lundi 20 avril 2020

Covid-19 : pandémie, infodémie et infoguerre

La propagation planétaire du Covid-19 a précipité les états, les systèmes de santé, les sociétés et les économies dans un cauchemar inédit. En quelques semaines, la pandémie est devenue le point de bascule de nos futurs conditionnels et a littéralement asséché nos modes de vie pour une durée indéterminée : famille, amis, travail, espace public, déplacements, subsistance, santé, projets, rêves.


Crise sanitaire et risques informationnels

Plusieurs milliards d'individus confinés à domicile dans des villes fantômes et repliés devant leurs écrans, croulent sous des myriades d'informations aussi contradictoires qu'incertaines. L'ambiance anxiogène constitue un terreau fertile pour la désinformation, les rumeurs, les fake news et les luttes d'influence. Les réseaux / médias sociaux et les messageries instantanées (Facebook, Youtube, Whatsapp, Messenger) prolifèrent de remèdes miracles, d'automédications inutiles, d'infographies insensées et de vidéos décontextualisées. Submergés par une imprévisible épidémie, des gouvernements sombrent dans un état de sidération, payent le prix de leur incurie managériale et idéologique, assistent impuissants à l'affolement des compteurs de mortalité et se noient dans leurs propres décisions.

La France a peur. La France est en guerre. Pire qu'un blietzkrieg estival, un coronavirus mondial ? Le discours médical et scientifique, austère et nuancé, se perd dans le brouillard de l'infodémie... et dans les rouages des machinations biomédicales.

vendredi 3 janvier 2020

En Chine, des gangs propagent la peste porcine avec des drones

Afin de faire flamber le prix de la viande de porc, des gangs chinois propagent la peste porcine africaine dans les fermes avec des drones. Les éleveurs de porcs ripostent avec des brouilleurs anti-drones... et perturbent les avions de ligne.


Selon le ministère chinois de l'agriculture et la FAO, la Chine a perdu 130 millions de porcs (-40% du cheptel total) depuis l'éclatement d'une violente épidémie de peste porcine africaine à l'été/automne 2019. Cette perte équivaut à deux fois la production américaine, troisième pays producteur derrière la Chine et l'Union Européenne.

Des abattages massifs de porcs ont été effectués afin de limiter la propagation de l'épidémie. La pénurie consécutive de porcs a immédiatement provoqué une flambée du prix de leur viande : de 32 yuans/kg (4 euros) à 60 yuans/kg (7,6 euros). En Chine, le porc constitue 70% de la viande consommée et un Chinois en consomme 20 kg par an en moyenne. Dans certaines zones urbaines comme rurales, certains restaurants qui servaient uniquement de la viande de porc proposent également de la viande de chien, nettement plus abordable pour leur clientèle (1)