mercredi 25 septembre 2013

Éclairages : Kenya, Shebab et jihad

Sonia Le Gouriellec, Libération - Affaiblis en Somalie, les shebab ont porté la terreur au Kenya : « Les shebab ont perdu le contrôle de Mogadiscio, la capitale de la Somalie, en 2011, ainsi que celui de plusieurs villes importantes du sud du pays face aux troupes de la force africaine (Amisom) et des forces armées kényanes. Par ailleurs, ils sont victimes d'incessantes querelles internes. Leur affaiblissement est réel. Alors que le jihad local s'essouffle, ils ont sans doute trouvé un autre moyen d'action en portant la terreur dans un pays voisin. Mais soyons prudents: ce n'est pas la première fois qu'on les dit durablement affaiblis et qu'ils redressent la tête. [...] On peut être inquiet pour la communauté somalie au Kenya, de confession musulmane dans un pays majoritairement chrétien. Elle a toujours été mal intégrée. Les Somalis sont traditionnellement mal vus au Kenya. Beaucoup les surnomment «les Bandits», c’est dire... L'opération terroriste va sans nul doute alimenter des tensions intercommunautaires. »


Alexander Meleagrou-Hitchen, Foreign Affairs - Jihad Comes to Kenya : « Kenya, which is dominated by a large Christian majority, has a history of religious tolerance, and its Muslim population is no exception. [...] But tensions between the Christian majority and the Muslim minority are building. There are many reasons for this, but they include the growth of confrontational Salafi groups and the economic and political marginalization of Muslims. Those problems have been exacerbated by attacks on churches that are specifically designed to provoke communal anxiety.[...] Not all of those who left Somalia to return home have rejected al Shabaab. In fact, many fighters are being pushed out of Somalia into Kenya as al-Shabaab loses control of its territories there to AMISOM. They are bringing with them their guns, grenades, and ideas. In July 2012, Kenyan police issued a number of warnings about individuals who they believe have returned to Kenya under instructions from Ali to carry out attacks on civilian and military targets. It is likely, therefore, that in the coming months Kenyans will suffer more homegrown violence. »


lundi 23 septembre 2013

Quand la Suisse avait peur de l'Europe en crise

La Suisse avait mené des manoeuvres militaires afin de se préparer aux instabilités sociales et aux afflux de réfugiés consécutifs à la crise économique en Europe.


Entrepris du 6 au 21 septembre 2012 avec 2000 militaires, l'exercice Stabilo Due « sur un scénario supposant l'instabilité d'une partie de l'Europe spécialement délimitée géographiquement pour l'occasion. La Suisse connaît également des troubles, des attentats et des actes de violence », écrivit sur son site le Département fédéral de la défense. Aux yeux de Berne, les polices et armées européennes - subissant de drastiques coupes budgétaires - seraient très probablement débordées par des chaos sociaux d'ampleur.


Au-delà des hyperboles médiatiques (a fortiori celle de BFM TV qui évoque carrément les années 1930 !) et d'un isolationnisme typiquement helvétique, le webzine LaLiberte.ch avait estimé que Stabilo Due - qui connut un énorme succès viral sur Internet et dans les chaînes TV - n'était qu'une spectaculaire opération marketing de l'armée suisse visant à justifier la création de quatre bataillons de 1600 policiers militaires auprès des instances politiques.

En savoir plus :

mercredi 18 septembre 2013

Un pilote de Rafale au-dessus du Mali

Briefing, préparatifs, décollage, ravitaillements en vol, frappes aériennes... Dans un élégant récit – militairement correct, le blog The Flying Men (géré par un adolescent passionné d'aéronautique militaire) a relaté la mission d'une patrouille de Rafale en route vers le Mali pendant l'opération Serval.


« 05h30 : Départ aux avions après avoir signé notre ordre de vol et enfilé nos combinaisons étanches. [...] Un dernier mot d’encouragement du commandant de base et l’escadron rassemblé nous accompagne vers la ligne de Rafale disposés devant l’unité. Le tour avion est plus long qu’à l’accoutumée. La vérification de nos 24 bombes prend en effet un certain temps. Les actions vitales, cette musique apprise par coeur et maintes fois répétée au cours de l’installation cabine a quelque chose de rassurant. Seule entorse à cette "partition" : je ressens le besoin de serrer la main de mon pistard avant de refermer la verrière et me retrouver isolé du monde extérieur. […] “Rasoir Alpha 4, airborne”. Il est 7h17. À peine plus de 36 heures après le premier coup de fil du CNOA, nous sommes en route vers le Mali. Belle démonstration de réactivité. Nous montons en "trail (2)" vers notre altitude de transit. Il fait encore nuit noire. À peine la couche de nuage traversée, nous apercevons les premières lueurs de l’aube. L’interception de notre premier ravitailleur est réalisée sans encombre au large d’Istres. Nous nous positionnons de part et d’autre et entamons notre périple vers le Sud. Les côtes espagnoles défilent à l’Ouest, puis le Maroc et la Mauritanie. Nous obliquons vers l’Est. »


jeudi 12 septembre 2013

Le conteneur, vecteur oublié de la mondialisation

« Pendant la seconde guerre mondiale, on avait bien transporté des camions par bateau : pourquoi donc ne pas transporter les camions par voie maritime, autant que possible, et ainsi casser les prix? Mais cette idée posait un problème : charger un camion entier dans un bateau occupait de la place inutile. MacLean avait donc eu l'idée de charger uniquement les remorques des camions avec une grue. […] Mais il devait vite constater que cette technique de transport - de grands conteneurs métalliques qui pouvaient être chargés sur un bateau, placés sur la remorque d'un camion ou sur un wagon de train, générait des économies énormes. Le chargement d'une tonne de marchandises lors de ce premier trajetcoûtait 0,16 dollars la tonne, contre 5,83 dollars en appliquant les techniques habituelles.


[…] Certains estiment que les coûts de transport ont été abaissés de 97% depuis l'invention du conteneur. Le coût du transport des marchandises, qui pouvait représenter jusqu'au tiers ou la moitié de leur coût total, est désormais de quelques pourcents. Les effectifs dans les ports, sur les navires de transport, ont fondu […] Certains ports ont périclité extrêmement rapidement, en particulier les ports traditionnels,tandis que d'autres se développaient tout aussi vite.

[…] L'invention du conteneur a été bien plus importante pour la mondialisation que tous les "rounds" de l'organisation mondiale du commerce. Le container a augmenté le commerce entre les pays de 790% sur 20 ans; par comparaison, les accords de libre-échange l'augmentent de 45%, l'appartenance à l'OMC de 285%, sur une période de 20 ans, selon une récente étude. […] Sans le système de transport par conteneur, la production en juste à temps, qui exige de connaître avec précision les délais de livraison des pièces, n'aurait pas été possible. Les chaînes de valeur globales, dans lesquelles les produits sont fabriqués à partir de pièces en provenance de toute la planète, non plus. »


mardi 10 septembre 2013

Les vacances sont finies. Vive la rentrée !


Après deux mois de pause estivale, Electrosphère reprend une activité normale. #technologie #securité #cybersécurité #défense #géopolitique #prospective seront évidemment au menu...