samedi 21 mai 2022

Ukraine-Russie : les alertes oranges de Hubert Védrine et Dominique de Villepin

Au troisième mois de la guerre Ukraine-Russie qui bouleverse la géopolitique et l'économie mondiales, Hubert Védrine et Dominique de Villepin, anciens ministres français des affaires étrangères, émettent plusieurs alertes oranges... et rouges ?



Hubert Védrine (extraits) : “La guerre en Ukraine n'a pas ressoudé l'Union Européenne mais réveillé l'OTAN. Elle a réveillé l'esprit européen de défense dans le cadre de l'alliance atlantique... y compris pour des pays neutres comme la Finlande et la Suède qui veulent maintenant y entrer [...] Il y aura toujours une Russie à côté qui sera jamais une social-démocratie scandinave. Un jour ou l'autre, il y aura une Russie différente mais qui ne sera jamais celle que les Européens ont souhaité càd un petit pays secondaire qui est aligné sur nos normes et qui fait ce qu'on lui demande. Ce ne sera jamais ça. [...] Les Européens doivent garder l'unité des Occidentaux mais ne pas suivre la ligne américaine sur la Russie [...] Je suis plus à l'aise avec la ligne française et allemande qui consiste à aider par tous les moyens l'Ukraine à faire la guerre sans entrer nous-mêmes dans la guerre, mais pas au-delà. On ne se lance pas dans une opération anti-russe.”

mardi 12 avril 2022

Ghassam Salamé : « Guerre en Ukraine – Vers un monde dispersé ? » | Comprendre Le Monde – Pascal Boniface

Ghassan Salamé est un politologue libanais, professeur de relations internationales à l'université Saint-Joseph et à l'université américaine de Beyrouth, auparavant ministre de la culture, de l’éducation et de l'enseignement supérieur du Liban puis envoyé spécial de l'ONU en Libye. Plus d'un mois après la guerre en Ukraine, il est interviewé par Pascal Boniface – Comprendre le Monde.



La guerre en Ukraine a remis en question un certain nombre d’équilibres sur la scène internationale. Bien que les Occidentaux semblent avoir gagné en unité face à la guerre, notamment dans le cadre de l'OTAN, ils sont certainement plus isolés vis-à-vis du reste du monde. La réponse à la guerre en Ukraine est un point qui divise davantage la communauté internationale : certains pays la condamnent là où les Occidentaux la sanctionnent. Va-t-on assister, comme le préconise le président Joe Biden, à un nouveau clivage entre l’axe des pays autoritaires et l’axe des démocraties ? Quels seraient les opportunités et les dangers d’une telle formule ? L’alliance entre la Chine et la Russie est-elle aussi solide que l’on prétend ?


samedi 12 mars 2022

Guerre Russie-Ukraine (J+15) : premiers enseignements | IFRI, Le Collimateur - IRSEM

Après deux semaines de guerre Russie-Ukraine, l'IFRI a organisé un webinar (1h46) afin de tirer les premiers enseignements de ce conflit sur de mutliples facettes : militaire, géopolitique, économie, énergie, Kremlin, société russe, etc.



Intervenants : Thierry de Montbrial (président de l’Institut Français des Relations Internationales), Thomas Gomart (directeur de l’IFRI), Tatiana Kastouéva-Jean (directrice du Centre Russie/NEI, IFRI), Marc-Antoine Eyl Mazzega (directeur du Centre Energie et Climat, IFRI), Elie Tenenbaum (directeur du Centre des études de sécurité, IFRI). Modérateur : Marc Hecker (directeur de la recherche et de la valorisation, IFRI). La qualité de la vidéo est médiocre mais ne nuit pas à sa clarté générale du contenu.

vendredi 4 mars 2022

Général Vincent Desportes : « L'OTAN accroît les tensions en Europe. Le soldat Ryan ne reviendra plus mourir sur nos plages »

Saint-Cyrien et diplômé de l'US Army War College, le Général Vincent Desportes a été le directeur de l'Ecole de Guerre - Paris, est actuellement co-directeur de la collection « Stratégies & doctrines » (éditions Economica) et professeur de stratégie à Sciences Po et HEC. Peu après l'invasion miltaire de l'Ukraine par la Russie, il critique vertement le rôle et le statut de l'OTAN à l'antenne de C à Vous (France 5). Extraits.


General Vincent Desportes


"L'OTAN a accru les tensions en Europe. L'OTAN est une administration dont le premier but était de perdurer. Donc, on est allé s'inventer des ennemis, en particulier en Afghanistan. Une institution veut perdurer. L'OTAN est une administration avec des gens qui font carrière.Les Allemands font carrière dans l'OTAN. Les Hollandais font carrière dans l'OTAN. Il y a énormément de gens qui ont intérêt à ce que l'OTAN perdure dans son être [...] Si l'OTAN avait été dissoute comme nous l'avions promis aux autorités soviétiques à la chute du Mur (de Berlin), nous n'en serions pas là."


"L'OTAN est une menace car elle confie la sécurité de l'Europe aux Etats-Unis, qui ont des intérêts de plus en plus divergents des intérêts européens. Aujourd'hui, les pays européens ont désarmé, dont l'Allemagne qui vient de faire marche arrière. Pourquoi ? Parce que les Américains leur ont dit : « vous êtes protégés ». La baisse des budgets européens de défense est due à l'illusion que les Etats-Unis allaient protéger. Or, nous remarquons que les Etats-Unis ont laissé tomber Tchang Kaï-Chek en 1949, leurs amis viêtnamiens en 1975, leurs amis afghans, leurs amis irakiens... Ils n'ont pas bombardé (Bachar El) Assad en 2013. Confier sa défense ultime à quelqu'un dont la parole est historiquement non-fiable me paraît absolument dangereux. [...] L'Amérique s'intéresse d'abord à l'Asie. Le problème européen n'est pas son problème. Les raisons pour lesquelles les Américains sont venus en 1917 et en 1943 n'existent plus. Nous [Européens] devons être prêts à assurer notre défense [...] Le soldat Ryan ne reviendra plus jamais plus mourir sur nos plages et Joe Biden l'a dit : « je n'enverrais pas un soldat mourir pour l'Ukraine ».

L'OTAN accroît les tensions en Europe, avec le Général Vincent Desportes (C à Vous | France 5 - 28/02/2022)


jeudi 24 février 2022

Hélène Carrère d'Encausse : « Que veut Poutine ? » | Comprendre Le Monde – Pascal Boniface

La veille du déclenchement officiel de la guerre Russie-Ukraine, l'éminente historienne et russologue Héléne Carrère d'Encausse a été interviewée par Pascal Boniface – Comprendre Le Monde. Extraits.


« Le monde occidental a raté la fin de l'URSS. L'Europe aurait pu saisir cette opportunité pour construire un univers européen apaisé. Les Etats-Unis n'ont pas joué le jeu... Incontestablement. Ils n'ont pas accepté le maintien en Europe d'une puissance qui s'appellerait la Russie. La politique américaine a tendu à faire de la Russie un état étranger à l'Europe, une espèce de petit monstre européen qu'il fallait placer sous surveillance permanente. La Russie reste, pour l'Europe, un pays qui n'est pas normal. Ce que les Russes ressentent très durement. Poutine essaie de compenser cela en terme de puissance. La reconnaissance par la Russie des républiques de Lougansk et de Donetsk entraîne pour la Russie un surcroît de puissance théorique. L'Ukraine doit admettre que ces deux entités ne font plus partie de son territoire. »


mardi 22 février 2022

Antoine Glaser : "L'échec cuisant d'Emmanuel Macron en Afrique" (TV5)

Antoine Glaser a été le fondateur et rédacteur-en-chef durant 26 ans de La Lettre du Continent (bimensuelle consacrée à l'Afrique) et directeur de la revue Africa Intelligence. Auteur de "Le Piège africain de Macron" (Fayard, 2021), il analyse la fin de l'opération militaire Barkhane sur le plateau de Patrick Simonin / TV5 Monde. Extraits.


« Les militaires disent en off qu'ils se sont laissés embarquer dans une sorte d'euphorie et qu'ils n'auraient jamais du faire [l'opération] Barkhane après [l'opération] Serval [...] Maintenir une telle présence, avec une armée conventionnelle à l'ancienne très lourde, avec des problèmes de logistique et surtout avec ces convois de drapeaux français, cela ne correspondait plus du tout à la période dans laquelle nous sommes... avec un retour de l'impensé pour les jeunes Africains qui ont l'impression de vivre la période de la guerre froide, de la Françafrique des années 80 [...] Le problème de fond n'est pas seulement la lutte anti-terroriste. Les djihadistes ont déjà en partie gagné et ont fait fuir tous les Occidentaux de la Mauritanie au Soudan. Les problèmes de fond sont des problèmes socioéconomiques, des problèmes de territoires. Lorsque nous parlons de Mali et de Burkina-Faso, nous parlons des capitales. Mais les espaces ruraux sont aux mains des djihadistes, des groupes armés et de trafics en tout genre. De fait, Barkhane s'est trouvée hors-sol par rapport aux réalités du terrain [...] En plus, il y a l'Algérie qui joue son propre jeu dans ce qu'elle considère comme sa profondeur stratégique, qui a des relations avec le Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM) toujours à la frontière entre l'Algérie et le nord du Mali. Et puis, la junte malienne a commencé à négocier avec le GSIM au moment de la libération de Sophie Pétronin et des prêtres italiens. Pour Macron, c'était un vrai fil rouge. La France refusait que la junte malienne négocie avec le GSIM. »

lundi 24 janvier 2022

Dans le cockpit avec DutchPilotGirl (vidéo)

Depuis 2014, la pilote de ligne néerlandaise Michelle Gooris est aussi une très populaire blogueuse nommée DutchPilotGirl.


Dans des vidéos de son cru - joliment agrémentées d'explications techniques, elle nous embarque dans le cockpit du Boeing 737 / Boeing 787, du tarmac au ciel. En décembre 2021, ses séquences de décollage et d'atterrissage – checklist incluse (environ 15 mn) du vol Nice-Amsterdam ont fait un carton sur les réseaux sociaux.