lundi 4 avril 2016

Panama Papers : Georges Soros inside ? Wall Street outside ?

À moins que vous viviez dans une dimension parallèle, vos radars interstellaires ont certainement capté l'écho des Panama Papers...


Cette colossale fuite de documents confidentiels sans précédent (2,5 To de données) révèle une très dense constellation de sociétés offshore détenues ou exploitées par des chefs d'État, des milliardaires, des sportifs de haut niveau, des célébrités et des firmes du monde entier. Nul doute que des figures politiques de par le monde seront éclaboussées ou désarçonnées par ce scandale.

Les données initiales, transmises par une source anonyme à l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), sont issues du cabinet panaméen de conseil offshore Mossack Fonseca, qui n'est qu'une étoile parmi tant d'autres de l'immense galaxie hautement spécialisée dans les sociétés-écrans et les paradis fiscaux, offrant divers degrés de complexité dans la dissimulation fiscale et financière et baignant dans un environnement légal en constante évolution à l'échelle internationale.

Selon Bloomberg, “The World’s Favorite New Tax Haven Is the United States” mais très peu de traders, de firmes ou de hedge funds plus ou moins américains figurent dans ces petits papiers panaméens. Qu'est donc l'ingénierie made in USA en évasion fiscale devenue ? Cette très faible présence de clients américains dans le portefeuille de Mossack Fonseca aurait-elle quelque lien avec cette fuite inédite de documents ?

Le président russe Vladimir Poutine, ses amis oligarques et son homologue et allié (ou vassal) syrien Bachar El-Assad figurent très souvent en pôle position des unes ou des headlines consacrées aux Panama Papers, et ce, en pleine guerre froide 2.0 et surtout peu après quelques avancées significatives de l'armée syrienne (solidement appuyée par l'aviation et des forces spéciales russes, et plusieurs unités de l'armée iranienne et du Hezbollah) contre l'Etat Islamique. Le hasard fait bien les choses...

Les Panama Papers ont été publiés par l'Organized Crime and Corruption and Reporting Project (OCCRP) et par l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) qui réunit plus de 370 journalistes dans 76 pays, et de grands quotidiens / médias tels que Suddeutsche Zeitung (Allemagne), Le Soir (Belgique), Le Monde (France), The Guardian, BBC (GB), Ouestaf News (Sénégal), Haaretz (Israël), El Mundo (Espagne), The Huffington Post (USA), etc.

Selon l'OCCRP sur son site web, ses principaux donateurs sont la fondation Open Society créee et dirigée par le milliardaire George Soros, et l'agence d'aide au développement USAID qui opère sous la supervision de la Maison Blanche, du département d'État et du Conseil de Sécurité Nationale (cf. Wikipédia),

L'ICIJ est un département ou une subdivision du Center For Public Integrity (CPI), organisation sans but lucratif basée à Washington qui, selon son site Web, compte la fondation Open Society (encore !) et la Carnegie Corporation of New York parmi ses donateurs.

Achtung Baby : Il ne s'agit guère de verser dans une théorie du complot, de noyer un gros poisson et encore moins de “blanchir les clients du blanchisseur” mais d'observer sommairement l'arrière-plan des Panama Papers a fortiori dans un contexte stratégique de plus en plus sulfureux et donc imprégné par une sournoise infoguerre...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Pourtant, de nombreux alliés des USA (Ukraine, Emirats, Dubai Saouds, Grande Bretagne) figurent également dans ces rapports...

Electrosphere a dit…

En effet, de nombreux alliés figurent dans les Panama Papers mais ceux-ci sont peu mentionnés ou souvent éludés par les unes / headlines dans les grands médias...