mercredi 24 février 2016

Le robot Atlas (Boston Dynamics/Google) sera-t-il l'ancêtre des Cylons ?

Préambule. Boston Dynamics est un poids lourd de la robotique mondialement connu et reconnu notamment grâce à ses robots quadripèdes LS3 et Cheetah (alias TerminaDogs ?) et à son robot bipède Atlas. Basée à Waltham (Massachussets, USA), l'entreprise vingtenaire est un partenaire du DARPA dans la robotique militaire et fut discrètement rachetée par Google en 2013. Corollairement, la firme de Mountain View avait confié sa toute nouvelle division automatisation & robotique à Andy Rubin, créateur du très populaire système d'exploitation Android. Objectifs : investir dans la robotique professionnelle (fabrication, logistique, commerce en ligne, etc) et concurrencer peu ou prou Amazon qui avait acquis Kiva Systems en 2011 afin de concevoir des robots pour ses immenses entrepôts.


Depuis ses années Google, Atlas (1m80, 150 kg) est devenu une véritable botstar au sein des milieux geek et militech. En effet, il avait occupé la seconde place du DARPA Robotics Challenge 2015 (derrière le bipède nippon Shaft... également racheté par Google !), compétition dans laquelle les robots doivent monter une échelle, transporter des débris et conduire une voiture.


Conçu pour évoluer dans des environnements difficiles et en zone de combat - car le DARPA cofinance et contribue à son développement, il est débarrassé de son câble d'alimentation électrique et pourvu de sa propre batterie à l'autonomie d'autant plus améliorée que sa deuxième version a perdu 10 cm en hauteur et 70 kg de sa masse initiale. Son système LIDAR intégré, similaire à celui des véhicules (semi)autonomes, permet d’éviter des obstacles, d’évaluer le terrain et de manipuler des objets. 

La durée réelle de son autonomie demeure inconnue mais ses gains en équilibre, en flexibilité, en motricité et en réactivité sont plus que significatifs : il ouvre la porte, quitte les locaux de Boston Dynamics, marche dans une forêt enneigée, soulève et place des colis de plus de 4 kilos sur une étagère... et fait quasiment preuve de persévérance ou de sérénité face aux harcèlements d'un chercheur en robotique armé d'une crosse de hockey.


Le bipédoïde Atlas sera-t-il aux androïdes d'un lointain futur ce que Homo Erectus est à l'homme moderne ? En visionnant cette vidéo qui marque une étape décisive dans la R&D en robotique, les Cylons exigeront probablement réparations pour les préjudices infligés à leurs ancêtres...

Aucun commentaire: