vendredi 8 avril 2016

La pilule-caméra PillCam... ou l'assassin tant attendu de la coloscopie

Conçue une dizaine d'années plus tôt par la société américaine Given Imaging et récemment approuvée pour la commercialisation par la Food Drug Administration (l'agence américaine des produits alimentaires, pharmaceutiques et médicaux), la PillCam est une capsule électronique à avaler qui évoque quelques souvenirs aux passionnés de science-fiction ou du dessin animé.


Cette pilule 100% techno (31 x 11 mm) est dotée d'un dôme optique (caméra et diode) à chacune de ses extrémités qui photographie / filme le système digestif pendant sa traversée. Les images enregistrées sont transmises à des antennes adhésives collées sur l'abdomen du patient (la fréquence des flashs est proportionnelle à la vitesse de transit de la capsule) et ensuite analysées sur écran.


En France, La PillCam a déjà obtenu les bonnes grâces de la Haute Autorité de Santé (HAS) car elle constitue une alternative aux très désagréables coloscopies consistant à explorer le colon à l’aide d’une caméra – outre des préparatifs plutôt pénibles (préparation colique, insufflation de gaz pour distendre le côlon, administration d'un sédatif) – et nécessitant parfois une anesthésie générale.



Cette technologie miniature d'imagerie médicale semble tout droit inspirée du film Le Voyage Fantastique (datant de 1966) dans lequel une équipe de médecins embarque dans un sous-marin d'abord réduit à l'échelle quasi microscopique et ensuite injecté dans le corps d'un savant afin de résorber le caillot sanguin dans son cerveau. Pendant sa traversée du système cardio-vasculaire, l'équipage découvre visuellement les globules blancs et les globules rouges, subit les énormes vibrations générées par les battements du cœur, et doit quitter l'organisme du patient avant d'être la cible du système immunitaire ou de reprendre sa taille normale. Cette œuvre culte a probablement disséminé quelques graines auprès du dessin animé Le Bus Magique qui met en scène des écoliers et leur institutrice qui voyagent dans un corps humain à bord de leur bus miniaturisé.

Dans quelques décennies, nos futurs médecins / chirurgiens intra corpus seront de véritables micro / nano-robots intelligents et « consommables » (à ingérer / injecter) qui cibleront au plus près nos tumeurs, nos caillots et autres méchants bobos...

Aucun commentaire: