jeudi 24 février 2022

Hélène Carrère d'Encausse : « Que veut Poutine ? » | Comprendre Le Monde – Pascal Boniface

La veille du déclenchement officiel de la guerre Russie-Ukraine, l'éminente historienne et russologue Héléne Carrère d'Encausse a été interviewée par Pascal Boniface – Comprendre Le Monde. Extraits.


« Le monde occidental a raté la fin de l'URSS. L'Europe aurait pu saisir cette opportunité pour construire un univers européen apaisé. Les Etats-Unis n'ont pas joué le jeu... Incontestablement. Ils n'ont pas accepté le maintien en Europe d'une puissance qui s'appellerait la Russie. La politique américaine a tendu à faire de la Russie un état étranger à l'Europe, une espèce de petit monstre européen qu'il fallait placer sous surveillance permanente. La Russie reste, pour l'Europe, un pays qui n'est pas normal. Ce que les Russes ressentent très durement. Poutine essaie de compenser cela en terme de puissance. La reconnaissance par la Russie des républiques de Lougansk et de Donetsk entraîne pour la Russie un surcroît de puissance théorique. L'Ukraine doit admettre que ces deux entités ne font plus partie de son territoire. »




« […] L'Ukraine était déjà hostile à la Russie depuis 2003-2004, bien avant [l'annexion de] la Crimée. L'Ukraine a été l'objet d'une effort américain. Il n'y a pas de doutes là-dessus. La révolte de Maïdan a bénéficié d'un soutien et d'un encouragement américains. Il ne faut jamais oublier qu'il y a aux Etats-Unis un lobby polonais et un lobby ukrainien. Ce sont des acteurs sur le terrain européen et ukrainien qui sont profondément anti-russes. C'est un facteur dont on ne tient pas compte […] Aux yeux de la Russie, l'OTAN en Géorgie, c'est moins grave que l'OTAN en Ukraine […] 
Pour les Russes, l’Ukraine c’est la Russie. Pour les Ukrainiens, l'Ukraine ce n’est pas la Russie. Le dialogue est impossible entre les deux [...] Poutine a tort : il y a une nation ukrainienne qui plonge ses racines dans l'histoire, et qui s'est développé avec tous les drames que l'Ukraine a vécu... sous le régime soviétique. Aujourd'hui, il y a une nation ukrainienne et une langue ukrainienne. »

« […] Poutine a ressuscité cette « 
OTAN en mort cérébrale », comme le disait Emmanuel Macron. Aujourd'hui, séparer l'OTAN des Etats-Unis, c'est très difficile. Il y a un mépris des Etats-Unis envers la Russie... avec l'idée qu'il faut dicter sa conduite à la Russie, décider de sa situation sur l'échelle internationale, le cantonner à une place secondaire. L'ennui pour les Etats-Unis, c'est le siège de la Russie au Conseil de Sécurité [des Nations-Unies]. Elle n'avait que cela après la chute de l'URSS. Aujourd'hui, elle a le siège au Conseil de Sécurité et la puissance militaire. L'erreur des Etats-Unis consiste à traiter la Russie comme un état non-européen, et dont le destin est décidé par les Etats-Unis […] Le tableau s'est compliqué avec l'émergence de l'Asie qui offre à la Russie des possibilités d'émergence hors de l'espace européen. [...] Brezinski disait : « il faut faire attention à la Russie. Il ne faut pas faire n'importe quoi. »

Comprendre le monde S5#24 – Hélène Carrère d'Encausse – "Que veut Poutine ?" (Pascal Boniface)


Aucun commentaire: