mardi 8 novembre 2016

Emmanuel Todd : « L'Amérique de Trump » (audio)

De retour d'un voyage de plusieurs mois aux Etats-Unis et au Japon, le démographe et historien Emmanuel Todd s'entretient pendant 30 mn avec France Culture et analyse les profondeurs, contours et complexités de l'Amérique de Donald Trump... à mille lieux des visions simplistes, binaires et manichéennes couramment projetées par les médias et sur les réseaux sociaux.


« Il y a deux enjeux : une Amérique qui aspire à une sorte de recentrage national et démocratique, et à un rôle moindre dans les rapports internationaux  ; et une Amérique du néolibéralisme et de la globalisation qui domine jusque-là […] La source de la montée des inégalités dans le monde occidental vient de cette nouvelle stratification éducative […] Le monde anglo-américain est en train d'accoucher d'un deuxième renversement exigeant plus de régulation, plus d'Etat...et ce, même si Hillary Clinton gagne. Il y a déjà sous Obama un début de recentrage national, de retrait du monde en termes diplomatiques. »



« On ne peut pas raisonnablement soutenir que la Russie soit une menace pour le monde vu la taille de sa population […] Ce qui est intéressant, ce n'est pas la Russie en elle-même mais le fantasme américain de la Russie. Que nous disent le Pentagone, les démocrates et Hillary Clinton quant ils sont obsédés par la Russie et Poutine ? En fait, ce qu'ils nous disent, c'est : "nous ne pensons que militaire et interventions militaires. Et tant que la Russie est là, on ne peut pas faire ce qu'on veut dans le monde" […] L'obsession de la Russie révèle que Hillary Clinton et ses petits camarades sont toujours dans une stratégie impériale et que le bien-être interne des Etats-Unis n'est pas leur objectif prioritaire. »

L'essayiste n'hésite pas à lâcher de temps à autre quelques phrases assassines sur l'évolution politique de la France : « On a un peu l'impression que le système politique joue à provoquer les Français […] Les responsables politiques jouent avec l'électorat parce qu'ils pensent au fond que l'électorat n'est pas capable, pour des raisons sans doute, de voter Front National. Mais c'est un jeu dangereux. »

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Todd, marchand de tapis idéologique.
Cela fait des décennies que les Présidents US ne décident de rien.
Une décision est le résultat d'un traitement d'information, et comme
ils n'ont ni les données, ni l'outillage intellectuel pour les mouliner, on leurs prépare plusieurs solutions entre les quelles il
doivent choisir, mais qui sont en fait les mêmes.
Le "peuple", le "président", sont que "Bruits" dans L'Intégration Intégral du contenu du monde.
C'est ainsi, le processus ne peut que se renforcer a chaque évènement. Comme l'élection de Trump.