samedi 19 janvier 2019

La résurrection podcastée de Schizodoxe (SDX)


Les vétérans de la blogosphère francophone branchée geek > scifi > dystopie > cyberpunk > biopunk n'ont jamais digéré la disparition du blog Schizodoxe...


Qui renaît sous la forme de podcasts labellisés SDX, avec des thèmes aussi alléchants qu'approfondis tels que « La mort du cyberpunk » (que nenni !) et « Sommes-nous le songe d'une machine ? ».

Au fait, les œuvres sci-fi Matrix et Neuromancer seraient-elles les points Godwin de toute discussion orientée cyberpunk / dystopie ? Avant de répondre, déconnectez vos cerveaux car les superviseurs et les développeurs extraterrestres de l'animation 3D quantique (dont vous n'êtes qu'un/e misérable et aléatoire figurant/e, votre système solaire avec) ont une sainte horreur du libre arbitre et du doute...


mercredi 9 janvier 2019

David Dufresne : la chute fracassante du maintien de l'ordre à la française (vidéo)


David Dufresne est un journaliste spécialisé sur les questions de sécurité et de libertés publiques, auteur de l'enquête « Maintien de l'ordre » (Hachette Littérature , 2007), autrefois reporter à Libération et rédacteur-en-chef de la chaîne d'informations i-Télé (devenue Cnews).


Depuis la crise des Gilets Jaunes et ses affolantes statistiques de victimes de violences policières (morts, blessures graves, mutilations, etc), il estime que « le maintien de l'ordre à la française a explosé en plein vol » :

«  Le fait de multiplier les forces de l'ordre signifie que vous allez mobiliser des policiers qui ne sont pas formés au maintien de l'ordre et qui tirent à gogo, qui ont l'habitude de faire du « saute-dessus », qui ont l'habitude de se retrouver face à des délinquants parfois armés, qui ont des méthodes qui ne sont pas celles du maintien de l'ordre. Donc, on voit des matraquages démentiels qui n'ont aucun rapport avec la doctrine française du maintien de l'ordre [...] Il faut bien avoir en tête que le maintien de l'ordre obéit à des ordres politiques. C'est la gestion de la rue, il n'y a pas plus politique que le maintien de l'ordre.  On dit beaucoup qu'à la préfecture de police, depuis l'affaire Benalla, ça ne va pas bien ni Place Beauvau, qu'il y a beaucoup d'interrogation [...] Ce qu'on a vu samedi 8 décembre, ce sont des policiers davantage sous l'ordre des commissaires de quartier que du préfet, donc un échelon plus proche. Le maintien de l'ordre est une police très psychologique, puisque c'est la gestion de la foule. On était dans une mise en scène, pour les télévisions, de la reprise des Champs-Élysées avec ses blindés et ses compagnies de gendarmes mobiles. Il restait quoi, 30 Gilets jaunes pour 40 caméras ? Mais les images ont fait le tour du monde ! C'était de la fabrication très réussie d'images, de mise en scène. Pour moi, les blindés répondent à l'Arc de Triomphe en termes de symbole. [...] Moi, j'ai l'impression que les 15 dernières années, on est rentré dans une société très sécuritaire avec des fantasmes qui rehaussent le seuil de tolérance à la violence. Les mêmes images il y a 10 ou 15 ans auraient mis la France dans la rue. Est-ce de l'accoutumance ? Il y a aussi le fait de doter la police d'armes dites non létales : certains syndicats de police reconnaissent de fait que les policiers utilisent plus facilement un Flash-Ball qu'une arme létale. Du coup, on a des blessures qui n'étaient pas là il y a 20 ans. » (Le Point, 14 décembre 2018)