mardi 28 janvier 2014

Le futur de la technologie est dans le crime

Selon le futurologue californien Jamais Cascio (WorldChanging, IEET), la meilleure façon de comprendre une technologie consiste à interroger non pas ceux qui l'ont conçue mais à interroger et observer ceux qui l'utilisent à des fins criminelles. En effet, ces derniers dénichent rapidement les multiples usages détournées d'une nouvelle technologie et révèleront quelque peu ses imprévisibles retombées.


« If you what to find out how to use a new emerging tool, don’t ask the people who invent it, because they have a very narrow view of what it’s supposed to be used for. The people who are hacking it--the people who use it for crime, who use it to have sex, who use it to do something fun or different--those are the people who are going to find out the little interesting variations. » 


Il cite l'exemple du piratage du compte Twitter de l'agence de presse Associated Press par la Syrian Electronic Army - au 23 avril 2013 - annonçant que le président Barack Obama avait été blessé dans une série d'explosions à la Maison-Blanche. Dès l'annonce de cette intox, et malgré les sérieux doutes des médias et des traders, le Dow Jones perdit tout de même 146 points (l'équivalent de 136 milliards de dollars) en trois minutes puis termina la journée en hausse. Cette réaction instantanée de Wall Street était due au fait que les systèmes de trading à haute fréquence (THF) intègrent également les flux Twitter dans leurs agrégateurs de données. D'où un effet boule de neige dans l'éxécution (complètement automatisée) des ordres de vente et le plongeon consécutif du marché.

Cet effet domino relevait d'un simple dégât collatéral ou avait-il été prémédité par la Syrian Electronic Army ? Dans tous les cas, cet incident a révélé la très forte sensibilité des systèmes de THF et donc des places boursières à des intox et rumeurs provenant du Web.

En réalité, les hackers de tout poil sont aussi nécessaires qu'incontournables à nos environnements de plus en plus technologiques et constituent très probablement une nouvelle forme de principe de précaution. 

Aucun commentaire: