dimanche 11 juillet 2021

Pasteur et Koch : un duel de géants dans le monde des microbes (vidéo)

Légendes de la science, le français Louis Pasteur et l’allemand Robert Koch se sont affrontés à l'heure de la découverte de la transmission des maladies par les microbes. Leur duel a marqué un tournant captivant dans l’histoire de la médecine et  contribué à l'émergence de deux spécialités aujourd'hui complémentaires : l'infectiologie et l'immunologie. 




À la fin du XIXe siècle, le chimiste Louis Pasteur, déjà célèbre pour ses travaux sur la fermentation, a l’intuition que des micro-organismes pourraient être à l’origine des maladies infectieuses. Mais c’est à un total inconnu que l’on en doit la démonstration scientifique : médecin de campagne, Robert Koch est parvenu à identifier la bactérie responsable de la fièvre charbonneuse, qui décime les troupeaux. Vexé, Pasteur affine les résultats de son concurrent avec un coup d’éclat : en 1881, il inocule une forme atténuée de la maladie du charbon à une cinquantaine de moutons. La campagne de vaccination est couronnée de succès et le Français est acclamé par-delà les cercles scientifiques. Mais publiquement, Pasteur omet de mentionner les travaux de Koch.


mardi 4 mai 2021

Antoine Glaser : Macron est-il tombé dans le piège (franç)africain ? | TV5 Monde

Voyage au Rwanda, obsèques d'Idriss Déby, crise tchadienne, opération Barkhane au Sahel... Le président Macron multiplie les présences en Afrique pour affirmer une nouvelle politique africaine de la France.

Antoine Glaser | TV5 Monde


Regarder la vidéo sur TV5 Monde (8'27)

Est-il tombé en réalité dans un piège, comme l'affirme le spécialiste de l'Afrique Antoine Glaser dans son livre « Le Piège africain de Macron », coécrit avec Pascal Airault ?

En savoir + :

Antoine Glaser : "L’armée française en Afrique sert de cache-misère à une présence française globalement en déshérence" (France Culture)


lundi 20 avril 2020

Covid-19 : pandémie, infodémie et infoguerre

La propagation planétaire du Covid-19 a précipité les états, les systèmes de santé, les sociétés et les économies dans un cauchemar inédit. En quelques semaines, la pandémie est devenue le point de bascule de nos futurs conditionnels et a littéralement asséché nos modes de vie pour une durée indéterminée : famille, amis, travail, espace public, déplacements, subsistance, santé, projets, rêves.


Crise sanitaire et risques informationnels

Plusieurs milliards d'individus confinés à domicile dans des villes fantômes et repliés devant leurs écrans, croulent sous des myriades d'informations aussi contradictoires qu'incertaines. L'ambiance anxiogène constitue un terreau fertile pour la désinformation, les rumeurs, les fake news et les luttes d'influence. Les réseaux / médias sociaux et les messageries instantanées (Facebook, Youtube, Whatsapp, Messenger) prolifèrent de remèdes miracles, d'automédications inutiles, d'infographies insensées et de vidéos décontextualisées. Submergés par une imprévisible épidémie, des gouvernements sombrent dans un état de sidération, payent le prix de leur incurie managériale et idéologique, assistent impuissants à l'affolement des compteurs de mortalité et se noient dans leurs propres décisions.

La France a peur. La France est en guerre. Pire qu'un blietzkrieg estival, un coronavirus mondial ? Le discours médical et scientifique, austère et nuancé, se perd dans le brouillard de l'infodémie... et dans les rouages des machinations biomédicales.

vendredi 3 janvier 2020

En Chine, des gangs propagent la peste porcine avec des drones

Afin de faire flamber le prix de la viande de porc, des gangs chinois propagent la peste porcine africaine dans les fermes avec des drones. Les éleveurs de porcs ripostent avec des brouilleurs anti-drones... et perturbent les avions de ligne.


Selon le ministère chinois de l'agriculture et la FAO, la Chine a perdu 130 millions de porcs (-40% du cheptel total) depuis l'éclatement d'une violente épidémie de peste porcine africaine à l'été/automne 2019. Cette perte équivaut à deux fois la production américaine, troisième pays producteur derrière la Chine et l'Union Européenne.

Des abattages massifs de porcs ont été effectués afin de limiter la propagation de l'épidémie. La pénurie consécutive de porcs a immédiatement provoqué une flambée du prix de leur viande : de 32 yuans/kg (4 euros) à 60 yuans/kg (7,6 euros). En Chine, le porc constitue 70% de la viande consommée et un Chinois en consomme 20 kg par an en moyenne. Dans certaines zones urbaines comme rurales, certains restaurants qui servaient uniquement de la viande de porc proposent également de la viande de chien, nettement plus abordable pour leur clientèle (1)

mercredi 21 août 2019

Une expansion chinoise ou une obsession américaine nommée Huawei

Depuis quelques années, la firme chinoise Huawei est une véritable obsession pour les Etats-Unis. À l'ère où la maîtrise des réseaux informatiques constitue un atout maître des grandes puissances, l'expansion internationale des plateformes numériques made in China révèle et accélère le déclin relatif de l'Amérique sur la scène technologique.



America Online


Au-delà des terres américaines, les analystes de la chose technologique ignorent ou omettent à quel point "le cyberespace, plus que tout autre espace de la mondialisation, est conçu par les Américains comme un prolongement de leur territoire national. Pour les Américains, l'imaginaire d'Internet est très proche de celui d'un nouveau Far-West [...] Un lieu à découvrir, à explorer, à conquérir mais aussi à créer à sa convenance." (1)


Quelques évidences démontrent amplement comment et pourquoi le Web a été façonné par la main de l'Amérique depuis les années 1990.


dimanche 10 mars 2019

La sobriété oubliée des mobinautes

L'industrie de la téléphonie mobile bassine nos yeux et oreilles avec ses prochaines vagues d'innovation : téléphonie 5G, smartphones pliants ou à double écran, smartphones blockchain, smartphones à réalité augmentée/mixte, etc. Cette prolifération de promesses démontre le manque d'idées, la saturation/maturation du marché de la « smartphonie » (surtout en Europe et en Amérique du nord) et donc une évolution des besoins.


Selon un sondage de Morning Consult (publié par Services Mobiles), les acheteurs et utilisateurs ont des attentes plus sobres et plus sensées envers leurs smartphones : durée de l'autonomie, longévité de la batterie et du terminal, facilité d'utilisation, capacité de stockage mémoire et qualité de la caméra photo/vidéo.

Corollairement, les mobinautes sont lassé(e)s des trop gourmandes et parfois erratiques apps (Google Play / App Store). D'où l'essor des Applications Web Progressives (PWA : Progressive Web Applications) qui fournissent les avantages des applications natives et ceux des sites mobiles en excluant au maximum leurs défauts respectifs.

Avis aux fabricants de smartphones, aux opérateurs télécoms, aux marketeurs et aux développeurs : ne passez pas à côté des choses simples.

P.S.: Les casques/écouteurs Bluetooth laissent à désirer. Les dongles, c'est de la m...e. Vive l'universelle jack audio ! 

En savoir + :

mercredi 9 janvier 2019

David Dufresne : la chute fracassante du maintien de l'ordre à la française (vidéo)


David Dufresne est un journaliste spécialisé sur les questions de sécurité et de libertés publiques, auteur de l'enquête « Maintien de l'ordre » (Hachette Littérature , 2007), autrefois reporter à Libération et rédacteur-en-chef de la chaîne d'informations i-Télé (devenue Cnews).


Depuis la crise des Gilets Jaunes et ses affolantes statistiques de victimes de violences policières (morts, blessures graves, mutilations, etc), il estime que « le maintien de l'ordre à la française a explosé en plein vol » :

«  Le fait de multiplier les forces de l'ordre signifie que vous allez mobiliser des policiers qui ne sont pas formés au maintien de l'ordre et qui tirent à gogo, qui ont l'habitude de faire du « saute-dessus », qui ont l'habitude de se retrouver face à des délinquants parfois armés, qui ont des méthodes qui ne sont pas celles du maintien de l'ordre. Donc, on voit des matraquages démentiels qui n'ont aucun rapport avec la doctrine française du maintien de l'ordre [...] Il faut bien avoir en tête que le maintien de l'ordre obéit à des ordres politiques. C'est la gestion de la rue, il n'y a pas plus politique que le maintien de l'ordre.  On dit beaucoup qu'à la préfecture de police, depuis l'affaire Benalla, ça ne va pas bien ni Place Beauvau, qu'il y a beaucoup d'interrogation [...] Ce qu'on a vu samedi 8 décembre, ce sont des policiers davantage sous l'ordre des commissaires de quartier que du préfet, donc un échelon plus proche. Le maintien de l'ordre est une police très psychologique, puisque c'est la gestion de la foule. On était dans une mise en scène, pour les télévisions, de la reprise des Champs-Élysées avec ses blindés et ses compagnies de gendarmes mobiles. Il restait quoi, 30 Gilets jaunes pour 40 caméras ? Mais les images ont fait le tour du monde ! C'était de la fabrication très réussie d'images, de mise en scène. Pour moi, les blindés répondent à l'Arc de Triomphe en termes de symbole. [...] Moi, j'ai l'impression que les 15 dernières années, on est rentré dans une société très sécuritaire avec des fantasmes qui rehaussent le seuil de tolérance à la violence. Les mêmes images il y a 10 ou 15 ans auraient mis la France dans la rue. Est-ce de l'accoutumance ? Il y a aussi le fait de doter la police d'armes dites non létales : certains syndicats de police reconnaissent de fait que les policiers utilisent plus facilement un Flash-Ball qu'une arme létale. Du coup, on a des blessures qui n'étaient pas là il y a 20 ans. » (Le Point, 14 décembre 2018)

mercredi 31 octobre 2018

Hybrids - Quand la faune marine fusionne avec la pollution (vidéo)


Réalisé par six étudiants de l’école MoPA, ce superbe et glaçant court-métrage dépeint une faune marine qui s'est adaptée à la pollution afin de survivre.  À titre d’information, plus de 600 000 kilos de déchets sont déversés chaque seconde dans les océans, soit 20 milliards de tonnes de déchets par an !


Hybrids a été primé à de nombreux festivals et est déjà qualifié pour le Best Animated Short - Oscars 2019.

mercredi 20 décembre 2017

Robots tueurs, science-fiction, prohibition et manipulation

Réalisé par le site Ban Lethal Autonomous Weapons pour sa campagne de sensibilisation Stop Killer Robots, le court métrage Slaughterbots a été présenté à Genève à l'occasion d'une rencontre sur les armes conventionnelles en novembre 2017 et a obtenu un succès fracassant sur les réseaux/médias sociaux.


À mi-chemin de la série Black Mirror et du film Matrix, cette fiction met en scène un essaim de minuscules drones dotés d'une technologie de reconnaissance faciale et munis de charges perforantes, qui sont ensuite utilisés par un mystérieux groupe terroriste pour commettre un massacre dans un amphithéâtre. Des centaines d'étudiants sont précisément identifiés, inlassablement traqués et froidement assassinés par des petits quadcoptères dans les couloirs d'une université. Pas de quartier. Aucune issue possible.


jeudi 19 octobre 2017

Maurice Bellet-Edimo : « Il faut éduquer les acteurs au capital-risque »

Responsable d’activités à Millenium Management, Maurice Bellet-Edimo jouit de plus d'une douzaine d'années de pratique du capital-investissement en Afrique centrale. Ses nombreuses interventions portent essentiellement sur le financement et l'encadrement des PME. Pour ce professionnel, la méconnaissance du capital-risque est la grande pesanteur qui freine l’essor de l’activité au Cameroun. Toutefois, les possibilités de croissance demeurent. Il appelle donc de ses vœux l’éducation des acteurs et le regroupement des professionnels en la matière au sein d’une corporation pour l’éclosion de l’activité et la promotion du métier.



Le capital-risque peine à décoller au Cameroun alors que le pays est déjà à l’ère de l’économie numérique et de l’innovation avec l’éclosion de plusieurs startups. Qu’est-ce qui, selon vous, peut freiner l’essor de cette activité pourtant salvatrice pour les petites et moyennes entreprises ?

Le frein majeur de l'essor du capital-risque dans notre environnement est la méconnaissance que nous avons de ce mode de financement. Parce que mal ou peu connu, le capital-risque est incompris, craint, rejeté. Rappelons que le capital-risque est le capital de participation d'un investisseur professionnel dans une société en création présentant un fort potentiel d'évolution, mais se situant encore à un stade de grands risques, une période post-création au cours de laquelle la société a certes des prototypes, des biens à produire, mais pas encore la parfaite maîtrise de leur fabrication, ni celle de leur commercialisation, ni celle de leur gestion, ni celle de leur croissance. C'est au cours de cette période, voyez-vous que l'on observe le plus grand taux de mortalité des sociétés. Quelques mois pour certaines PME, deux à trois ans pour d'autres.

L'intervention d'un investisseur en capital-risque consisterait alors en un apport en méthodes, stratégie et fonds intelligents pour assurer la sortie de la société du stade de fort risque de mortalité pour la conduire vers le seuil de rentabilité. Il apparait dès lors que le capital-risque n'est pas un mode de financement des entreprises comme les autres. Il a sa singularité, ses exigences qui devraient être révélées, expliquées. La connaissance de ce type de financement, de ses principes, finalité et contraintes d'une part, et la préparation des promoteurs à une relation avec des investisseurs en capital-risque d'autre part seraient de nature à contribuer au développement de ce mode de financement dans notre environnement. Le financement bancaire est bien connu de nos jours, le financement par capital-risque pourrait également être connu de la sorte. Il faut juste y travailler.

dimanche 15 octobre 2017

Humour de geek : peut-on lécher la science ?

Chimie : Non ! Surtout pas !
Physique : Il faut des preuves.
Géologie : C'est souvent nécessaire... et parfois dangereux.
Biologie : C'est le but de tout être vivant
Zoologie : C'est science qui vous léchera.
Astronomie : Si le léchage de la science mène l'espèce humaine sur une autre planète, tentons l'aventure.


Médecine : Consultez la liste des vaccins utiles pour un léchage de la science.
Philosophie : Chaque matin, nous léchons de la science.
Psychologie : Il vaut mieux pas. Le risque de blessure narcissique est élevé.
Économie : Moins le risque est grand, moins les lécheurs fuient. 
Électronique : Seulement si vous ressentez un picotement électrique sur votre langue...
Développement logiciel : C'est le seul moyen de savoir si le code fonctionne.
Design Web : Oui, avec Javascript et Photoshop.
Infographie PAO : Jamais en RVB. Toujours en CMJN.
Cybersécurité : Le léchage de la science ouvrira une porte dérobée (ou backdoor) et introduira un malware dans votre palais.

Autres disciplines : Vos suggestions ? 

lundi 17 juillet 2017

RETEX : la cyberattaque de TV5 Monde (ANSSI)

Le 8-9 avril 2015, la chaîne TV5 Monde (diffusée dans 200 pays) affiche un écran noir. Son site Internet et ses comptes Facebook/Twitter diffusent de la propagande djihadiste.



En réalité, la chaîne d'information francophone est victime d'un "cybotage" particulièrement dévastateur et fait immédiatement appel aux autorités françaises (Police Nationale - cybercriminalité, DGSI et ANSSI) afin de mener une investigation numérique au cœur de ses systèmes, rompant avec la discrétion usuelle des organisations confrontées à des actes cybercriminels.

Après plusieurs semaines d'expertise informatique et de "remédiation" dans les locaux de TV5, les ingénieurs de l’Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d'Information (ANSSI) ont publié une reconstitution (dans un diaporama commenté par plusieurs intervenants) du mode opératoire des pirates dans le système d'information (en ruines) du média francophone. Les professionnels de la cybersécurité et de l'administration systèmes & réseaux apprécieront certainement ce document à sa juste valeur. Néophytes s'abstenir.

En savoir +: Le piratage de TV5 Monde vu de l'intérieur (Le Monde)