / 1130 € à l'achat contre 4700 $ / 3800 € par an pour un salarié chinois.


L'infatigable faiseur de nouilles a été vendu à plus de 3000 restaurants en Chine... où de nombreux secteurs envisagent souvent de recourir à la main d'oeuvre robotisée lorsque le salaire annuel franchit la barre des 8000 $ / 6000 € (50 000 yuans), selon Tan Xueke, manager à Xinsong Robot Automation Company. En 2014, l'Empire du Milieu sera certainement le premier fabricant mondial de robots devant le Japon et les Etats-Unis.


Parallèlement, les faiseurs de sushi automatisés font un carton (vidéo 1, vidéo 2) au pays du soleil levant et les hamburger machines - cuisinant 340 hamburgers par heure – s'annoncent très prometteuses chez Oncle Sam. La restauration rapide aura-t-elle besoin de main d'oeuvre humaine dans les prochaines années ? 

En savoir plus :

mardi 7 mai 2013

L'accélération de l'Afrique

Président franco-béninois du fonds européen FAI Partners, Lionel Zinsou offre un éclairage très enrichissant sur l'histoire (pénalisante) et l'évolution (positive) de l'économie africaine. 


Trois ans plus tôt, il estimait que "l'Afrique s'enrichit mais les Africains s'appauvrissent" (Jeune Afrique) : « L’Afrique est capable de réduire l’extrême pauvreté. Les statistiques le montrent. Mais du fait d’une croissance démographique très forte, le nombre de pauvres augmente. C’est un paradoxe qui fait qu’on peut dire aujourd’hui que l’Afrique s’enrichit, mais que les Africains s’appauvrissent. Pour y remédier, les économistes estiment à environ 7 % le taux de croissance annuel qu’il faut réaliser sur plusieurs années. À mon avis, l’Afrique n’en est pas très loin ! »

Lors de cette autre interview (Jeune Afrique) datant de 2012, il pulvérisa quelques clichés  : « Il y a vingt ans, on considérait la croissance démographique comme un fardeau et l'un des obstacles au développement. Aujourd'hui, le paradigme doit être totalement revu, car l'Afrique devient un marché et représente un potentiel pour créer de la valeur. On le voit déjà avec la forte émergence d'une classe moyenne. [...] Malgré ces deux réserves, il ne fait pas l'ombre d'un doute que l'Afrique est attractive. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de troubles sociaux, plus d'inégalités, plus de prédations... Je ne décris pas un monde idéal. Mais, à la question « est-ce que les Africains vont mieux vivre dans les prochaines années ? », la réponse est oui. »


samedi 4 mai 2013

Kurt Vile – Wakin On A Pretty Daze

J'ai découvert ce philadelphien aux cheveux longs avec son superbe album Smoke Ring For My Halo qui tournait régulièrement en boucle dans mon smartphone et mon autoradio en 2011-2012.


On aurait dit un hybride de Bob Dylan, de Leonard Cohen et de Neil Young. Je n'exagère pas. In My Baby's Arms offre un solo de guitare sèche proprement stratosphérique...


Dans Wakin On A Pretty Daze, l'ex-membre de The War on Drugs (autre griffe marquante du rock indé) livre de longues ballades folk légèrement imprégnées de lo-fi psychédélique... et extrêmement addictives. Sa voix chaude et profonde survole ou plonge à merveille dans des riffs sinueux bercés par des arpèges planants, le tout comme transporté par la force tranquille d'une Chrysler 300C (climatisée !) traversant l'Arizona ou le Nouveau-Mexique sous un soleil de plomb.

vendredi 3 mai 2013

Tout en un : la loi de Moore

En 1993, le geek devait se ruiner pour acquérir (de gauche à droite) un PDA Newton (Apple), un caméscope JVC, un Mac portable, une montre-bracelet électronique, un bipeur (ou pager), un téléphone de voiture (ou carphone), un appareil photo Polaroïd et un baladeur Walkman (Sony).


Aujourd'hui, votre smartphone Android/iOS concentre toutes ces onéreuses et encombrantes technologies dans le creux de votre main, menaçant ou éliminant maintes industries. D'une certaine façon, votre Samsung Galaxy / iPhone détruit des emplois. 



Au fait, que deviennent le dictaphone, la calculatrice et le réveil matin ? Où sont passés les labos photo et leurs tonnes de négatifs ?

PS : Je m'adresse aux lecteurs de plus de 30 ans. Les autres, circulez ! Y a rien à voir...