samedi 3 mai 2014

Tintin en a rêvé, SpaceX l'a fait : la fusée à décollage-atterrissage vertical

Depuis quelques semaines, l'agence spatiale d'Elon Musk a le vent poupe. Après avoir ravitaillé l'ISS et annulé l'injonction de l'alliance Boeing/Lockheed United Launch Alliance interdisant le recours aux moteurs-fusées made in Russia, elle a réussi le second test de sa fusée réutilisable Falcon 9 (F9R) dans son centre d'essais à basse altitude de McGregor au Texas.


Propulsée par trois moteurs Merlin (plutôt que par le traditionnel ensemble de 9 moteurs), la F9R s'est élevée jusqu'à 1000 mètres d'altitude et, après quelques secondes de surplace – nécessaire à la transition, a effectué un magnifique atterrissage vertical sur le pas de tir. NB : Pourquoi les fermiers vivant dans les environs n'ont-ils pas rappelé leur bétail ?


En octobre 2013, la fameuse start-up de l'espace avait défrayé la chronique avec l'atterrisage vertical de son Grasshoper. L'ère des lanceurs non-réutilisables et définitivement perdus dans les océans prendra-t-elle fin dans quelques années ?




SpaceX construit actuellement la « F9R Dev 2 » qui devra effectuer plusieurs essais du même type à une altitude de 91 000 mètres et au-delà, et sera pourvu de « pattes rétractables » tel un vaisseau spatial extraterrestre. Ce futur concept de lanceur réutilisable s'élevera dans l'espace, se séparera de son troisème étage (qui libérera sa cargaison en orbite) pendant que les deux premiers étages retourneront sur leur pas de tir grâce à leur propulsion Vertical Take-Off Vertical Landing (VTVL)... qui a trop longtemps attendu ses lettres de noblesse dans l'industrie des lanceurs spatiaux. Prix du lancement : 5000 dollars par livre contre 10 000 dollars aujourd'hui. 

Aucun commentaire: