jeudi 5 novembre 2015

Soyez chic : payez avec votre bijou intelligent (Mastercard inside)

Pour Christina Mercando, conserver son smartphone dans son sac à main est un véritable calvaire car elle ne perçoit pas toujours sa sonnerie ni sa vibration en faisant du shopping. Afin de mettre fin à ce désarroi qui brise tant de victimes de la mode un peu trop pressées, elle a crée Ringly, start-up new-yorkaise spécialisée dans la bijouterie intelligente (smart jewelry) et grandement inspirée par l'Apple Watch.


Vendue entre 195 et 260 dollars, la bague Ringly est un wearable (technologie portée ?) qui combine métaux précieux ou semi-précieux (or, émeraude, rubis, quartz, rhodium, etc) accéléromètre, diode électroluminescente et vibreur, se connecte via le Bluetooth au smartphone Android/iPhone de son porteur, et intègre plus de 80 apps telles que Facebook, Snapchat, Uber, Instagram, Linkedn, eBay, Amazon, etc. 



Son classieux coffret de protection fait également office de chargeur électrique. Son volume plus élevé que celui des bagues traditionnelles, du fait de ses composants, n'en est pas pour autant dissuasif. En outre, la miniaturisation incessante du hardware joue grandement en faveur de Ringly.


« Nous souhaitions quelque chose de simple et classique qui plairait à tant de femmes. C'est si petit et si discret que les gens ne se doutent pas de la technologie qu'il renferme », avait déclaré Christina Mercando.



Depuis peu, Ringly intègre le paiement sans contact et a conclu un partenariat avec Mastercard (Commerce For Every Device, n'est-ce pas ?) afin que ses bagues deviennent littéralement des moyens de paiement à la volée, de surcroît très pratiques pour payer ses courses ou son métro en un geste.

Faudra-t-il faire opposition auprès de Ringly et de votre banque en cas de perte/vol... en espérant que l'ingénieux voleur ne soit pas un hacker très branché sur la bijouterie intelligente ? Dans quelques années, votre bague ou votre bracelet en saura et dira plus sur vous que quiconque...

En savoir plus :

Aucun commentaire: