mercredi 30 septembre 2015

Quand la police maritime devient un service robotisé clés en main

Conçu par Zycraft, le Vigilant est un IUSV (Independent Unmanned Surface Vehicle : véhicule autonome de surface sans pilote) dédié aux missions de surveillance, d'escorte et d'assistance en mer.


Selon James Soon, PDG de la firme singapourienne, l'IUSV ne nécessite guère de vaisseau-mère et opère 30 jours sans ravitaillement du fait de sa cargaison de 5,5 tonnes de carburant - soit 40% de sa masse – alimentant deux moteurs diesel Yanmar (d'une puissance totale de 973 chevaux / 706 Kw). Long de 16 mètres (soit 5 à 7 mètres de plus que les très populaires Zodiac) et large de 3,2 mètres en coupe au maître, le Vigilant peut transporter un équipage de 7 personnes (sur une une surface habitable de 18 mètres carrés) dans un rayon de 1500 miles nautiques à une vitesse de 12-25 nœuds. Ces performances sont essentiellement dues à sa structure en matériaux composites légers à base de nanotubes de carbone. 

vendredi 18 septembre 2015

Évaluez l'impact de la robotique / de l'IA sur votre métier

Le chant du cygne a commencé pour les assistants juridiques, les gestionnaires de comptes et les techniciens en pharmacie/cosmétique – pour ne citer qu'eux. Les développeurs, les infographistes, les designers et de nombreux « métiers créatifs » ont encore de beaux jours mais devraient tout de même préparer leurs arrières... et leurs avants.


Conçu par BBC à partir d'une étude de l'université d'Oxford, ce calculateur détermine l'impact de la robotique et de l'intelligence artificielle sur votre métier et sur votre secteur d'activités.

En savoir + :

jeudi 10 septembre 2015

Le design Web est mort. Vive le design UX !

Dix ou quinze ans plus tôt, le profil de webdesigner faisait fureur auprès des agences de recrutement et « en bouchait un coin » auprès des camarades de party. Autrefois, la conception d'un site Internet relevait d'un artisanat geek et nécéssitait de réinventer la roue pour chaque client. (Mal)heureusement, une combinaison de facteurs disrupteurs poussent ce métier vers la préhistoire technologique à la vitesse TGV...


La maturité des standards Web repose sur l'universalité ou la standardisation des interfaces : solutions CMS, sites mobiles, formulaires de connexion/d'inscription, paniers d'achats, widgets, apps, etc. Consécutivement, la créativité dans le design Web a autant de poids que l'innovation dans l'industrie des réfrigérateurs ou des lave-linges et laisse donc très peu de place à la surprise.

La monarchie quasi absolue du CMS. Les succès fracassants de Wordpress, de Drupal, de Joomla et compagnie ont rapidement érodé le design Web. Entre généralisation et dérivation, ces plate-formes CMS (Content Management System) donnent la priorité à la création et à la mise en forme des contenus et amoindrissent considérablement le casse-tête de la conception et du développement. Quelques clics suffisent pour créer et mettre à jour un site Web au style très professionnel / commercial. Aujourd'hui, le webdesigner télécharge ou dérive des templates (dans la myriade des thèmes Wordpress/Drupal/HTML5 disponibles), installe des plugins (Woocommerce, Paypal, SEO, WP Better Security, etc) et retouche la photographie commerciale (vive les banques d'images à gogo!) avec Photoshop/Lightroom ou The Gimp. Moins de code, plus d'infographie.