lundi 14 juillet 2014

EchoRadar - Été 1914 : un autre monde ?

EchoRadar (EЯ) est à la fois un label et une plate-forme blogs fédérant des professionnels et des passionnés de stratégie, de sécurité et de technologie. Rejoignez-nous sur Twitter (@echo_radar) et sur Facebook (facebook.com/echoradar.org)... en attendant d'autres surprises.


L'introduction de notre premier thème titré "Ete 2014 : un autre monde ?" a été publiée sur le blog Lignes Stratégiques : « Si l’on en croit les indices de développement, l’humanité n’aurait jamais été aussi riche en 1914 que dans les périodes précédentes, le commerce international n’avait jamais été aussi florissant, les populations aussi éduquées… Les guerres napoléoniennes, d’indépendance et révolutions qui ont ravagé l’Europe ne seraient qu’un lointain passé. Pour certains, le spectre de la guerre à grande échelle serait jugulé par le développement du commerce mondial. L’ordre européen affirmé à Vienne en 1815, complété à Berlin en 1885 pour les possessions africaines, était à peine entamé par les nationalismes, au moins en surface. La sécurité collective restait un rêve à portée de main : Ce n'est que par la libre fédération des nations autonomes, répudiant les entreprises de force et se soumettant à des règles de droit, que peut être réalisée l'unité humaine. (Jaurès, L’armée nouvelle). Chacun sait que la guerre reste possible mais chacun l’espère courte, limitée et victorieuse. La paix européenne est celle du monde. »

La seconde partie du thème, intitulée "Réservistes d’hier et d’aujourd’hui", a été développée par le blog Sécurité des Systèmes Juridiques : « Ainsi, le réserviste, qu’il soit au grade de sous officier ou d’officier, a la possibilité d’effectuer, par un acte d’engagement à servir dans la réserve (ESR), des missions opérationnelles sur de courtes périodes mais également et plus humblement de contribuer au rayonnement de l’armée auprès de la population. Cette mission de rayonnement peut paraître futile aux yeux de certains militaires d’active mais permet d’incarner, par leur présence aux cérémonies, le devoir de mémoire. Ce devoir de mémoire, aujourd’hui encore discuté, est ce qui nous rattache aux événements passés de notre Histoire, ce qui forge notre conscience citoyenne et bâtit nos responsabilités. Au-delà de l’appartenance à l’institution miliaire, être réserviste permet de se situer dans la lignée historique de la République française qui, en 1914, a vu son existence menacée. »

Dans les jours suivants, les blogs Cyberland, Si Vis Pacem, EGEA, Cyberstratégie E-O et le Fauteuil de Colbert livreront également leurs rétrospectives.

Aucun commentaire: